Wed 24-July-2024

Reconnaître l’État palestinien… le fruit du Déluge d’Al-Aqsa.

vendredi 24-mai-2024

Gaza – Centre d’information palestinien

Malgré toutes les analyses et opinions qui traitent de la question des pays européens déclarant l’un après l’autre la reconnaissance de l’État palestinien, le plus grand facteur commun est les grands sacrifices consentis par le peuple palestinien et le peuple de Gaza après le bienheureux Déluge d’Al-Aqsa, à laquelle le monde n’aurait prêté aucune attention sans Le Déluge d’Al-Aqsa, et les années de pertes que les palestiniens ont subi er les « vaines négociations » en sont preuve, selon les observateurs.

C’est le déluge d’Al-Aqsa seul et rien d’autre qui a changé les équations, renversé la balance et remis la question palestinienne en tête de l’agenda du monde injuste – malgré sans avoir le choix – de sorte qu’après le déluge, une nouvelle graine germerait, qui serait un nouvel ère pour un État palestinien bien enraciné et plein d’orgueil malgré la criminalité des sionistes et de ceux qui en ont peur  parmi leurs partisans les plus criminels, et ce serait un nouveau coup porté à l’entité usurpatrice, dont les réactions à la démarche européenne visant à reconnaître l’État palestinien indépendant a révélé l’ampleur de « la folie » et le choc qu’elle a reçu ainsi que ses dirigeants impliqués dans la guerre génocidaire à Gaza.

Une étape politique importante

De son côté, le PDG du Conseil indépendant euro-palestinien pour les relations politiques, basé à Bruxelles, Majed Al-Zeer, a qualifié la reconnaissance de l’État palestinien par l’Irlande, la Norvège et l’Espagne de « mesure politique importante et stratégique pour son timing et les circonstances qui se sont produites dans son contexte.

Al-Zeer, dans un article de blog sur son compte sur la plateforme « X », a considéré aujourd’hui mercredi la décision « une victoire publique pour les griefs palestiniens, un soutien aux droits du peuple palestinien sur sa terre, un rejet des crimes » et du génocide, et une condamnation avancée de la politique de l’État occupant.

Le militant palestinien, qui occupe également le poste de vice-président de l’Autorité générale de la « Conférence populaire pour les Palestiniens de l’étranger », a déclaré que la reconnaissance européenne d’un État palestinien « est cohérente avec la vague populaire européenne soutenant la cause en Europe ».

Il a souligné les sondages Yougov de la mi-avril, sur une partie de l’Allemagne, de la France, de l’Italie, de la Belgique et de la Suède, « confirmant un changement qualitatif dans l’opinion publique européenne, un parti pris en faveur du récit palestinien, une condamnation des crimes sionistes » par les personnes interrogées dans les cinq pays où les autorités ont un parti pris en faveur de l’État occupant.

Al-Zeer estime que la reconnaissance de l’État palestinien est « une étape qui est cohérente avec le mouvement juridique à La Haye avec les poursuites par Afrique du Sud, puis du Nicaragua, et plus récemment la décision du procureur de la Cour pénale internationale contre le Premier ministre de l l’occupation et son ministre de la Défense en demandant qu’ils soient poursuivis en tant que criminels de guerre.

Il a souligné que l’étape de reconnaissance « exprime un déclin des voix européennes biaisées et des fissures dans le mur de l’alienation collective européenne en faveur de l’État occupant ».

Al-Zeer estime que « ces trois pays (Espagne, Irlande, Norvège) méritent salutations, louanges et soutien », et a appelé les institutions populaires en Europe à « envoyer des lettres de remerciement sous de multiples formes, soit directement aux bureaux des premiers ministres, soit en s’adressant aux ambassades de leur pays. »

