Wed 24-July-2024

Désinvestissement de grandes sociétés en Palestine occupée…Effet du Déluge d’Al-Aqsa.

jeudi 20-juin-2024

Palestine Occupée – Centre Palestinien pour les Médias

Moins de six mois après avoir annoncé une augmentation de ses investissements dans l’entité d’occupation, Intel, fabricant de puces informatiques, a annoncé l’arrêt de la construction de sa nouvelle usine dans la colonie de Kiryat Gat, érigée sur les terres de la ville dépeuplée de Falouja. Ces développements interviennent alors que les estimations suggèrent que l’entité sioniste n’est plus un environnement sûr pour les investissements.

L’usine Intel à Kiryat Gat

Les fournisseurs d’Intel en Palestine occupée ont récemment reçu des avis d’annulation des contrats signés avec eux pour la fourniture d’équipements nécessaires à l’expansion de leur nouvelle usine en palestine ccupée, selon un site web spécialisé hébreu.

Le ministère des Finances sioniste était au courant de la décision de l’entreprise de suspendre la construction de l’installation, comme rapporté par le journal Yedioth Ahronoth, alors que l’agression néonazie contre la bande de Gaza entrait dans son neuvième mois.

Un projet d’investissement mentionné par Calcalist, le 10 juin, indiquait qu’Intel avait décidé de suspendre un projet d’expansion d’une valeur de 25 milliards de dollars pour son usine dans les terres occopées.

La société Intel a déclaré que cette décision ne signifie pas un changement dans son soutien à l’entité, un allié historique des États-Unis. Intel a affirmé que cette décision était purement économique, indiquant que l’entité occupante n’est plus un environnement d’investissement sûr, même pour ses alliés et amis, et que cette instabilité menace ce projet colonial.

En réponse à une question à ce sujet, la société a souligné la nécessité d’ajuster les calendriers des grands projets en fonction des échéances fluctuantes, sans faire directement référence au projet en question.

Dans une déclaration, Intel a affirmé : « l’entité sioniste reste l’une de nos principales bases pour les industries de transformation et de recherche et développement dans le monde, et nous resterons pleinement engagés envers la région », selon Reuters.

Intel gère quatre sites de développement et de production dans les terres ocupées, y compris son usine Fab 28 à Kiryat Gat, qui produit la technologie Intel 7 ou des puces de 10 nanomètres. L’ouverture de l’usine Fab 38 était prévue pour 2028, avec une exploitation jusqu’en 2035. Il convient de noter qu’Intel emploie environ 12 000 personnes en palestine occupée.

Impact du boycott

Certains militants appelant au boycott de l’entité voient cette décision d’Intel comme l’un des résultats des campagnes de boycott économique contre les entreprises soutenant l’occupation.

Ces militants soulignent que la véritable force découle de l’unité des peuples de la nation et de la solidité de leur volonté, affirmant que les campagnes de boycott sont une arme douloureuse contre l’occupant et ses complices, et non une simple mesure mais une stratégie efficace utilisée par les peuples islamiques pour soutenir Gaza.

Cette conclusion est soutenue par ce que le mouvement « Boycott, Désinvestissement, Sanctions » (BDS) a annoncé en mars dernier, appelant au boycott d’Intel en raison de son soutien à l’occupation.

Sous le hashtag #Boycott_Intel, le mouvement BDS a publié un tweet sur sa plateforme « X », annonçant le lancement d’une campagne mondiale ciblant la société américaine géante de puces, Intel.

Cette campagne faisait suite à l’annonce par Intel en décembre dernier de son intention d’investir 25 milliards de dollars en palestine occupée, malgré le génocide continu dans la bande de Gaza.

Le mouvement de boycott a souligné que Intel contribue depuis des décennies à renforcer le système colonial et raciste de l’entité sioniste et ses crimes, affirmant qu’elle est devenue une source principale de financement du budget de guerre néonazie et du soutien aux génocides continuels contre 2,3 millions de Palestiniens dans la bande de Gaza occupée et assiégée, la rendant ainsi complice directe du meurtre de notre peuple.

Perte de confiance

Abdulaziz Al-Anjeri, fondateur et PDG du Centre de Reconnaissance pour la Recherche et les Études au Koweït, a souligné que la décision d’Intel intervient à un moment où le marché mondial des puces connaît une croissance significative, avec des prévisions de croissance de 20 % en 2024, tirées par une augmentation de l’utilisation des puces dans des domaines tels que l’intelligence artificielle et les voitures intelligentes.

Al-Anjeri a déclaré dans une interview à Quds Press que « la décision d’Intel d’arrêter la construction de son usine révèle une perte de confiance dans l’environnement d’investissement en Palestine occupée. De plus, l’entité fait face à des pressions supplémentaires à travers les boycotts académiques visant ses institutions d’enseignement supérieur, ce qui a un impact négatif sur sa coopération dans les projets de recherche et technologiques ».

Al-Anjeri, également membre du National Press Club à Washington, a souligné que « malgré l’immunité politique et sécuritaire de l’entité sioniste de la part des États-Unis pour surmonter toute sanction ou pratique qui pourrait lui nuire, cette immunité n’a pas fourni un environnement d’investissement stable et sécurisé. De plus, l’Amérique n’a pas le pouvoir d’obliger les entreprises privées à rester et à investir en Palestine occupée ».

Il a ajouté : « Par conséquent, le retrait académique et commercial international représente le reflet le plus précis de la perception mondiale à l’égard de l’entité et de ses politiques, ce qui semble maintenant la punir collectivement au-delà de l’influence et du veto américains ».

Il a souligné que « ceci reflète un changement de confiance mondiale et indique un impact réel sur l’avenir économique et scientifique d’Israël en tant que force scientifique et technologique de premier plan ».

État fonctionnel

Et cette initiative peut être vue dans le contexte de la vision de feu Abdelwahab Al Massiri, selon laquelle l’entité était un « état fonctionnel ». Cela signifie que les puissances coloniales l’ont fabriqué et créé pour remplir des fonctions et des missions qui les dispensent de les accomplir directement, et qu’il cessera automatiquement s’il n’est plus capable d’accomplir ces fonctions.

Al Massiri lie cela à la persistance de la résistance qui crée cet état « d’instabilité », où il estime qu’il n’est peut-être pas possible de vaincre complètement l’ennemi dans les guerres de libération, mais plutôt de l’épuiser jusqu’à ce qu’il se soumette à la réalité.

Al-Massiri a passé environ un quart de siècle à écrire son encyclopédie « Les Juifs, le judaïsme et le sionisme », et dans les derniers mois de sa vie avant son décès en 2008, il a clairement exprimé ses prévisions pour « la fin proche de l’entité sioniste », peut-être dans quelques décennies, comme il l’a déclaré dans une interview avec l’agence Reuters.

lAbd Alwahab Al-Massiri

Al Massiri voit que l’État d’occupation continuera à reculer et que la résistance palestinienne l’épuisera au maximum, même si elle ne parvient pas à le vaincre, ce qui la rend susceptible de s’effondrer dans quelques décennies, car « les cycles historiques sont maintenant plus rapides qu’auparavant ».

Il a expliqué lors d’une interview que « dans les guerres de libération, il n’est pas possible de vaincre l’ennemi, mais plutôt de l’épuiser jusqu’à ce qu’il se soumette à la réalité », ajoutant que la résistance au Vietnam n’a pas vaincu l’armée américaine, mais l’a épuisée au point de désespérer de réaliser les plans américains, tout comme l’ont fait les moudjahidines algériens pendant huit ans dans la guerre de libération de leur pays contre la colonisation française.

Lien court:

Copied