Tue 25-June-2024

L’architecture du récit des pertes humaines de l’occupation…statistiques manipulées et médias muselés.

lundi 10-juin-2024

Exclusif – Centre d’information palestinien

Une enquête journalistique spéciale du Centre d’information palestinien, menée par le chercheur Muhammad Abed, a conclu que l’armée d’occupation dissimule délibérément le bilan de ses pertes lors des combats dans la bande de Gaza et que les morts annoncées de soldats d’occupation dans la guerre contre Gaza indiquent clairement l’existence d’une ingénierie statistique.

L’enquête était basée sur une analyse des informations de la base de données de l’armée sioniste dans la guerre actuelle, et elle a également révélé les méthodes juridiques les plus importantes adoptées par l’armée ennemie sioniste pour cacher et dissimuler ses pertes.

Ci-dessous le texte de l’étude :

Une enquête sur l’architecture du roman

Morts de l’armée israélienne à Gaza et la méthodologie du « permis de publication »

 Mohammed Abed | Journaliste et chercheur

 Résumé exécutif

Cette recherche vise à prouver l’hypothèse selon laquelle l’entité sioniste a dissimulé le nombre réel de morts dans son armée lors de la guerre de Gaza, et si l’entité a réellement des lois qui autorisent et légitiment cette pratique, et enfin à tenter d’estimer le nombre réel de morts dus à l’occupation pendant les phases de conflit, en analysant le contenu des données de l’armée au cours des 100 premiers jours de combat direct sur le terrain à Gaza.

Prouver l’hypothèse de l’existence de ce qui est caché nécessite avant tout d’examiner ce qui est déclaré et révélé, car tout processus systématique et discipliné visant à dissimuler la vérité peut s’avérer impossible pour prouver son existence à moins qu’il ne laisse des traces dans ce qui est déclaré.

Puisque nous supposons l’existence d’un processus systématique de dissimulation, cela signifie probablement, l’existence d’un mécanisme systématique de filtrage de ce qui est disponible pour la publication.

Cette méthodologie de détection sortirait les résultats du schéma normal d’enregistrement d’un nombre limité de morts lors d’un affrontement militaire.

S’il est prouvé qu’il existe une tendance statistique régulière pour une opération dans ce qui est annoncé par les données de l’armée sioniste ; Cela constitue un indicateur très important de l’existence de quelque chose de plus grand.

Nous passons ensuite à l’hypothèse suivante (qui sert la première hypothèse et la renforce également), à ​​savoir l’existence de lois qui autorisent et légitiment l’occupation à mener cette pratique, et fournissent en même temps un mécanisme pour sa mise en œuvre. d’autant plus qu’il est naturel qu’une grande partie des morts « cachés » aient de la famille ou des proches. Ils peuvent simplement s’interroger sur leur sort, ce qui, à mesure que le cercle de cette pratique s’élargit, crée un énorme tumulte difficile, voire impossible à comprendre ou à supprimer dans le monde d’aujourd’hui.

Dans ce contexte, l’hypothèse de « l’achat du silence » des familles des morts émerge. C’est une hypothèse largement diffusée dans les médias, mais elle manque de preuves, malgré la possibilité de le faire par la recherche, d’autant plus que l’affaire nécessite la présence d’une entité supervisant ce processus, ou d’une législation le réglementant, en plus du budget qui est censé être important. Enfin, nous proposons ensuite une méthodologie pour estimer le nombre de morts de l’armée sioniste à Gaza.

Pour ce faire, nous recourons d’abord à l’analyse des données officielles disponibles qui peuvent constituer des données significatives sur lesquelles on peut s’appuyer pour concevoir des équations mathématiques afin de garder ces équations aussi liées que possible à la réalité officielle.

En effet, de nombreuses failles ont été observées derrière le mur du secret sioniste, notamment le nombre de blessés annoncé par le ministère de la Santé dans les premières semaines de la guerre, qui reflétait un rythme quotidien bien supérieur à celui annoncé dans le rapport des semaines suivantes en raison du renforcement de la censure militaire sur les informations officielles.

L’annonce le 7 décembre dernier du nombre d’aveugles blessés par l’armée d’occupation à Gaza constitue une autre lacune importante, dans la mesure où cette information permet d’estimer le nombre de blessés en le comparant à un taux traditionnel de probabilité d’enregistrer un cas de cécité chez des victimes militaires.

S’il existe une correspondance logique entre les résultats des deux méthodes pour obtenir une fréquence quotidienne des pertes militaires sionistes à Gaza, nous pouvons alors mettre cette fréquence dans une équation pour estimer la probabilité que la victime soit tuée sur le champ de bataille, ou le ratio des morts aux blessés et aux blessés conventionnels.

Le résultat nécessitera un autre mécanisme de vérification pour renforcer le réalisme, ce qui nécessite d’examiner les données occidentales largement acceptées sur les victimes de Tsahal.

Premièrement : l’écart idéal statistique :

Cette partie de la recherche est basée sur une analyse des informations de la base de données des personnes tuées par l’armée sioniste lors de la guerre de Gaza de 2023-24, qui a été préparée à cet effet, sur la base des informations du « ministère sioniste de la Défense ».

