Wed 24-July-2024

57 ans après la « Naksa »…Le Déluge d’Al-Aqsa, inaugure le chemin de la libération

jeudi 6-juin-2024

Gaza – Centre d’information palestinien

Aujourd’hui, mercredi 5 juin, marque le 57e anniversaire de la « Naksa » ou guerre de 1967, qui s’est terminée par la victoire de l’ennemi sioniste sur les armées arabes et son occupation de vastes zones des terres palestiniennes, égyptiennes et syriennes. Mais ce douloureux anniversaire survient aujourd’hui dans des circonstances différentes, dans lesquelles l’État occupant commence à se prendre la tête et à craindre pour son existence. Après le déclenchement du Déluge bénie d’Al-Aqsa le 7 octobre dernier, les équations ont malgré tout changé, les martyrs et les crimes et violations de l’ennemi, ne « passent plus sans rendre compte », comme l’a annoncé le commandant Muhammad Al-Deif.

Le déluge d’Al-Aqsa, une étape sur le chemin de la libération

Le professeur de charia islamique, le Dr Ahmed Al-Shahrouri, a confirmé dans ses déclarations au Centre d’information palestinien que la nation surfait sur la vague du déluge béni qui a été ressuscité pour être la véritable étape avancée cette fois pour libérer la terre et le peuple, soulignant en même temps qu’« il n’y aura pas de revers ni de catastrophe  après le Déluge d’Al-Aqsa, et la nation est à peu de distance d’une petite victoire et d’une libération, si Dieu le veut ».

Al-Shahrouri a déclaré : Aujourd’hui, nous sommes le 5 juin, et il y a cinquante-sept ans, ce jour représentait des défaites dont les responsables ont tenté d’atténuer l’impact en la qualifiant de « revers », dix-neuf ans après notre catastrophe avec la perte de la côte palestinienne dans le année quarante-huit. Il a ajouté en disant : Nous avons été vaincus dans notre foi alors que nous avons sanctifié les idoles humaines qui ont dirigé la défaite, et notre défaite doctrinale a été inscrite dans notre éducation et nos références culturelles. Le nationalisme était notre pain que nous avons mangé jusqu’à ce qu’il se transforme en un cancer dont les cellules ont gonflé pour tuer en nous l’esprit de victoire de la fraternité religieuse et de la sainteté de la terre sur laquelle la défaite a eu lieu. Le nationalisme qu’ils ont soulevé à cette époque a diminué notre capacité à résister à tout mouvement, il nous a fait perdre l’équilibre de défendre notre existence en tant que peuple libre dans un milieu caractérisé par un effort frénétique pour créer des esclaves, loin de la religion qui enseignait à ses adeptes comment refuser de servir quiconque autre que leur Seigneur, Gloire à Lui.

La disparition des slogans du leader unique

Al-Shahrouri a poursuivi son discours : Notre défaite, qu’ils ont qualifiée de « revers », nous a enlevé, en plus de la perte doctrinale, une perte d’identité. Nous avons été déchirés entre l’Est et l’Ouest, et nous avons oublié que nous étions le peuple d’un « Levant honorable ». Nous avons oublié que Damas était autrefois la capitale du califat, et que la Palestine était la perle du Levant où les abattus et les brisés cherchaient refuge, et où les gens se sanctifient lors du pèlerinage, et que la nation ne grandit que dans son ensemble, mais diminue par l’individualisme de certains cherchant un semblant de gain qui n’est en fait qu’une claire nudité morale.

Il a dit : Je pense que celui que Dieu a destiné à vivre jusqu’à ce jour a vu ce que les contemporains de la catastrophe, du revers et de la nakba n’ont pas vu. Ces leaders et ces idoles qui ont commis ces crimes et transgressions, sont déjà indiqués dans le Coran dénonce Pharaon et démontré la naïveté de ceux qui ont suivi son oppression : « Alors il a rabaissé son peuple, alors ils lui ont obéi », et quelle que soit la nature de notre époque, y compris la révolution des communications, heureusement pour nous, l’expansion des études et la capacité de s’aventurer dans des mondes qui n’étaient pas accessibles à nos pères, nous ont montré le nain par sa taille et nous ont enlevé les illusion qu’il attachait aux yeux des gens, et avec cela le slogan « le seul leader » et ses semblables ont disparu.

Al-Shahrouri a souligné que les gens connaissent aujourd’hui la vérité de chacun de leurs dirigeants et ne gardent pas le silence sur sa négligence en raison de l’ignorance de cette vérité, mais qu’en raison de facteurs qui les obligent encore à le suivre pour des raisons de sécurité existentielle, on ne peut plus cacher les mensonges des faussaires sur le chemin de « la libération de la terre et de l’homme » et des slogans qui se moquent de l’intelligences des gens. Il a dit que le peuple a commencé à entendre des déclarations qui prétendent défendre les opprimés, mais dans les faits des actions qui étouffent ces mêmes opprimés. Ce qui est le cas d’un responsable qui sait pertinemment qu’un de ses assistants le satisfait avec des mensonges, mais il s’y est habitué et l’invite à en faire plus en disant : « Ment, mon ami, je sais que tu mens, mais c’est ton mensonge qui me fait plaisir ! Al-Shahrouri a poursuivi en disant : Malgré la condition misérable des hommes politiques avérée dans leur négligence et leur déshonneur, la nation est maintenant très proche de déraciner les conditions objectives qui leur ont permis de la contrôler après un siècle de domination, en acceptant la grandeur de la Grande-Bretagne et la petitesse de ceux qui lui ont permis de contrôler le sacré. Ainsi des orateurs, des sermonneurs religieux, chevauchent sans scrupule aucun, la vague du déluge béni qui a émergé pour libérer la terre et l’homme.

