Wed 17-April-2024

Griffiths exhorte le G20 à intervenir pour mettre fin à la guerre à Gaza

mercredi 21-février-2024

Doha-CPI

Le Coordinateur des secours des Nations Unies, Martin Griffiths, a déclaré qu’un demi million de personnes à Gaza sont sur le seuil de la famine, vivant une pénurie de nourriture, d’eau potable et d’assistance médicale, notamment dans le nord de la bande de Gaza.

Le responsable onusien a indiqué dans un article publié sur Al-Jazeera net que la privation vécue à Gaza est sans précédent et quel que soit la quantité des aides humanitaires envoyées, elles seraient insuffisantes au moment où la forces occupante refuse de permettre de faire entrer dans la Bande assiégée et sinistrée, même le peu d’aides présentes.

Griffiths a rappelé que les forces israéliennes ont effacé de la carte des quartiers entiers appelant les dirigeants de G20 réunis au Brésil à utiliser leur pouvoir politique pour arrêter cette guerre et sauver la Bande de Gaza.

« Votre silence et immobilité n’emmènera que plus de femmes et d’enfants aux cimetières ouverts à Gaza », a lancé Griffiths tout en rappelant ses interlocuteurs qu’au même moment où ils sont réunis, le nombre de morts à atteint 30 000 à Gaza.

Après 137 jours d’une guerre sans précédent, des dizaines de milliers de personnes sont morts sous les décombres de leurs maisons bombardées alors que des centaines de milliers de déplacés vivent leurs jours les plus difficiles dans des conditions climatiques rudes.

Les braves journalistes qui ont pu documenter une partie de cette atrocité, a ajouté Griffiths, ont payé le prix avec la mort des dizaines d’eux sous l’insouciance du monde qui ne veut plus voir la réalité de ce qui se passe à Gaza.

« Ce que je crains n’est pas ce qui se passe aujourd’hui mais ce qui se passera demain », a averti Griffiths avant d’ajouter que 160 des fonctionnaires de l’UNRWA avaient été tués et malgré le gel des financements d’un nombre de pays et les capmagnes de dénigrement, cet organisme onusien poursuit à présenter l’aide aux citoyens sinistrés.

Le Coordinateur onusien a assuré que ce qu’on demande est raisonnable : des garanties sécuritaires, un système d’alerte plus efficace pour minimiser les risques, des moyens de télécommunication, se débarrasser des munitions qui ne se sont pas explosées et l’ouverture de tous les passages possibles.

Lien court:

Copied