Sat 22-June-2024

Disparition de médecins palestiniens…. Un rapport documente les crimes sionistes.

jeudi 30-mai-2024

Londres – Centre d’information palestinien

 Le site Internet Intercept a publié un rapport soulignant l’arrestation et la disparition de médecins palestiniens à Gaza par l’armée d’occupation néonazie. Le rapport montre que des centaines de membres du personnel médical à Gaza ont été martyrisés ou ont été arrêtés et torturés physiquement. Il confirme également que de nombreux médecins sont toujours détenus dans des lieux inconnus.

Le rapport indiquait que deux mois s’étaient écoulés depuis qu’Usaid Al-Sirr avait eu des nouvelles de son cousin, Khaled Al-Sirr, chirurgien à l’hôpital Nasser de la ville de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza. Avant la fin mars, ils étaient en contact aussi régulier que le permettait l’infrastructure de communication détruite. Khaled Al-Sirr a créé un groupe de télémédecine WhatsApp auquel participent des médecins des États-Unis, du Royaume-Uni et d’Europe pour prodiguer des conseils à leurs collègues épuisés de Gaza. En février, l’armée d’occupation néonazie a pris d’assaut l’hôpital Nasser. L’attaque a laissé l’hôpital vide et personne n’était présent dans les centres de santé détruits.

Cependant, le médecin secret est resté à l’hôpital car il a contribué avec le personnel médical au nettoyage des services hospitaliers et à la préparation de la réouverture de l’hôpital. Le 24 mars, les forces d’occupation néonazies ont de nouveau pris d’assaut l’hôpital, tandis que les proches de Khaled Al-Sirr pensent qu’il a été capturé avec ce qui restait du personnel limité de l’hôpital.

Un message de l’intérieur de la prison

Le 17 avril, la chaîne d’information Al-Mayadeen a publié une interview d’un Palestinien nommé Ahmed Abu Akl, infirmier à l’hôpital Nasser. Les forces d’occupation l’ont détenu pendant un certain temps, puis l’ont relâché. Abu Akl a transmis un message des médecins détenus à l’hôpital Nasser, dans lequel il a confirmé qu’ils étaient soumis à des coups et à des tortures quotidiennes. Parmi eux se trouvait le Dr Nahed Abu Ta’imah, directeur de la chirurgie au complexe médical Nasser, qui a décrit sa situation comme étant très difficile, ce qui indique qu’il a besoin d’un traitement urgent. Abu Aql a ajouté qu’un de ses collègues s’appelait Khaled et qu’ils lui avaient complètement arraché la barbe, et Usayd pense qu’il parlait de Khaled Al-Sirr.

Bien qu’il n’ait pas précisé où il était détenu, il s’agit probablement de la tristement célèbre prison de Sde Timan, une base militaire et un centre de détention dans le désert du Néguev. Le site Internet cite Usayd disant : « C’est navrant de ne rien savoir de vos proches. Nous ne savons pas s’il est vivant ou non. « Nous ne savons pas s’il va bien ou pas. »

Témoignage écrit d’un médecin

Le site a examiné le témoignage d’un médecin palestinien libéré de prison, expliquant ce qui se passe dans les centres de détention israéliens. En décembre, Khaled Hamouda travaillait comme chirurgien à l’hôpital Kamal Adwan, dans le nord de Gaza, où il a été transféré depuis l’hôpital indonésien. Plus tard, Hamouda lui-même a été soigné pour les blessures qu’il a subies lors d’une frappe aérienne d’occupation contre sa maison familiale à Beit Lahia, où sa femme, sa fille, son père, son frère et certains de ses proches ont été martyrisés. Environ 10 jours après le raid, les forces d’occupation néonazies ont ordonné aux équipes médicales et aux civils réfugiés à l’hôpital Kamal Adwan de partir. Hamouda a déclaré qu’on avait dit à l’administration de l’hôpital que les gens pourraient partir et se rendre dans un autre hôpital sans être arrêtés, ce qui ne s’est pas produit, et Hamouda et certains de ses collègues ont été détenus par l’armée d’occupation sioniste.

