Wed 24-July-2024

Mutisme international…Devant la guerre de faim à Gaza.

jeudi 13-juin-2024

Gaza – Centre d’information palestinien

Les institutions internationales de défense des droits de l’homme et humanitaires continuent de tirer la sonnette d’alarme concernant la famine qui menace la bande de Gaza, en particulier dans le gouvernorat du Nord, sans que le monde ne fasse quoi que ce soit face à la guerre de la famine et à la fermeture des passages à l’entrée de l’aide humanitaire, que l’ennemi sioniste continue, et la prétendue cessation des opérations de la jetée navale américaine, dont il a été prouvé son implication dans l’utilisation de camions d’aide pour perpétrer le massacre de Nuseirat, alors que la famine aggrave les conditions tragiques de la population de Nuseirat.

« Les enfants de Gaza souffrent encore de manière inimaginable à cause de cette guerre. L’UNICEF a rapporté que 9 enfants sur 10 dans la bande de Gaza souffrent d’une grave pauvreté alimentaire, et Oxfam a rapporté que beaucoup d’entre eux passent des journées entières sans nourriture », indique le responsable de l’UNRWA. Le récit décrit une petite partie de la catastrophe humanitaire à laquelle sont confrontés les habitants de la bande de Gaza, en particulier les enfants, alors que l’agression sioniste se poursuit depuis huit mois.

Le compte officiel de l’UNRWA le confirme : « Aucun enfant ne devrait être confronté à des conditions aussi horribles, il doit y avoir un cessez-le-feu maintenant. »

L’UNRWA confirme que le 5 juin, l’UNRWA a reçu 62 camions chargés d’aide humanitaire via le passage de Karam Abu Salem (dont 57 pour l’UNRWA). Elle souligne que cela représente une diminution considérable du nombre de camions appartenant aux Nations Unies et aux organisations humanitaires par rapport à la situation avant même le début de l’opération Rafah.

La faim s’aggrave dans le nord de Gaza

Hussam Abu Safiya, directeur de l’hôpital Kamal Adwan, décrit une partie du tableau catastrophique de la famine dans le nord de Gaza et confirme dans des déclarations parvenues au Centre d’information palestinien que « le spectre de la famine plane à Gaza et nous avons enregistré des signes de malnutrition sur certains enfants. » Abu Safiya a déclaré : Nous essayons de reprendre au minimum les services médicaux à la lumière de la pénurie de carburant et de la situation catastrophique dans la bande de Gaza.

Il a souligné que « le système de santé à Gaza est une ciblé par l’occupation, mais nous essayons de reprendre au minimum les services médicaux ». Il a confirmé qu’une cinquantaine d’enfants souffrant de malnutrition ont été dénombrés en une seule semaine.

La guerre de la famine et des punitions collectives continue

Lundi, la Société du Croissant-Rouge a averti que les forces d’occupation sionistes continueraient de fermer le passage terrestre de Rafah, compte tenu des niveaux de famine graves et imminents dans la bande de Gaza.

Elle a déclaré dans un communiqué publié par le Centre d’information palestinien : Imposer cette punition collective à la population palestinienne de Gaza non seulement exacerbe la situation humanitaire dans la bande de Gaza, mais constitue également une violation directe de l’ordonnance de la Cour internationale de Justice rendue en mai concernant les mesures temporaires et du droit international humanitaire.

La FAO met en garde : le risque de famine à Gaza existe toujours

Le directeur de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour les communications avec la Russie, Oleg Kobyakov, a annoncé que le risque de famine massive dans la bande de Gaza existe toujours. Kobyakov a déclaré que ces attentes existent toujours en raison de la poursuite des hostilités, qui ont un impact négatif sur les civils. On peut parler d’une crise à grande échelle, Gaza est actuellement l’un des foyers de famine les plus chauds au monde, et les agences humanitaires des Nations Unies luttent pour l’éradiquer.

Le journal espagnol El Pais, citant des employés de l’organisation non gouvernementale Action contre la faim, a rapporté qu’environ 30 % des enfants de moins de deux ans dans la bande de Gaza souffrent de malnutrition aiguë.