Une reconnaissance à double tranchant

 Malgré les éloges pour cette démarche et son caractère positif, les analystes politiques refusent que cet État ait les aspects antérieurs que l’Occident avait formulés avec l’autorité de Abbas, et qui n’a été qu’une illusion et un simple mirage. Une telle reconnaissance ne sert à rien pour le peuple palestinien, d’autant plus que c’est la position de cette autorité et souvent sceptiques et hostiles. L’écrivain et analyste politique Yasser Al-Zaatarah a déclaré dans son article de blog sur la plateforme X, intitulé : Des questions concernant la reconnaissance de l’État palestinien par l’Irlande, la Norvège et l’Espagne. Il a ajouté, d’abord pour ceux qui considèrent l’affaire comme une « grande victoire » : la « victoire » a-t-elle été obtenue par l’héroïsme de Gaza, sa résistance et la fermeté et les sacrifices de son peuple, ou par les efforts des ambassades de Ramallah ? l’ Autorité de abbas, qui consomme un grand pourcentage de l’argent du peuple palestinien, et les copains des dirigeants en profitent ?! Il a souligné que la réponse est connue, même si certains contesteront ! Il a poursuivi en disant : Rappel : les dirigeants de l’Autorité, ses brigades médiatiques et ses ambassades sont occupés depuis des mois à faire la satire du « Hamas » et de son « aventure » avec le « déluge d’Al-Aqsa ». Avez-vous entendu les paroles de « Monsieur le Président » lors du Sommet arabe ?! Al-Zaatarah a noté qu’il avait déclaré dans le texte que l’opération « que le Hamas a menée par décision unilatérale a fourni à Israël davantage de prétextes et de justifications pour attaquer la bande de Gaza et intensifier ses massacres, ses destructions et ses déplacements ». Il s’est demandé : cela signifie-t-il que les aveux susmentionnés ne valent rien ? Il a poursuivi en disant : Ce sera la même chose, et peut-être même pire, si cela est utilisé comme justification pour que les dirigeants de Ramallah poursuivent leur approche désastreuse et considèrent que leur autorité insignifiante en Cisjordanie est l’État, en laissant la libération aux générations futures !

Al-Zaatarah a déclaré : Mais il serait bon de rappeler que c’est le produit de la résistance et de sa fermeté, et non le produit de la défaite et de l’assujettissement, et que les théories du « protégez-nous » et du « vivre sous l’ombre de l’occupation »  » et en accordant aux envahisseurs  » l’occupation la moins chère de l’histoire « , dont vous connaissez certainement le propriétaire et qui est la  » tribu  » qui est derrière lui. L’analyste politique a souligné que cet État serait bon s’il corrigeait la boussole et faisait de la libération par la résistance le choix et la voie, et non de l’État comme alternative à la libération, comme l’a fait et le fait la bande d’Oslo !

Appréciations des efforts arabes et appel à l’ouverture envers Hamas

Quant à l’écrivain et analyste politique Ibrahim Al-Madhoun, il a salué les efforts arabes déployés pour reconnaître l’État palestinien et a déclaré que l’effort politique saoudien est important et est considéré avec l’intérêt et l’appréciation palestiniens et islamiques, et pour votre information, les conditions saoudiennes face à la normalisation sont fortes.

Il a ajouté : J’espère que le Royaume respectera ses conditions, qu’il s’agisse de créer un État palestinien ou de lancer un projet nucléaire arabe. Al-Madhoun a souligné que le Déluge d’Al-Aqsa a prouvé que l’occupation est trop faible pour bénéficier à qui que ce soit et qu’il s’agit d’une entité sur le point de s’effondrer. Les réactions de Netanyahu et de son équipe ont également prouvé qu’il avait une vision inférieure à l’égard de l’Arabie Saoudite.

L’analyste politique a déclaré : Je conseille au Royaume d’ouvrir des horizons de coopération avec le Hamas et d’inviter Ismail Haniyeh et les dirigeants du mouvement à Riyad et de coordonner avec eux. La prochaine étape nécessite de renforcer les relations avec le Hamas après qu’il ait prouvé sa capacité à affronter et à gérer, et le mouvement bénéficie également d’une grande flexibilité politique.

Reconnaissance des droits du peuple palestinien après de grands sacrifices

Quant au journaliste algérien Hafid Darraji, il a déclaré : La Norvège, l’Irlande et l’Espagne annoncent la reconnaissance officielle de l’État palestinien, et c’est une reconnaissance implicite du droit du peuple palestinien à résister à l’occupation. Darraji a ajouté dans son article de blog sur La position de l’Union européenne et d’autres pays dans le monde a changé.

