Wed 24-July-2024

Des soldats psychopathes…Frappés par la résilience de la résistance palestinienne.

vendredi 21-juin-2024

Gaza – Centre Palestinien d’Information

Alors que les médias sionistes révèlent des pertes considérables dépassant les chiffres officiels en termes de morts et de blessés dans les rangs de l’armée, il semble que la guerre contre Gaza impose un prix élevé non seulement en vies humaines et en blessures physiques, mais aussi en troubles psychologiques parmi les soldats, qui manifestent des tendances suicidaires.

Les sources médicales sionistes confirment que les soldats de l’occupation blessés lors des combats à Gaza souffrent de traumatismes psychologiques graves et de cauchemars dérangeants dus à l’horreur des scènes de guerre.

Le site « Walla » hébreu a rapporté en novembre dernier que les familles des soldats ont déclaré : « L’intensité de la résistance palestinienne a provoqué des traumatismes et des troubles chez les soldats revenus de Gaza. »

Selon des rapports hébreux, les hôpitaux administrent des sédatifs aux soldats traumatisés pour les aider à dormir.

Statistiques choquantes

Des rapports d’un journal sioniste ont révélé une augmentation du nombre de soldats handicapés traités dans les centres de réhabilitation du ministère de la Défense, atteignant 70 000 soldats depuis l’occupation de la Palestine en 1948, incluant 8 663 blessés depuis le début de la guerre actuelle le 7 octobre dernier.

La septième chaîne de l’entité sioniste a indiqué que 35 % des blessés sont traités pour des troubles mentaux, tandis qu’une analyse d’experts a montré qu’environ 40 % des blessés admis à l’hôpital d’ici la fin de l’année pourraient développer divers troubles psychologiques, y compris l’anxiété, la dépression, le trouble de stress post-traumatique, les difficultés d’adaptation et de communication.

Le journal « Jerusalem Post » a rapporté que plus de 10 000 soldats réservistes ont demandé des services de santé mentale.

En février dernier, la division de réhabilitation de l’armée néonazie a décidé de former des équipes de psychologues et d’infirmiers capables de traiter les tendances suicidaires chez les soldats souffrant de troubles psychologiques, selon le journal « Yedioth Ahronoth ».

Cette décision a été prise après que le journal « Haaretz » a révélé que 10 officiers et soldats sionistes se sont suicidés depuis le début de la guerre, tandis que la radio de l’entité a rapporté il y a quelques jours le suicide d’un autre soldat après avoir reçu l’ordre de retourner au service militaire à Gaza.

Le soldat Mezrakhi appelé de nouveau à combattre à Gaz, se suicide.

En mars dernier, l’armée d’occupation a admis faire face à « la plus grande crise de santé mentale » depuis 1973, expliquant à l’époque que près de 1 700 soldats avaient suivi un traitement psychologique, dont 85 % étaient retournés au service actif.

Selon « Haaretz », l’armée néonazie a libéré en début d’année 90 soldats de service en raison de « problèmes psychologiques ».

Catastrophe psychologique

L’écrivaine Asil al-Zaghloul souligne que depuis le début de la guerre le 7 octobre dernier, les sionistes utilisent des termes aux connotations psychologiques fortes pour décrire leur souffrance, tels que « nation sous le choc », « plus grande crise psychologique que l’entité ait connue », ou « catastrophe psychologique qui frappe les sionistes ».

30.000 soldats sionistes sollicitent des services de santé mentale

Pour l’écrivaine, ces discours psychologiques indiquent une crise psychologique affectant les sionistes, mais sont également utilisés pour susciter la compassion internationale face à la tragédie psychologique. La perspective du choc psychologique facilite l’apitoiement du public occidental, obsédé par la culture des victimes et des traumatisés, transformant les sionistes d’un groupe occupant en une communauté humaine remplie d’émotions humaines.

« Comment convaincre un soldat isrde l’occupation de retourner sur le champ de bataille ? » C’est la question principale posée par le chef de l’unité de santé mentale de l’armée néonazie, le docteur Lucian Tatsa. Les rapports de l’armée sioniste indiquent que 82 % des soldats ayant reçu des soins et un soutien psychologique sont retournés à un service militaire actif et efficace, tandis que près de 18 % n’ont pas pu reprendre le service militaire en raison de leurs difficultés psychologiques.

Selon l’écrivaine, si 30 000 soldats ont sollicité des services de santé mentale, cela signifie qu’environ 5 400 soldats sionistes ont été retirés du service militaire jusqu’à nouvel ordre. Étant donné que le trouble de stress post-traumatique nécessite généralement un traitement continu pendant environ 6 mois en moyenne.

Troubles comportementaux

Les chocs psychologiques se traduisent souvent par des comportements destructeurs et des agressions non justifiées, souligne l’écrivaine Asil, citant l’exemple d’une vidéo virale montrant un soldat sioniste commettant des actes de vandalisme dans un magasin abandonné appartenant à des Palestiniens à Gaza, mettant en lumière le caractère immature des actions du soldat et sa destruction de jouets d’enfants.

La journaliste ajoute que généralement, les symptômes du trouble de stress post-traumatique se manifestent dans diverses entités. Il est courant que les soldats reviennent de leur service militaire chargés de leurs traumas psychologiques et des chocs des combats, se manifestant par des comportements agressifs injustifiés, souvent dirigés vers des objets, des animaux de compagnie, voire même leurs propres membres de famille, selon des rapports documentés.

Elle indique également que selon certains témoignages, beaucoup de sionistes ne peuvent pas s’empêcher de regarder des vidéos qui les terrifient, un symptôme possible du trouble de stress post-traumatique.

La journaliste confirme que scientifiquement, regarder à plusieurs reprises des événements terrifiants et choquants peut induire un état de choc psychologique chez les personnes qui n’ont pas été témoins directs de l’événement traumatisant, mais l’ont souvent vu à distance. Cet état est appelé le choc secondaire ou le choc par procuration.

Trouble de stress post-traumatique

Après son retour du combat dans la bande de Gaza, un soldat sioniste a fait des confessions choquantes lors d’une session à la Knesset en décembre dernier, révélant qu’il souffrait d’une « incontinence urinaire de peur la nuit ».

Le soldat, Avikhaï Levi, qui s’est retiré des combats à Gaza, a déclaré : « Je m’imagine maintenant des obus RPG volant au-dessus de ma tête… et je m’imagine à l’intérieur du bulldozer en train de combattre et de sentir l’odeur des cadavres ».

Il a ajouté : « Je me fais pipi dessus la nuit par peur… et je ne peux pas dormir sans boire une bouteille d’alcool », imputant la responsabilité de ce qui lui est arrivé, ainsi qu’à ses camarades, au gouvernement israélien.

Il a poursuivi : « Je collecte les blessés de mes propres mains. Où êtes-vous ? Vous parlez des nouveaux handicapés, alors qu’il y en a ici… Je parle de moi-même. J’ai été abandonné ».

Lien court:

Copied