« Action contre la Faim » a également confirmé que la bande de Gaza est menacée cet été par la propagation de maladies graves en raison des ordures non levées et des températures élevées, ce qui accroît le drame de la population qui souffre déjà de pénurie alimentaire.

Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine

Bien que la famine soit généralisée et que des enfants meurent de malnutrition, la poursuite de la guerre néonazie empêche la collecte des preuves nécessaires pour déclarer officiellement la famine dans la bande de Gaza, qui pourraient ensuite être utilisées devant les tribunaux internationaux. Un rapport du « Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine », accrédité au niveau international, déclare : « Il est possible que la famine soit une réalité dans le nord de Gaza et que des gens, y compris des enfants, meurent de faim dans toute la bande de Gaza, et que cela continue jusqu’à juillet prochaine au moins.

Cependant, le rapport confirme que la guerre sioniste et les restrictions imposées à l’accès des organisations concernées par les affaires humanitaires ont entravé la collecte de données prouvant l’existence de la famine, selon un rapport présenté par Al Jazeera. Le « Famine Early Warning Systems Network », financé par l’Agence américaine pour le développement international, ajoute que la déclaration officielle de famine nécessite des données qui entraveraient la collecte de données de guerre, et ces données sont basées sur des procédures basées sur 3 indicateurs internationalement approuvés pour prouver la famine, qui sont :

1/  Que 20 % des familles souffrent de graves pénuries alimentaires,

2/  Qu’au moins 30 % des enfants souffrent de malnutrition sévère ou d’émaciation,

3/  Que 2 adultes ou 4 enfants sur 10 000 meurent chaque jour à cause de la faim et de ses complications.

Une preuve condamnant l’occupation devant la Cour pénale internationale

La déclaration officielle de famine dans la bande de Gaza revêt une grande importance, car elle peut être utilisée comme preuve devant la Cour pénale internationale ainsi que devant la Cour internationale de Justice, où l’entité sioniste est accusée de génocide. Il convient de noter que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’attendait – dans son rapport sur les régions touchées par la crise de la faim – à ce que plus d’un million de personnes dans la bande de Gaza soient confrontées à la famine et à la mort d’ici la mi-juillet.

Un examen réalisé par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) sur plus de 93 400 enfants de moins de cinq ans à Gaza pour confirmer la malnutrition, dont les résultats ont conclu que 7 280 d’entre eux souffrent de malnutrition aiguë, comme le nord La bande de Gaza souffre de malnutrition car elle n’a pas reçu d’aide, les résidents restants ont reçu peu d’aide au cours des premiers mois de la guerre.

Déplacement, peur, faim

Pour sa part, le Programme alimentaire mondial a averti que les familles de Rafah sont toujours confrontées au déplacement, à la faim et à la peur.

Dans un article de blog sur la plateforme X surveillé par le Centre d’information palestinien, il a souligné que les gens ne peuvent pas obtenir d’eau potable, de carburant et de nourriture en raison du flux limité de l’aide. Il a déclaré : « Les organisations humanitaires ont besoin d’un accès sûr et sans entrave. »

Le blocus est toujours appliqué à tout Gaza

Le bureau des médias du gouvernement à Gaza a averti que l’occupation mettait en place son siège sur l’ensemble de la bande de Gaza depuis plus d’un mois en continuant d’occuper le terminal de Rafah, en le fermant à l’entrée des camions d’aide et en empêchant leur entrée depuis Karam Abu Salem.

Le bureau du gouvernement a indiqué dans un communiqué de presse à la fin de la semaine dernière que ce qui est entré la semaine dernière dans la bande de Gaza et dans les gouvernorats du nord à partir d’un point situé à l’ouest de Beit Lahia ne dépassait pas 257 camions, dont 148 camions chargés de farine et 26 camions de médicaments et d’articles médicaux consommables. Il a expliqué que le spectre de la famine revient menacer la bande de Gaza, en particulier les gouvernorats de Gaza et du Nord. Le bureau gouvernemental a souligné que la crise de la sécurité alimentaire s’aggrave dans les gouvernorats du centre et du sud, notamment avec le déplacement de dizaines de milliers de citoyens de la ville de Rafah, suite à l’invasion menée par l’armée d’occupation.

Lien court:

Copied