L’échantillon étudié comprend 231 soldats tués au cours des 100 premiers jours de combats (sans compter les jours de la trêve de novembre), et le premier d’entre eux est tombé le 22 octobre 2023, jusqu’au dernier soldat dont la mort a été annoncée pendant cette période le 31 janvier 2024.

Les informations étudiées comprennent les grades militaires, les responsabilités, l’âge, et si le soldat est une force de réserve, en plus de son lieu d’origine, du bataillon, de la brigade, et enfin le lieu et la date de son décès, en plus des notes secondaires parfois liés aux soldats issus de minorités (Bédouins, Druzes, Falasha…) ou encore aux circonstances de la mort du soldat.

En analysant ces informations, nous essayons de déterminer s’il existe un mécanisme systématique qui reflète l’existence de ce qui est « caché » par une certaine ingénierie pour trier ce qui est disponible pour la publication, en sortant les résultats du cercle du modèle naturel enregistrant un nombre limité de morts lors d’un affrontement militaire.

Statistiquement, tout échantillon a tendance à être aléatoire plus il est petit, et plus il est grand, plus il devient capable d’une représentation juste et idéale, ce qui conduit à douter de tout petit échantillon prétendument aléatoire, et il devient clair qu’il a tendance à être idéalement aléatoire sous plusieurs de ses aspects.

Dans le cas de l’échantillon dont nous disposons, c’est-à-dire les morts annoncées par les sionistes parmi l’armée lors de l’invasion terrestre, le nombre est si petit qu’il n’est pas censé s’élever au niveau d’une représentation logique d’une manière ou d’une autre. Mais ce n’est pas le cas, ce qui indique l’utilisation d’un ordinateur qui trie ceux dont il est préférable de publier les noms, selon certaines entrées, qui sont déterminées en fonction des considérations de l’armée et de son gouvernement, après avoir déterminé ce qui ne peut pas être couvert puis créer une équation qui limite et définit le cercle de la publication.

Dans un tel cas, il faut déterminer la constante qui doit être révélée, pour qu’elle soit une partie arithmétique de l’équation, qui produit le système statistique qui reste dans le cercle de l’idéalisme excessif (comme on le verra dans l’exemple de permettre que les noms de 9 morts soient publiés devant chaque officier supérieur, ou fixer une représentation des morts de Jérusalem et du Nord proportionnellement à leur représentation de la population).

Après avoir obtenu les résultats, des ajustements limités peuvent avoir lieu, comme l’octroi au soldat d’un rang plus élevé après sa mort en son honneur et autres, ce qui affecte les résultats, mais d’une manière très limitée qui n’affecte pas l’excès, l’illogique et voire une idéalisation statistiquement impossible.

Faits saillants des résultats

Parmi les nombreuses observations faites lors de l’analyse de l’échantillon cible (231 tués au cours des 100 premiers jours de l’invasion terrestre), un point crucial ressort, à savoir la présence d’un modèle idéal ou presque parfait dans la répartition des morts déclarés, principalement au niveau des grades militaires et de l’affiliation géographique.

En ce qui concerne les militaires, il est devenu largement connu qu’un grand pourcentage des décès annoncés concernent des militaires de haut rang, ce qui soulève de nombreux doutes sur la déclaration sioniste.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. En suivant les annonces sionistes, il apparaît clairement qu’il existe une tendance plus proche de l’idéalité statistique, qui indique l’existence d’un plan technique pour annoncer les morts selon une équation fixe : un officier de haut rang pour tous les dix tués. En fait, le soupçon d’idéalisme s’applique à la répartition des décès entre les quatre principaux niveaux militaires, tous comme suit :

Grades d’officier supérieur : 1/10 (Colonel, lieutenant-colonel, major)

Grades d’officier inférieurs : 1,5/10 (Capitaine, Premier lieutenant, Lieutenant)

Sous-officiers : 4,5/10

Recrues : 3/10

L’idéalité statistique est également présente dans l’appartenance géographique des soldats annoncés, et cela est évident dans la correspondance entre les morts originaires de Jérusalem et le pourcentage de sa population dans l’entité sioniste, et il en va de même dans la région du nord, notant que « Le Nord » est la seule région à majorité arabe dans l’État occupant, et cela va de soi, soit cela n’a pas été pris en compte lors de la détermination des données d’entrée pour la conception statistique préalable des soldats que l’occupation avoue avoir tués, soit cela reflète un empressement à impliquer les Juifs du Nord dans la bataille du Sud, ou les deux.

Population du Grand Jérusalem : 12,6% de la population de l’entité

Décès dans le Grand Jérusalem : 12,12 % des décès de l’armée

Population du Nord : 16,2 % de la population de l’entité

Décès au Nord : 16,8% des morts militaires (dont 5 Druzes)

D’autre part, la représentation des habitants des colonies de Cisjordanie s’élève à 17,3 %, ce qui est un pourcentage qui dépasse de loin la représentation des résidents de ces colonies dans le recensement de la population de l’entité, qui s’élève à 4,8 %, au dépens des habitants du centre de l’entité, qui comprend les plus grandes villes laïques, qui ne sont pas prêts à accepter la chute d’un grand nombre de victimes.

