Tue 11-June-2024

Les arabes larguent Gaza…malgré le génocide nazi continu.

mercredi 29-mai-2024

 Gaza – Centre d’information palestinien

Rafah est délaissée par Ramallah de Abbas et sa bande, avant d’être frappée par l’occupation. Rafah est délaissée par son voisinage arabe, par la sécurité nationale arabo-islamique, avant d’être agressée par l’entité sioniste. Le monde n’a jamais connu une communauté aussi étendue et aussi peuplée que le monde arabo-musulman, négliger le sang de ses enfants à moindre coût et a toléré l’incendie de ses hôpitaux et de ses écoles !

Avec ces mots, le professeur de relations internationales, Dr Ali Abu Rizq, décrit l’état de ce qui se passe dans la bande de Gaza, la guerre de génocide qui dure depuis huit mois et les scènes qui l’accompagnent qui font saigner les cœurs et les yeux. , et cela a ému le monde entier, ses peuples, ses universités et même les gouvernements occidentaux, tandis que les peuples et les régimes arabes continuent de dormir malgré la fraternité du sang et la proximité géographique, comme si de rien n’était à Gaza, alors pourquoi les régimes arabes officiels et de nombreux peuples arabes continuent-ils à laisser tomber Gaza, malgré la gravité du crime sioniste et la laideur des scènes diffusées par tous les médias audio et vidéo, et combien de temps cette déception et ce silence dureront-ils ?

N’est-il pas temps pour la position arabe officielle de sortir de sa stagnation et de sa déception ?

Dans sa lecture de la scène, l’écrivain et analyste politique Dr Mohsen Saleh s’interroge : environ huit mois après la bataille contre les Déluge d’Al-Aqsa et la guerre brutale néonazie dans la bande de Gaza, et après la persistance de la situation du « Déluge » et de ses conséquences massives, ses répercussions palestiniennes, régionales et internationales…

N’est-il pas temps pour la position arabe officielle de sortir de sa stagnation et de sa froideur et de son indifférence … ?!!

Peut-être que la question était étrange, et totalement inutile de s’adresser aux morts !! Parce que le sommeil de certains est un « culte » qu’on n’a pas le droit de le déranger !! Cependant, la question est de tenter de comprendre ce comportement officiel, pas de le justifier ni même de le changer… !!

Saleh estime que la scène arabe officielle dite « modérée » n’est pas qualifiée pour apporter de réels changements et continuera à « bâiller » tant que le feu n’entrera pas dans leurs   propres maisons. Cela est dû à la fermeture odieuse des préoccupations nationales et des intérêts privés, et à l’absence d’intérêts nationaux et des questions nationales dans leur prise de décision.

L’une des raisons évoquées par Saleh est le pari continu sur l’hégémonie américaine dans la région et sur la capacité de l’occupation sioniste d’anéantir le Hamas et réorganiser la situation dans la bande de Gaza, en plus de continuer à parier sur la voie de la colonisation et sur l’Autorité palestinienne. Parmi les raisons qu’il a évoquées concernant la déception persistante des autorités : l’incapacité à comprendre le choc majeur provoqué par le Déluge d’Al-Aqsa et l’incapacité à percevoir les opportunités qu’elle a créées ; D’autant plus que ce type de dirigeant n’est pas apte à profiter de telles opportunités !! Et aussi en raison du caractère fonctionnel et de l’horizon limité des systèmes nationaux. Saleh souligne que l’une des principales raisons est la perte de vision et l’absence de vision civilisée, unitaire et de renaissance pour l’émancipation de l’hégémonie américaine et occidentale. L’écrivain et analyste politique souligne également l’état d’hostilité envers les islamistes, la peur des mouvements de la Renaissance et du Changement, et la peur de ce que le projet de résistance islamique du Hamas véhicule et de ses répercussions sur la région, comme quelques-unes des raisons objectives des positions officielles. L’analyste conclut que les régimes arabes préfèrent temporiser et attendre la fin de la guerre, alors que la continuité de la sauvagerie sioniste, de la crise humanitaire en Palestine, en même temps que le résilience de la Résistance héroïque, et la croissance du soutient international, seront certainement des éléments de changement, et de soulèvements des masses arabes.