Un pas vers la libération et la légitimité de la résistance

Pour sa part, l’écrivain et analyste politique Hazem Ayyad a considéré que cette reconnaissance est un pas vers une guerre de libération globale qui se rapproche lentement. Ayyad a déclaré que la politique de représailles suivie par Netanyahu, Ben Gvir, Smotrich et Gallant en Cisjordanie a exacerbé la crise de l’entité au lieu de la résoudre, et que tout ce que Netanyahu et son ministre de la Défense ont fait a été de renforcer la droite fasciste qui accentuent la crise existentielle de l’entité, et de faire exploser la situation en Cisjordanie et dans la région, en particulier de l’autre côté de la frontière avec la Jordanie.

Il a souligné dans son article que l’armée d’occupation a délibérément envahi la ville de Jénine pendant deux jours, commettant un massacre qui a touché des enfants, des étudiants et des médecins, déclenchant davantage de tensions et de détériorations en Cisjordanie et dans la région arabe, suivi le lendemain matin, par l’assaut du ministre fasciste de la Sécurité nationale, Itamar Ben Plenty, dans les cours de la mosquée Al-Aqsa, et le ministre de la Défense Yoav Gallant qui a annoncé l’annulation de la loi de désengagement des colonies dans le nord de la Cisjordanie, permettant ainsi le retrait des colonies du nord de la Cisjordanie et la réactivation de la colonisation, l’extension des colonies et l’augmentation de leur nombre. Ayyad a souligné que la provocation n’a pas pris fin avec l’annonce du ministre des Finances Smotrich de suspendre le transfert des fonds fiscaux vers les autorités de Ramallah, en défiant la volonté des États-Unis, le partenaire le plus important de l’occupation, avant que cela ne représente un défi au conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, qui s’est fait un devoir de lever les restrictions sur le flux des fonds de compensation. Le financement de l’Autorité de Ramallah était l’un des termes de la visite de Sullivan à l’entité occupante, mais il a été déçu de l’impossibilité de coopérer avec Netanyahu et son gouvernement suivant l’agenda de l’administration Biden, qui vit ses cinq derniers mois avant les élections présidentielles.

Ayyad a conclu en disant : L’action et la réaction sionistes rapprochent indirectement la confrontation en Cisjordanie et dans la bande de Gaza d’un nouveau tournant appelé la guerre de libération globale, fondée sur la légitimité de la résistance à l’indépendance et à la libération du colonialisme et de l’occupation dans le pays. Cisjordanie et bande de Gaza, soutenues par les autorités internationales actives sous l’influence du Déluge d’Al-Aqsa et L’agression en cours contre la bande de Gaza et la Cisjordanie.

L’occupation patauge et attaque le mouvement

 Mercredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a attaqué l’annonce faite par trois pays européens de reconnaître un État palestinien, et a affirmé que cette mesure était une « récompense pour le terrorisme ». Plus tôt mercredi, l’Irlande, l’Espagne et la Norvège ont annoncé leur reconnaissance d’un État palestinien indépendant, leurs décisions entrant en vigueur le 28 mai. Commentant cela, Netanyahu a affirmé, dans un discours vidéo diffusé sur son compte sur la plateforme « X », que « l’intention d’un certain nombre de pays européens de reconnaître un État palestinien est une « récompense pour le terrorisme » et « n’apportera pas la paix »

Il a également affirmé que cet État palestinien serait un « État terroriste », soulignant que son gouvernement « n’acceptera pas cela » et « poursuivra la guerre » dans la bande de Gaza. Mercredi, le chef de l’opposition israélienne, Yair Labid, a appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu à se déclarer prêt à accepter un État palestinien à l’avenir « sous certaines conditions et garanties spécifiques », ajoutant que le ministre de la Sécurité nationale de son gouvernement, Itamar Ben Gvir, lempêche de le faire. Lapid a ajouté que le ministre extrémiste de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, « ne permet pas » à Netanyahu de se déclarer prêt à accepter un État palestinien, estimant que « c’est la folie dans laquelle nous vivons ».

Lien court:

Copied