Tue 25-June-2024

Invasion génocidaire de Rafah…Par benidiction américaine, les sionistes foncent vers l’inconnu.

dimanche 19-mai-2024

Rafah – Centre d’information palestinien

 Au mépris flagrant de tous les avertissements internationaux, l’occupation sioniste a annoncé son intention d’intensifier les attaques terrestres sur la ville de Rafah et d’envoyer davantage de forces dans la ville, sous prétexte de rechercher les brigades de résistance palestiniennes restantes pour déclarer une victoire absolue sur le mouvement Hamas.

Hier, jeudi, le Premier ministre sioniste Benjamin Netanyahu s’est adressé aux soldats dans la région de Rafah, en disant : « La bataille de Rafah est décisive… C’est une bataille qui décide de beaucoup de choses dans cette campagne. » Netanyahu s’est engagé à mener une attaque à grande échelle contre la ville, qui, selon lui, est le dernier bastion majeur du mouvement Hamas à Gaza, ajoutant – selon ce qui a été déclaré dans un communiqué publié par son bureau – : « Cela ne se limite pas à la présence du reste des brigades du Hamas à Rafah, mais c’est (la ville) une artère pour les guerriers de Hamas pour s’échapper et se réapprovisionner. Terminer cette bataille nous rapproche grandement de la défaite de l’ennemi. »

Hier, jeudi, le ministère américain de la Défense a déclaré que le ministre Lloyd Austin avait souligné, lors d’un appel téléphonique avec le ministre sioniste de la Sécurité Yoav Gallant, « la nécessité incontestable » de protéger les civils et d’assurer le flux ininterrompu de l’aide humanitaire avant toute éventuelle opération militaire à Rafah. Selon l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés (UNRWA), plus de 630 000 personnes ont été déplacées de la ville depuis l’avertissement émis par l’occupation d’évacuer l’est de la ville, suivi par la prise de contrôle du côté palestinien par les forces d’occupation du passage de Rafah le 7 mai.

Dans le même contexte, les États-Unis prétendent s’opposer à une « vaste » opération militaire sioniste dans la ville, au sud de la bande de Gaza, alors qu’ils continuent de soutenir l’occupation dans son agression avec de l’argent et des armes. Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, arrivera dimanche prochain dans les territoires occupés pour discuter de l’opération militaire sioniste à Rafah et rencontrera Netanyahu, Gallant et Benny Gantz. Selon le site d’information hébreu Ynet, Sullivan arrivera en Palestine occupée après une visite au Royaume d’Arabie saoudite, dans le but de faire avancer la question de la normalisation.

Désaccord formel

Commentant la position américaine, l’écrivain et analyste politique Sari Orabi affirme qu’il faut savoir qu’il n’y a aucun désaccord entre les États-Unis et l’occupation sur le principe de la guerre dans la bande de Gaza et de l’élimination du mouvement Hamas, ajoutant que le les divergences portent sur la gestion de la guerre, la question du lendemain et les arrangements politiques qui mettront fin à sa guerre. Il a confirmé, dans des déclarations au correspondant du Centre d’information palestinien, que les Etats-Unis et l’entité sioniste sont tout à fait d’accord sur le principe de l’élimination du mouvement Hamas et l’affaiblir de façon très significative.

Il a déclaré : « Washington ne s’oppose pas à une opération à Rafah, mais il s’oppose à une opération à grande échelle qui provoque des catastrophes humanitaires majeures chez les civils. Cependant, cette objection ne reste pas nécessairement constante, car l’administration américaine n’a pas préféré les brûlés. -la méthode la terre brulée à Gaza, et pourtant elle a permis que cela continue. Il a souligné que si l’occupation impose ses options et ses faits, les États-Unis la soutiennent, comme les événements l’ont montré, et cela signifie qu’il ne s’agit que de divergences entre des parties qui ont le même but. Il a poursuivi : « Si Rafah est envahie, les États-Unis le soutiendront sans le moindre doute, et Washington ne veut pas d’une invasion de Rafah comme cela s’est produit à Gaza, e il veut plutôt une opération limitée, même s’il y a des désastres. » expliquant que le plan humanitaire contre lequel Washington veut l’invasion de Rafah est une expression trompeuse : « S’il réussit à réduire le nombre de victimes civiles, il détruira certainement toute la ville de Rafah. » Il a souligné que le plan humanitaire est une expression immorale, comme s’il prenait en compte la vie des gens, tout en ignorant complètement les maisons, les rues, les propriétés, les hôpitaux, etc. Et il a ajouté que l’occupation actuelle du terminal de Rafah a été menée avec l’accord et la satisfaction de Washington, qui veut permettre à l’occupation de faciliter son contrôle sur Gaza.