Les régimes ne peuvent pas continuer à miser sur leur main de fer, ni sur les moyens de diversion, ni sur les outils pour dénigrer la résistance… L’expérience historique dans la région confirme l’apparition de changements soudains, et la montée de vagues qui bouleversent le statut quo et faussent tous les calculs.

Est-ce le rôle du citoyen arabe de rester spectateur du génocide ?

Le journaliste égyptien et présentateur de « Go Show » Youssef Hussein a demandé : Pourquoi est-ce votre rôle, en tant qu’Arabe, de regarder le massacre de Rafah et de continuer à garder le silence ?

La question la plus importante est la suivante : pourquoi l’Amérique et l’Europe soutiennent-elles l’entité néonazie alors que leur peuple dans les rues est solidaire avec la Palestine, alors que les régimes arabes qui soutiennent la cause palestinienne dénoncent et condamnent le refus de leur peuple d’être solidaires avec la position déclarée avec la cause palestinienne, et il y a de grands pays qui empêchent leur peuple de faire preuve de solidarité même sur les réseaux sociaux ?

Hussein a poursuivi : J’imagine un jeune homme de Gaza qui a été déplacé du nord vers Rafah, en Palestine, qui réussit à se procurer un écran pour suivre la Ligue des champions africaine dans l’Égypte sœur, et a été surpris que la sécurité égyptienne empêche la levée des drapeaux palestiniens pendant le match, alors qu’il est normal que le monde entier hisse le drapeau palestinien dans tous les stades européens.

Il a ajouté que la question la plus importante avant de répondre à cette question ? Quel mal y aura-t-il pour les régimes arabes s’ils hissent un drapeau dans un stade, ou même s’ils hissent le drapeau palestinien dans la rue ? Par exemple, encourager la Palestine lors de la finale de la Ligue africaine des champions est-il la raison des prix élevés et de l’inflation ou la cause de la destruction de l’économie ? Il poursuit ses questions : qui est le seul à avoir intérêt à empêcher la solidarité populaire avec la cause palestinienne ? Hussein répond en disant : Le plus grand ennemi de la cause palestinienne est le « dictateur », car si les peuples arabes apprennent la liberté de la cause palestinienne et de la résistance, et nous savons que la liberté apporte la liberté, et que quiconque encourage une cause dans un autre pays peut, le ferait dans son propre pays, et résistera au dictateur de son pays. La question palestinienne a toutes les significations qu’un dictateur déteste.

Il souligne que le dictateur ne veut pas voir une solidarité déclarée avec la cause palestinienne ni même un boycott, parce que cette lutte inculque au peuple la valeur de la liberté, et ce sont des choses que le dictateur déteste. Par conséquent, après la chute des régimes arabes autoritaires lors du Printemps arabe, les régimes arabes tentent d’effacer la mémoire des peuples. De toutes ces belles valeurs, il ne sert à rien que la question palestinienne survienne et se réveille en un instant avec toutes ces significations au sein des peuples. Il conclut son discours en disant : Par conséquent, le citoyen arabe doit rester psychologiquement vaincu jusqu’à ce qu’il préfère être politiquement soumis à tel ou tel dictateur. Alors, saviez-vous pourquoi vous, en tant qu’Arabe, êtes dans votre rôle lorsque vous voyez notre peuple à Gaza, mourant et n’ouvrant pas la bouche, et saviez-vous au profit de qui ?

Les militants de la communication réagissent avec déception…

Si un animal défend son frère contre l’agresseur, alors où sont les humains ? De son côté, la journaliste Khadija Bin Qanna a critiqué fortement les crimes commis à Gaza, à la vue du monde entier, en disant : L’animal sent la douleur de son congénère, s’attriste par sa tristesse, sacrifie tout pour son semblable, et défend ceux qui veulent l’attaquer par tous les moyens possibles. Sauf que l’animal humain «  il n’est jamais guéri de ses maux ».

Lien court:

Copied