Globalement, un mort sur trois signalé vient d’une colonie, d’un kibboutz ou d’un moshav, un pourcentage qui dépasse de loin leur représentation démographique réelle et qui reflète, entre autres, la tendance des habitants des colonies et des blocs de colonies à rejoindre l’armée et qui ont une tendance plus nationaliste et fière des « sacrifices », mais aussi la difficulté de cacher les morts appartenant à de petites agglomérations, et peut-être même un intérêt à mettre en avant le rôle des colons de Cisjordanie en particulier.

Cela nous amène à parler d’une autre faille provoquée par cette ingénierie statistique, car elle aboutit à une répartition irrationnelle des morts par rapport au nombre d’habitants entre une région et une autre, ce qui est clairement évident lorsqu’il s’agit des colonies de Cisjordanie et de certaines villes à l’intérieur, aux dépens des grandes villes.

Voici quelques exemples en Cisjordanie :

1/ L’armée a annoncé deux décès dans la colonie « Susya » en Cisjordanie, qui compte 1 300 habitants, soit un taux de 1/650.

2/ Deux morts dans la colonie « Eliezer », qui compte 2 500 habitants, soit un taux de 1/1 250.

3/ Deux morts dans la colonie « Alon Shvut », qui compte 3 000 habitants, soit un taux de 1/1 500.

4/ Deux morts dans la colonie « Eli », qui compte une population de 4 600 habitants, soit un taux de 1/2 300.

5/ Quatre morts dans la colonie « Kernei Shomron », qui compte une population de 9 600 habitants, soit un taux de 1/2 400.

D’un autre côté, il n’y a aucune représentation, et ce qui est très suspect, des principales colonies auxquelles l’occupation a accordé le statut de « ville », notamment « Modi’in Illit » (80 000 personnes), « Beitar Illit » (65 000 personnes), « Ariel » (20 000 personnes), tandis qu’un décès a été enregistré à « Maale Adumim » (environ 40 000 personnes).

De l’intérieur, des exemples similaires émergent :

1/  Trois décès dans la ville de Shoham, soit un taux de 1 habitant sur 7 000.

2/  Trois décès dans la ville de Khraish, soit un taux de 1 personne sur 10 000.

3/  Trois décès à Dimona, soit un taux de 1 personne sur 10 000.

En revanche, dans les grandes villes, un nombre important de leurs habitants n’ont pas été enregistrés, et peuvent même être complètement absents, comme dans la ville de « Bnei Brak », avec une population d’environ 155 000 habitants.

 Si l’on peut dire que « Bnei Brak » est un bastion pour les Juifs Haredim, qui évitent généralement de rejoindre l’armée, alors Ashdod, par exemple, est la quatrième plus grande ville de l’intérieur, avec une population approchant le quart de million d’habitants. Un seul mort a été reconnu lui appartenant.

« Rishon Letzion », la cinquième plus grande ville, a enregistré deux décès, soit un taux de 1/125 mille personnes, tandis qu’un seul décès a été enregistré à « Bat Yam », avec une population d’environ 130 mille personnes, et seulement deux de Netanya, soit un taux de 1/85 mille personnes, et il en va de même à Holon. Même à Tel-Aviv, seuls sept décès ont été recensés, soit une moyenne de moins de 1/60 000 personnes. La répétition de ces exemples montre qu’il ne s’agit pas d’une simple coïncidence, et qu’il s’agisse donc de zones à taux de mortalité élevés ou de zones où les taux sont faibles.

En d’autres termes, le processus d’ingénierie territoriale, qui prend en compte la répartition des morts sur l’ensemble de la zone de l’entité et des territoires occupés, dans le cadre de la doctrine traditionnelle du « melting pot » sioniste d’ingénierie communautaire, tout en montrant une participation plus large de ceux venant des petites colonies de Cisjordanie et du Nord et, deuxièmement, de Jérusalem, tout en évitant les mégalopoles laïques qui ne peuvent pas supporter les pertes ; Cela conduit finalement à un manque de proportionnalité logique par rapport à la population, ce qui pourrait être considéré comme une coïncidence à moins que cela ne se reproduise de cette manière.

En outre, les morts venaient de colonies ou de petites villes et n’étaient pas issus de générations proches ou ne travaillaient pas dans les mêmes unités, et n’étaient pas non plus tués dans les mêmes batailles. Cela signifie qu’il n’y a aucune possibilité pour des jeunes hommes des mêmes villes d’aller au même moment rejoindre la même unité, et de se retrouver ensuite dans un accident ici ou là.

En conclusion, ces données, représentées par l’existence d’un système idéal de répartition des morts entre les rangs militaires et sur une large répartition géographique, en échange de l’écart du déséquilibre d’appartenance aux villes, villages et agglomérations, prouvent largement le soupçon de l’existence d’une ingénierie préalable pour trier ceux dont les décès sont annoncés, ce qui nous amène à la question suivante : Où sont les autres morts ?

Deuxièmement : des moyens légaux pour cacher les morts

Prouver les soupçons de fraude et d’ingénierie statistique dans le processus d’annonce des décès de l’armée sioniste à Gaza ne peut être pleinement fiable que s’il est prouvé qu’il existe une approche officielle de l’occupation qui le permet, compte tenu de la difficulté d’organisation et de contrôle de ce processus à moins qu’il ne soit organisé par un mécanisme officiel.

