Wed 24-July-2024

Cri de detresse à tout le monde… La famine tue au nord de Gaza.

mardi 18-juin-2024

Gaza – Centre Palestinien d’Information

Alors que les musulmans à travers le monde célèbrent l’Aïd al-Adha béni, les habitants du nord de la bande de Gaza gémissent sous le poids de la famine persistante, appelant haut et fort : Arrêtez de nous affamer dans le nord.

Rien à manger sauf un peu de miettes de pain et quelques conserves à des prix exorbitants, dans un silence mondial troublant.

L’entité sioniste utilise la faim comme une arme dans sa guerre de génocide continu à Gaza, ayant déjà pris la vie de 40 Palestiniens, et des milliers souffrent de malnutrition et de maigreur extrême.

Détails de la famine

Le journaliste palestinien Imad Zaqout a révélé les détails de la famine frappant le nord de la bande de Gaza, due au blocus israélien en cours et à la guerre de génocide continue.

Le journaliste Zaqout, résidant dans le nord de la bande, a déclaré dans un tweet sur la plateforme « X »: « Je vais vous répondre ici à la question habituelle : Comment ça va dans le nord de Gaza? »

Et il a ajouté : « Seule la farine et quelques conserves parviennent au nord, ce qui est largement insuffisant, car les autres composants nutritionnels tels que les légumes et la viande sont absents. Quant aux fruits, ils sont inexistants, je le précise car certains pourraient les considérer comme un luxe. »

Il a continué : « Les gens ici dans le nord de Gaza survivent avec de la farine et peu de conserves. Selon les nutritionnistes, la consommation de conserves a un impact négatif à long terme sur la santé humaine en raison des agents de conservation qu’elles contiennent. »

Zaqout a souligné que « les enfants, au lieu de lutter contre la peur et la terreur, ne trouvent pas les bases nutritionnelles telles que le lait, les œufs et d’autres éléments, et les femmes enceintes souffrent également de graves problèmes de nutrition et de soins de santé. »

Il a ajouté : « Sans oublier les patients et les blessés qui risquent de mourir à tout moment en raison du manque de nutrition et de soins médicaux, et du manque d’une couverture médicale adéquate dans les cliniques et hôpitaux qui leur offrirait une sécurité sanitaire. »

En ce qui concerne l’eau, il a déclaré : « C’est un sujet délicat, car nous ne savons pas ce que c’est ni comment la traiter, ni comment elle nous parvient, car tout le monde sait que l’eau est contaminée et impropre à la consommation à plus de 95%. »

La vie dans les centres d’hébergement

Concernant la vie dans les centres d’hébergement, Zaqout a écrit : « L’hébergement est une histoire longue, les gens ici souffrent pour trouver un endroit où se réfugier après la destruction d’environ 80% des maisons et des logements dans le nord de Gaza, même les centres d’hébergement tels que les hôpitaux, les cliniques et les écoles ont été ciblés de manière intensive par les forces d’occupation pendant des mois de guerre. Nos compatriotes ne trouvent pas d’abri après cette destruction massive, même les tentes leur manquent. »

En ce qui concerne les sources d’énergie, il a tweeté : « C’est devenu un rêve, car dès les premiers jours de la guerre, l’occupation a détruit tout le réseau électrique, il ne reste rien. Un nombre limité de personnes ont recours à l’énergie alternative, mais même celles-ci ont été largement détruites dans les attaques continues contre les maisons des citoyens pendant les opérations militaires dans le nord de Gaza. »

Il a conclu en disant : « Je ne veux pas revenir sur la situation sanitaire et les hôpitaux, car il est bien connu que le système de santé est en déclin et ne fournit que des soins primaires limités. »

Extrême pauvreté alimentaire

Neuf enfants sur dix dans la bande de Gaza souffrent d’une extrême pauvreté alimentaire, vivant de deux repas ou moins par jour, selon l’UNICEF le 6 juin, sur la base de cinq rondes de collecte de données entre décembre 2023 et avril 2024.

De plus, le Réseau d’alerte précoce sur la famine (FEWS NET) a indiqué que l’opération militaire israélienne à Rafah a perturbé les canaux de distribution alimentaire et réduit l’accès à la nourriture.

Des niveaux critiques

De son côté, la porte-parole du Programme alimentaire mondial pour le Moyen-Orient, Abeer Attieh, a déclaré que la sécurité alimentaire dans la bande de Gaza atteignait des niveaux critiques, et que la famine recommençait à frapper le nord du secteur.

Attieh a souligné lors d’une interview que la famine frappe à nouveau le nord de Gaza en raison de la fermeture stricte et serrée des passages du secteur en raison de la poursuite de l’opération militaire israélienne à Rafah.

Selon les données locales, 40 citoyens, dont la majorité sont des enfants, ont été tués par la famine qui a frappé les régions du nord depuis plusieurs mois, tandis que la malnutrition grave menace la vie de 3 500 enfants.

Elle a précisé que les chiffres exacts montrent que les besoins essentiels en matière d’alimentation ne sont pas satisfaits pour les citoyens, et que l’aide ne parvient pas à un niveau qui empêcherait la famine de se produire.

Lien court:

Copied