Le site Internet cite Hamouda disant : « Lorsqu’ils ont attaqué l’hôpital, ils ont demandé à tous les hommes et jeunes hommes âgés de plus de 15 ans et de moins de 55 ans de conserver leur carte d’identité et de quitter l’hôpital. » Leurs yeux étaient couverts, leurs mains liées et ils ont été emmenés vers un autre endroit, même si Hamouda ne savait pas où il se trouvait.

Le site Internet ajoute que peu de temps après la prise de quelques photos, des photos ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux de dizaines de personnes détenues par des soldats néonazis dans le nord de Gaza. Sur une photo, un groupe d’hommes torse nu se tient au premier plan tandis qu’un soldat semble les prendre en photo. Peu de temps après, les gens ont pu reconnaître l’un des hommes, appelé Hamouda.

Selon le site Internet, Hamouda a déclaré : « C’est le jour où ils nous ont emmenés de l’hôpital Kamal Adwan et nous ont demandé de regarder la caméra. C’est la seule preuve que j’ai été enlevé ce jour-là. « Personne ne savait ce qui nous était arrivé jusqu’à ce que cette photo soit diffusée dans les médias. » Hamouda a ajouté qu’il avait finalement été transféré à la prison Sde Timan, où lui et d’autres détenus avaient été contraints de rester agenouillés. S’ils ne le font pas, ils seront punis. Il a déclaré à propos d’un prisonnier : « Ils lui demandent de rester debout, la main au-dessus de la tête, pendant trois ou quatre heures. » « Malheureusement, lorsqu’ils ont découvert que j’étais médecin et chirurgien général, ils m’ont traité moins bien », se souvient Hamouda. Ils m’ont attaqué, me frappant dans le dos et à la tête. Ajoutant que les soldats voulaient savoir s’il était au courant des sionistes détenus à Gaza.

Le médecin martyr

Le site Internet indique que pendant sa détention, Hamouda a également rencontré une personne qu’il connaissait du milieu médical, le Dr Adnan Al-Barsh. Il a déclaré : « Ils ont amené le Dr Adnan vers deux ou trois heures du matin. « Il a été horriblement traité. » Hamouda a ajouté : Il souffrait et il m’a dit : « Khaled, ils m’ont battu. » Ils m’ont attaqué violemment. Selon Hamouda, Al-Barash a également déclaré avoir une côte cassée. Hamouda a pu fournir des médicaments et de la nourriture au patient, mais au bout de deux jours, le médecin blessé a été transféré. Le site Internet explique que malgré son état de santé et les dures conditions de détention, Al-Barash a annoncé la nouvelle à Hamouda.

Hamouda se souvient de ce qu’Al-Barash lui a dit : « Votre mère est à l’hôpital Al-Awda et elle va bien, je l’ai soignée. Hamouda a exprimé sa gratitude pour la lettre : « Ces informations m’ont été très, très précieuses car je ne connaissais aucune information sur ma famille, en particulier sur ma mère. « Alors je l’ai serré dans mes bras, je lui ai embrassé la tête et je l’ai remercié parce qu’il était le seul espoir de la retrouver quand je sortirais. »

Trois semaines plus tard, Hamouda a été libéré. Il a déclaré qu’il avait été transféré avec d’autres détenus au poste frontière de Kerem Abu Salrem, dans le sud, puis qu’ils se sont finalement rendus à Rafah. Ses enfants survivants et leur mère se trouvent toujours dans le nord et il leur faudra deux mois avant de pouvoir les réunir, il s’estime chanceux d’avoir été libéré. Le site Internet cite Hamouda disant : « Tous mes confrères médecins qui ont été arrêtés avec moi, après ou avant moi, ils les ont gardés là pendant trois, quatre ou cinq mois. Certains sont toujours détenus. 

Lien court:

Copied