Puisqu’il est illogique de prouver une théorie avec une autre théorie, nous mettons ici de côté l’hypothèse « confortable » promue dans les médias, en parlant de la dépendance massive de l’entité à l’égard des mercenaires. Prouver l’existence d’une ingénierie statistique pour ce qui est annoncé prouve également la présence d’un grand nombre de morts sionistes, qui ont été retirées du cercle de l’annonce en raison de l’application de ces équations statistiques, ce qui maintient les morts de mercenaires parmi les garanties supplémentaires des pertes.

Cependant, tant que l’armée dissimule une partie de ses morts qui appartiennent à des grades militaires inférieurs et une partie de ses morts qui viennent de régions spécifiques, comment peut-elle y parvenir ?

Faits saillants des résultats

On a récemment parlé d’indemnisations supplémentaires pour les familles des sionistes morts, dont l’occupation décide de dissimuler leur mort. Ce point reste controversé étant donné la difficulté de le prouver en traquant les médias sionistes, soumis à une stricte censure militaire.

Cela nous amène à considérer la loi pour les familles des personnes tuées par l’armée sioniste lors des missions militaires. La loi détaille les questions d’aide, de subventions et d’indemnisation dans les moindres détails et inclut tous les cas. Bien qu’il soit exact dans la plupart de ses aspects, il regorge également de points flous qui pourraient constituer une faille permettant aux autorités militaires, de sécurité et de régulation de dissimuler le meurtre de soldats, de les considérer comme disparus ou d’accorder des sommes supplémentaires en échange de « » conditions particulières » déterminées par le ministre de la Défense personnellement. Les plus importants de ces points sont ceux mentionnés à la fin de la page 12, section « Comité des exceptions et avantages » :

A –  Le Ministre de la Défense (Armée) a le droit de constituer une commission habilitée, dans des cas exceptionnels et pour des raisons particulières à prouver, à approuver une augmentation du montant financier fixe pour une prestation déterminée, conformément au présent chapitre (et à la présente section – Commission des Exceptions pour les Prestations), à condition que le demandeur remplisse toutes les conditions pour obtenir cette prestation.

B –  Outre les dispositions de la sous-section A, la Commission des exceptions aux prestations peut, dans des cas exceptionnels, rares et imprévisibles, approuver le financement de services et le remboursement de dépenses non réglementées au présent chapitre, découlant et liées au deuil, et destinées au bien-être du demandeur, d’un montant ne dépassant pas 56 902 dollars shekels (environ 15 250 dollars).

C. Le Secrétaire à la Défense (Armée) précisera dans des règlements la formation du Comité des exceptions aux prestations, ses méthodes de travail, les pourcentages maximaux d’exceptions que le Comité peut approuver et les critères d’approbation des prestations par celui-ci.

Ici se termine le chapitre, sans détails supplémentaires.

Cela signifie que la personne habilitée à déterminer les conditions d’octroi de la subvention supplémentaire et à constituer la commission en fonction de son octroi est le ministre de la Défense personnellement, pour des raisons qui peuvent rester secrètes pour lui et pour la commission qu’il a mandatée pour mettre cela en œuvre.

La commission constituée par le Ministre de la Défense a également le droit de récupérer ces sommes exceptionnelles (ainsi que d’autres sommes) ou parties de celles-ci, en une seule fois ou par tranches, en cas de violation des conditions (conformément au chapitre suivant – le quatrième – relatif aux « Réserves sur le droit à récompense »). Cela signifie que cette loi donne au ministère de la Défense une « carotte » et un « bâton » pour traiter avec les personnes qui obtiennent une compensation supplémentaire en échange de certaines conditions.

Un autre point intéressant à la fin de la troisième page, lié en partie aux absents et à ceux qui, selon l’armée, sont « portés disparus » plutôt que morts, mais dont les familles reçoivent une indemnisation complète :

(Article 3)

A. Le militaire à qui une « autorité militaire compétente » atteste, par un certificat signé, qu’il a disparu à une date précise en raison de son service, et dont les traces n’ont pas été connues depuis lors, est considéré aux fins de cette loi comme s’il est décédé ce jour-là à cause de son service. (Le décès est considéré à des fins d’indemnisation et non dans le but d’annoncer officiellement la perte ou le décès).

B. « Autorité militaire compétente », dans cet article, désigne un officier de Tsahal désigné par le ministre de la Défense comme étant une autorité militaire autorisée aux fins de cet article.

Par conséquent, sa famille n’est pas informée de son décès, et si sa famille s’inquiète, elle leur fournit un papier de personne disparue et selon ce papier, ils reçoivent le même montant d’indemnisation que reçoivent les familles des morts, tout en gardant leur espoir qu’il soit retrouvé vivant, mort ou en fuite, et le nombre de ces « personnes disparues » reste secrètement sous surveillance militaire. Ceci est encore renforcé, à la page 15, sous la section « Demandes de limitation », comme suit :

B. Si une autorité militaire autorisée délivre un certificat en vertu de l’article 3 à l’égard d’un soldat en particulier, aux fins du calcul du délai de prescription en vertu du présent article : La date de délivrance du certificat est considérée comme la date du décès de ce militaire, peu importe ce qui est indiqué sur le certificat, à moins qu’il ne soit prouvé qu’il est décédé à une date ultérieure.