Le mensonge de l’armée invincible s’est effondré

Il a poursuivi en disant : Le 5 juin de cette année, les héros de Cisjordanie soutiennent les efforts de leurs frères de Gaza dans leur Déluge, et le sioniste sait que le temps de sa domination est révolu, et il reconnaît même qu’il n’était qu’un lion en carton, et qu’il n’a subsisté que par notre faiblesse, qui jetait dans les yeux le mirage d’une force invincible. Apres le béni déluge la cécité a largement disparu et Nous avons voyons par la grâce de Dieu, la patience de l’enfant palestinien vaincre les Juifs, et des de braves femmes se battre pour leur vie et déclarer au monde qu’elles sont les mères de héros glorieux, et s’exprimer comme des oratrices éloquentes sur le champ de bataille, motivant les hommes.

Il a souligné qu’aujourd’hui nous sommes dans une nouvelle époque et un nouvel espoir, les gens ne sont plus aveuglés par la défaite, ils ne brandissaient des slogans d’abandon. Et aujourd’hui nos héros s’exhibent sur les champs de bataille et purifient la terre des abominations des porcs qui sont apparues le jour où les gens prenaient les ânes pour des chevaux de race.

Al-Shahrouri a déclaré : Après un siècle d’oppression et de profanation de tout ce qui est sacré, la nation est aujourd’hui tout proche de retrouver son moi perdu, et seule une plus grande conscience l’aidera à avancer vers cet objectif, qui distingue notre ami de notre ennemi et élimine sur notre chemin, des barrières de la peur. La génération a changé, et l’espoir est né de la nouvelle génération pour briser les idoles et s’enraciner dans la fierté de la foi.

Il a souligné qu’il n’y aura pas de revers après aujourd’hui, pas de catastrophe. Les pays fondés sur l’oppression et l’injustice ont disparu, et les peuples ont vu les conséquences désastreuses des oppressions et des injustices.

Il ne reste qu’accomplir la claire promesse divine de victoire : (Dieu a promis à ceux d’entre vous qui croient et font des actions justes afin qu’Il les établisse comme successeurs dans le pays comme Il a désigné leurs prédécesseurs comme successeurs, et qu’Il établira pour eux la religion qu’Il a choisie pour eux, et qu’Il les remplacera par la sécurité après leur peur.)

Il a conclu son discours en disant : Ô vous qui couvrez votre tête du voile du désespoir, levez-vous et faites partie de la scène de la libération et ne soyez pas parmi les soldats de l’intimidation ou du rabaissement, car « tous les deux sont répréhensibles. »

Le déluge d’Al-Aqsa efface tous nos revers du Passé

À son tour, le vice-président de l’Association des savants palestiniens à l’étranger, le Dr Abdul-Jabbar Saeed, a déclaré : À l’occasion de l’anniversaire de ce revers, nous nous souvenons de la défaite des régimes arabes face au mensonge de l’armée invincible, un défaite dans une guerre formelle et théâtrale qui n’a rien réalisé, et la fausseté de cette guerre qui a conduit au revers a été révélée par la fermeté de nos « moujahidines » et notre vaillante résistance depuis près de neuf mois, une résistance mal armée et assiégée depuis plus de dix-sept ans, mais armée de foi et renforcée par la mémorisation du Coran, son objectif est de plaire à Dieu, de libérer Al-Aqsa et la Palestine, ainsi que la liberté et la dignité de notre peuple.

Saeed a souligné dans ses déclarations, suivies par le Centre d’information palestinien : quel que soit le prix que nous payons et que notre peuple paie, il est moins cher que le prix de l’humiliation sous les tyrans de l’occupation. Il a souligné que le souvenir de notre revers de cette année éclipse est presque effacé par le revers de l’ennemi du 7 octobre, lorsque notre jeunesse et nos moujahidin ont fait vivre à l’ennemi en quelques heures ce qu’il n’avait jamais vécu dans son histoire, , donc le revers est devenu un revers pour l’ennemi, et peu importe combien il essayait de changer son image, il n’y parviendrait pas, car les évènements actuels signalait sa fin et celle des dirigeants arabes sionistes qui ont vendu la Palestine et Jérusalem pour quelques dirhams sans plus. Il a conclu en disant : Gloire et éternité à nos justes martyrs, guérison aux blessés et liberté aux prisonniers et aux capturés. Oh mon Dieu, utilise-nous et ne nous remplace pas pour accomplir vos recommandations.

Lien court:

Copied