Autrement dit; Si la famille d’un militaire apprend après un certain temps sa « disparition », l’armée délivrera immédiatement un « certificat de perte » et commencera à accorder une indemnisation à la famille à compter de la date de délivrance du certificat, sans aucune mention de la date à laquelle lequel l’armée a « perdu » ce soldat, qui est une procédure pour traiter les cas dans lequel l’armée considère le soldat mort comme un « loup solitaire » sans famille et trouve facile de dissimuler sa mort, pour ensuite être surprise quand certaines personnes posent des questions sur lui.

Pour faire taire davantage les familles de ceux que l’occupation considère comme « portés disparus », comme l’indique le communiqué de la Caisse d’Assurance Nationale concernant les aides et subventions très importantes accordées aux familles des prisonniers détenus par la résistance.

A la fin du communiqué, disponible sur le site officiel de l’organisation, on trouve une note importante indiquant le phénomène croissant des « disparitions » depuis le 7 octobre et le refus de l’occupation de reconnaître le véritable sort de ces « personnes disparues » ni de révéler leurs numéros, noms, identités et circonstances de leur « disparition » :

Les membres des familles des personnes kidnappées et disparues, non liées aux événements du 7 octobre 2023, peuvent également bénéficier de subventions.

L’annonce se contente de cette référence sans précisions supplémentaires sur les circonstances envisagées pour la disparition de ces personnes, si ce n’est qu’elles ont « disparu » depuis le 7 octobre, en réalité, mais pas officiellement en raison des événements du 7 octobre et de ce qui a suivi.

Selon le communiqué, ces « personnes disparues », même si elles ne sont pas officiellement répertoriées comme disparues en temps de guerre, verront leurs familles bénéficier d’une indemnisation similaire à celle reçue par les familles des prisonniers et des personnes officiellement déclarées disparues.

Il convient de noter ici que le site Internet de la Fondation indique des détails relatifs aux procédures d’indemnisation des familles des personnes tuées depuis le 7 octobre, avec une indication de la possibilité d’obtenir une indemnisation supplémentaire. Il indique également la nécessité de divulguer la situation sociale et financière des familles des victimes, permettant d’évaluer s’il est possible de leur accorder une indemnisation complémentaire, outre la détermination de leur valeur, ce qui nous amène à relier des opérations d’indemnisation complémentaires « conditionnelles » pour les défunts issus de familles pauvres, donc logiquement facile à acheter leur silence.

Les données du site indiquent également que l’argent versé aux personnes kidnappées et disparues n’est pas récupéré une fois qu’elles sont retrouvées ou restituées. Cela s’applique également à l’argent alloué par la commission du ministère de la Défense chargée des soldats disparus dont les certificats de perte sont considérés comme des certificats de décès.

Le site fournit ces informations à l’avance, afin que les familles puissent estimer si elles ont droit à une indemnisation, en plus de son montant et des détails liés à tous les cas, et de manière à toucher les moindres détails (divorce, présence d’enfants, la présence d’autres membres décédés de la famille, une femme enceinte, la présence d’un fils ayant des besoins particuliers, Statut personnel, statut des parents, etc.), mais il souligne qu’une commission se rendra auprès de la famille du défunt immédiatement après sa mort à s’entendre avec sa famille, et cela se produira nécessairement avant l’annonce officielle de son décès, d’autant plus que l’annonce de la mort des militaires comporte toujours la phrase « sa famille a été informée de son décès ».

En conclusion, l’occupation dispose d’une autorité légale qui lui permet de dissimuler un grand nombre de ses victimes, que ce soit en les considérant comme disparues, puis en faisant taire les proches du défunt, s’il avait une famille connue ou si quelqu’un était venu s’enquérir de son sort, en leur offrant une indemnisation importante tout en gardant espoir en le retrouvant, ou en convenant avec eux d’une indemnisation supplémentaire en échange de la non-annonce officielle de la mort du soldat.

En général, le ministère de l’Intérieur enregistre chaque année 25 000 cas de personnes disparues, dont la plupart (20 000) sont retrouvées avant la constitution d’une cellule de recherche, tandis que 6 à 12 personnes disparues ne sont jamais retrouvées chaque année, selon ce qui a été indiqué dans un communiqué publié sur le site Internet.

La Knesset a délibéré sur cette question le 15 janvier 2024, sans mentionner le nombre de personnes disparues depuis le 7 octobre : Les lois de dissimulation d’informations, d’indemnisation complémentaire conditionnelle, de désaveu d’honorer les soldats morts et d’acheter le silence de leurs familles, en considérant l’acte de perte comme un acte de décès pour obtenir une indemnisation, et de ne se soucier du soldat « disparu » ni de son sort sauf si quelqu’un s’enquiert de son sort, ainsi que sur le « Protocole Hannibal », dont on prétend que l’entité aurait abandonné en 2016 ; Tous confirment l’invalidité de l’image que l’entité tente de tisser concernant sa sanctification de chaque « citoyen juif », et que l’État occupant et son armée sont les plus fiables lorsqu’il s’agit de la vie des Juifs, qu’ils soient civils ou des soldats, et que cela s’applique même au corps du soldat après sa mort.

Mais ce qui est important ici, c’est que ce qui peut être découvert à travers les failles de l’occupation elle-même nous permet de prouver l’existence de dépenses majeurs généreusement dépensés pour tenter de les cacher, en plus d’autres moyens de dissimulation. Est-il possible, malgré des lacunes similaires, d’arriver à une estimation logique de l’ampleur des pertes de l’armée  sioniste à Gaza ?

Troisièmement : Estimation du nombre de morts de l’armée israélienne :

Dans cette troisième et dernière partie, nous proposons un processus de calcul pour déterminer le nombre de morts sionistes à Gaza le plus proche de la vérité, à travers les données officielles de l’entité et en les comparant avec les données ultérieures, et en appliquant les schémas traditionnels de pertes militaires à l’état de guerre actuel à Gaza, sachant que ce processus reste basé sur l’estimation, même si nous essayons d’utiliser différents mécanismes et de les comparer pour nous rapprocher le plus possible de la vérité.

De nombreuses failles ont déjà été observées dans le système du secret israélien.

Malgré les tentatives de contrôler strictement les processus d’annonce du nombre de blessés et de morts, l’occupation a été témoin d’une grave confusion dans de nombreuses situations, évidente dans le décalage entre ce qu’annonce l’armée et ce que disent les hôpitaux, notamment en ce qui concerne le nombre de blessés au cours des premières semaines de la guerre, qui a reflété un rythme quotidien bien supérieur à celui annoncé dans les semaines suivantes en raison du resserrement de la censure militaire sur l’information officielle.

Aussi, l’annonce le 7 décembre dernier du nombre de blessés « aveugles » par l’armée d’occupation à Gaza constitue une autre lacune importante, étant donné que cette information permet d’estimer le nombre de blessés en le comparant à un taux de probabilité traditionnel enregistré en cas de cécité parmi les victimes militaires.

S’il existe une correspondance logique entre les résultats des deux méthodes pour obtenir une fréquence quotidienne des pertes militaires sionistes à Gaza, nous pouvons alors en tenir compte et l’utiliser dans une équation pour estimer la probabilité que la victime soit tuée sur le champ de bataille, ou le rapport entre les morts, les blessés et les blessés conventionnels. Pour plus d’objectivité et pour tenter de sortir du cercle de la théorisation, le résultat nécessitera un autre mécanisme de vérification visant à renforcer le réalisme, ce qui nécessite de rechercher les données occidentales largement acceptées concernant les pertes de l’armée sioniste.

Faits saillants des résultats

Ainsi, sur la base de ce qui précède, nous devons d’abord connaître le taux quotidien d’exposition des soldats aux blessures résultant des affrontements et des opérations de la résistance, ce qui nous amène à examiner les données du ministère sioniste de la Santé au début de l’année de guerre, alors que le contrôle militaire était encore confus, tandis que le ministère de la Santé avait un pouvoir absolu dans l’annonce du nombre de blessés, le gouvernement ayant intérêt à montrer « l’énormité » de ce qui arrive aux sionistes et à les motiver à lancer une opération brutale de représailles contre Gaza.

Le 18 octobre 2023, alors que les opérations de résistance dans l’enveloppe de Gaza prennent fin et avant l’agression terrestre contre la bande de Gaza, le ministère sioniste de la Santé annonce que 4 475 blessés ont été enregistrés depuis le 7 octobre. Le 7 novembre au soir, le ministère a annoncé que le nombre de contaminations s’élevait à 7 262, soit une différence de 2 787 blessés et une moyenne de 140 blessés par jour. Il est vrai que l’intensité des combats au cours des premières semaines a été très intense par rapport à d’autres périodes de la guerre, mais d’un autre côté, ces annonces du ministère de la Santé ne faisaient pas de différence entre les civils et les soldats blessés, et peut-être était-ce encore le cas en comptant le nombre final de victimes des attaques du « Déluge d’Al-Aqsa », en plus du fait qu’il y avait quelques jours avant le début de l’invasion terrestre, en plus de considérer la fréquence des lancements de missiles de résistance à l’intérieur de l’entité à cette période était plus élevé. La somme de ces données nécessite de chercher une autre faille pour vérifier le taux quotidien de blessés par l’armée sioniste à Gaza.

Nous disposons d’une autre donnée que nous pouvons utiliser pour vérifier, c’est l’annonce du 7 décembre par l’armée d’occupation selon laquelle elle avait enregistré 100 blessures graves aux yeux et que 10 à 15 soldats avaient été complètement ou partiellement aveuglés lors des combats à Gaza.

Mis à part l’étrangeté de la confusion dans l’annonce et la grande différence entre 10 et 15, le dernier chiffre et son pourcentage par rapport au total des blessures oculaires (15%) est proche du pourcentage de cécité totale ou partielle sur le total des blessures oculaires auxquelles les forces américaines ont été exposées dans la guerre en Irak jusqu’au début de l’année 2005 (38 sur 215, soit 17,67 %).

Selon des données américaines publiées à l’époque, le pourcentage de blessures aux yeux par rapport au nombre total de blessures critiques nécessitant une intervention chirurgicale et entraînant une invalidité des soldats a augmenté dans les guerres modernes, passant de 9 % pendant la guerre du Vietnam à 13 % pendant la Première Guerre mondiale et la guerre du Golfe, qui représente en fait le même pourcentage pour ceux qui ont été opérés des yeux fait partie des blessés des guerres en Irak et en Afghanistan jusqu’à la mi-2006.

Mais la probabilité d’une cécité partielle ou totale par rapport au nombre total de blessés et de blessures est de 3/1000, étant donné que le nombre total de blessés américains en Irak, y compris les blessures mineures, graves et mortelles, jusqu’au début de 2005 (époque où 38 cas de la cécité ont été enregistrées) ; Il a atteint 12 mille 377.

En appliquant cette équation au cas sioniste, 15 personnes atteintes de cécité partielle et complète signifient qu’il y a eu 5 000 personnes infectées à Gaza jusqu’en fin de journée du 6 décembre, soit une moyenne de 128 cas par jour depuis le début de l’année et les incursions limitées le 22 octobre, soit 147 depuis le début de l’invasion à grande échelle le 27 octobre (en omettant les jours d’armistice).

Il est intéressant de comparer les résultats de la comparaison précédente, qui nous donnent une plus grande confiance dans le fait que le taux quotidien d’atteinte parmi les soldats à Gaza s’élève en réalité à environ 140 infections par jour. Passant à l’étape du calcul du nombre de morts par rapport aux blessés, et revenant à l’exemple de l’expérience américaine en Irak, le rapport entre les morts et le nombre total de blessés (mineurs, graves et mortels) est de 1/8 (4 285/ 34 583 en juin 2008).

La situation à Gaza est supposée être plus chaude en raison de sa petite superficie et de sa congestion par rapport aux vastes zones d’Irak, ce qui limite les risques de blessures entraînant la mort. Bien que ce pourcentage soit modeste au regard de cette comparaison, le projeter sur le cas de Gaza signifie que 100 jours de combats, à raison de 140 victimes par jour, ont fait 14 000 victimes mineures, modérées et graves, dont 1 750 sionistes morts, soit 7,5 fois plus.

Ce qui a été officiellement annoncé au cours de la même période était une moyenne de 17,5 soldats tués par jour. Il convient de noter ici que les estimations de la résistance diffusées le 25 décembre indiquaient que 5 000 victimes graves avaient été enregistrées dans les rangs de l’armée d’occupation, et qu’un tiers d’entre elles avaient été tuées, ce qui est raisonnablement cohérent dans une large mesure avec la méthodologie de cette recherche dans l’estimation du nombre de morts sionistes à Gaza.

Parlant de la crédibilité du récit palestinien, et dans le contexte de la recherche d’un autre moyen de vérification qui pourrait contribuer à améliorer les résultats de nos calculs ici, il est important de suivre les données du site Web Global Firepower, qui fournit une information précise et une classification mondiale complète des différentes armées du monde, et citée par les principales institutions de presse internationales, notamment le « New York », le Washington Post, Forbes, Business Insider et d’autres.

Dans la classification du site de la force militaire néonazie en 2023, les données du site, mises à jour une fois au début de chaque année, indiquent que l’armée d’occupation possède 2 200 chars. Cet ancien nombre n’étant pas disponible actuellement sur le site en raison de sa mise à jour, il est possible de le consulter via la description de la version archivée du site, et un rapport de « Business Insider » où on y trouve référence dans un rapport publié le 18 décembre de l’année dernière.

Avec le début de la nouvelle année et la mise à jour des données du site, ce nombre est tombé à 1 370 chars, avec une perte de 830 chars, ce qui est tout à fait cohérent avec les annonces de la résistance palestinienne et dément le récit sioniste selon lequel la plupart des chars qui sont visés sont restaurés et remis en service en un temps record. Plus important encore, cet indicateur internationalement fiable adopte le discours palestinien, renforçant la confiance selon laquelle le nombre de morts sionistes est plusieurs fois supérieur au nombre officiellement annoncé par l’armée.

L’hypothèse est que le nombre de soldats présents dans les 830 chars qui ont explosé jusqu’à la fin de l’année dernière est limité ; Son équipage de base est composé de 4 personnes (à noter que le char « Merkavah » peut transporter 6 à 8 soldats supplémentaires), et sa détonation devrait tuer moins d’un tiers des membres de l’équipage, soit 1,25 soldat dans chaque char (seulement 5 morts dus à la détonation de tous les 4 chars), ce qui entraînerait la mort de 1 037 soldats, ne laissant que 48 soldats morts pour le reste des formes de mort, comme les tireurs d’élite, les bombardements, les affrontements, etc., pour se conformer aux rythme quotidien de décès que nous proposons (17,5 décès par jour, 1 085 depuis le début de l’invasion terrestre jusqu’à fin 2023).

Quoi qu’il en soit, la persistance de l’entité à mentir et à dissimuler les faits crée une mentalité publique qui tend à dénoncer la vérité et à l’exclure, plus que la tendance à se laisser surprendre par le récit sioniste et à rechercher les moyens de cacher la vérité, malgré le fait que ces moyens sont codifiés par l’entité et sont à portée de main, en examinant les lois et la législation sionistes, comme nous l’avons examiné précédemment dans cette recherche.

Le recours de l’occupation à la « carotte » d’importantes indemnisations, accompagné – dans le cas des « personnes disparues » – du maintien de l’espoir de nombreuses familles, avec le « bâton » d’exiger le retour de ces indemnisations, en plus de la terreur de la censure militaire, tout cela donne à l’occupation la possibilité de contrôler le faux récit, tout en le consolidant comme un fait infalsifiable en exagérant l’expression de la tristesse et du « choc » lors de l’annonce d’une personne décédée ici ou là, ou en exagérant la valeur de la négociation sur les « corps » des morts, pour créer l’illusion que l’occupation ne peut pas nier les morts, et encore moins les vivants.

*******

Conclusions finales

 Les résultats de l’analyse du contenu disponible et des décès de soldats israéliens dans la guerre de Gaza indiquent clairement la présence d’ingénierie statistique, résultant d’un cadre de hasard logique pour un échantillon de 231 soldats, dont les décès ont été officiellement annoncé au cours des 100 premiers jours de combats à Gaza.

Cette ingénierie comprend principalement : La répartition des morts annoncés entre les grades militaires, qui résulte de la nécessité d’annoncer les grades supérieurs et de la nécessité d’équilibrer la logique du rapport de ces grades supérieurs au total des morts annoncés, d’une part, et en limitant ce total d’autre part.

La répartition géographique des déclarés morts, en même temps la difficulté ou le refus de déclarer le nombre des morts des groupements des unités de colons surtout en Ci-Jordanie, avec en revanche, le besoin de de montrer la participation de tout l’espace de l’entité, surtout la région de Jérusalem et son grand symbolisme, et le nord loin de la bande de Gaza.    

L’ingénierie statistique confirme l’existence de ce qui est dissimulé, mais cela nécessite des recherches sur une législation qui encadre ce processus de « dissimulation », compte tenu de la difficulté de le mettre en œuvre et de le contrôler étroitement sans un travail institutionnel.

La législation sioniste relative à l’indemnisation des familles des personnes tuées par l’armée de l’occupation indique deux aspects importants dans ce contexte :

Légiférer des « indemnisations complémentaires » dans les cas exclusivement déterminés par le ministre de la Défense, qui fixe lui-même son règlement et forme le comité qui la supervise, tout en lui accordant le pouvoir de récupérer ces fonds en cas de manquement aux conditions.

Légiférer en considérant les soldats comme disparus, non morts, et ne pas prêter attention à eux ou à leurs familles à moins qu’on ne leur pose des questions à leur sujet. À ce moment-là, un document « manquant » sera délivré contre ces soldats, et leurs familles seront accordées à partir de la date de délivrance du document, une indemnisation que reçoivent les familles des morts, afin de faire taire les familles de ces personnes « disparues », tout en maintenant leur espoir de les « retrouver ».

L’Institution nationale d’assurance sioniste a également annoncé qu’elle accordait des compensations et des subventions aux familles des personnes « disparues » qui n’étaient pas inscrites par les autorités d’occupation sur les listes des victimes du Déluge d’Al-Aqsa, une question qui relève de la compétence de la discrétion de l’institution après avoir interrogé la famille de la « personne disparue », Aucun de ces cas, ni leur totalité, n’est annoncé.

D’après le règlement de l’Institut d’Assurance, et aussi en suivant la démarche de l’armée, l’annonce du décès d’un membre de l’armée d’occupation n’est faite qu’après « avoir prévenu ses proches », c’est-à-dire, et compte tenu des points précédents ; « accord avec sa famille. »

Il est peut-être possible de prouver l’existence d’une dissimulation sioniste, mais le nombre réel des morts de l’armée d’occupation reste dans le cadre d’une « estimation » étant donné l’extrême secret sioniste. Il existe cependant des moyens d’atteindre des niveaux raisonnables de logique et de réalisme, notamment en exploitant certaines lacunes en matière d’information et en comparant la guerre de Gaza aux circonstances de guerres modernes similaires. Grâce à l’utilisation de deux approches distinctes, notre estimation de la fréquence des infections quotidiennes au sein de l’armée d’occupation est de 140 infections par jour, allant de mineures à modérées, graves et mortelles. Soit un total de 14 000 victimes en 100 jours de combats à Gaza.

En projetant le taux de mortalité sur le nombre total de victimes de la guerre en Irak jusqu’à la mi-2008 (1/8), le bilan sioniste des morts pendant 100 jours d’intenses combats à Gaza est de 1 750. Ce nombre est logiquement proportionnel dans une large mesure aux pertes de l’armée d’occupation au niveau des chars spécifiquement, qui sont la principale arme utilisée par l’armée que ce soit au niveau des combats ou du transport de soldats.

L’indice « Global Firepower », largement respecté dans le monde entier, et dans sa mise à jour des données sur les forces de l’armée sioniste pour l’année 2024, a estimé qu’elle avait perdu 830 chars, par rapport à ce qui était le cas de l’année précédente, ce qui est cohérent avec les annonces de la résistance palestinienne, cela peut être utilisé pour vérifier le caractère raisonnable de notre estimation du nombre de soldats sionistes tués dans cette guerre.

Enfin

Les propos sur les mensonges sionistes et sur la nécessité pour l’État occupant de recourir à cette pratique sont devenus un sujet récurrent, même dans les médias hébreux eux-mêmes, et on a beaucoup parlé de la nécessité pour l’entité de maintenir une image de puissance pour des considérations internes, régionales et internationales. Mais ce qui mérite d’être souligné dans ce contexte, c’est le besoin urgent pour l’entité néonazie de détruire la dernière source de fermeté parmi les Palestiniens de Gaza, qui est la croyance dans la capacité de la résistance, après que l’occupation a tout détruit à Gaza, y compris les raisons fondamentales de la vie humaine.

Lien court:

Copied