Le dossier est devant le tribunal

 Hier, jeudi, la Cour internationale de Justice, la plus haute instance judiciaire des Nations Unies, a commencé à examiner une nouvelle demande de l’Afrique du Sud concernant le « génocide » commis par l’entité sioniste  dans la bande de Gaza. Un avocat sud-africain a déclaré au tribunal que l’attaque sioniste sur Rafah était la « dernière étape » dans la destruction de Gaza, appelant le tribunal à émettre une ordonnance pour y mettre un terme. L’Afrique du Sud a accusé les sionistes d’intensifier le « génocide » qu’il commet à Gaza, et l’avocat en chef représentant l’Afrique du Sud, Vusimuzi Madonsela, a déclaré : « L’Afrique du Sud avait espéré, lors de notre dernière comparution devant ce tribunal, arrêter ce processus de génocide afin de protéger la Palestine et son peuple », ajoutant : « Mais au lieu de cela, le génocide sioniste s’est poursuivi à un rythme accéléré et vient d’atteindre une nouvelle et horrible étape. »

Plusieurs capitales et organisations expriment leur inquiétude face à une vaste opération terrestre à Rafah, située à la frontière égyptienne, où des centaines de milliers de civils se sont réfugiés pour fuir les combats dans la bande de Gaza. Rafah est le centre logistique le plus important de la bande de Gaza et la porte d’entrée cruciale pour la plus grande partie de la nourriture, des médicaments et d’autres aides entrant dans l’enclave, qui compte une population de 2,2 millions d’habitants.

Les combats ont conduit à la fermeture d’un poste frontière entre Rafah et l’Égypte et, pendant un certain temps, à une réduction significative du trafic au point de passage entre Rafah et la Palestine occupée à Kerem Abu Salem depuis que les forces néonazies ont pris le contrôle du point de passage de Rafah. , le passage a été fermé à l’aide vitale aux habitants de la bande, désormais en ruine, au bord de la famine, selon l’ONU, tandis que le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a averti que « la menace de famine à Gaza a augmenté plus que jamais ».

Alors que l’entité sioniste s’enfonce plus profondément dans Rafah, que de nouvelles frappes aériennes israéliennes et des combats dans le nord de Gaza subissent une pression intense, provoquant la fuite de dizaines de milliers de civils supplémentaires, des questions se posent quant à savoir où iront les déplacés de Gaza et comment la nourriture, les médicaments et autres produits de première nécessité vont etre passés et distribués dans tout Gaza, alors que l’importance de ces produits augmente chaque jour selon le New York Times.

Le passage de Rafah

 Par ailleurs, le directeur général du bureau des médias du gouvernement à Gaza, Ismail Al-Thawabta, a averti que « le contrôle du passage de Rafah par les forces d’occupation sionistes a empêché le voyage de plus de 22 000 blessés et malades, qui ont cruellement besoin de soins. « Il a été mis hors service après la destruction et l’incendie de 33 hôpitaux sur les 35 que compte la bande de Gaza, ce qui laisse présager une catastrophe qui menace leur vie. » Al-Thawabta a souligné que l’attaque des forces d’occupation contre le gouvernorat de Rafah, d’où vivent actuellement environ 1 200 000 Palestiniens, annonce l’apparition d’une véritable catastrophe humanitaire pour des centaines de milliers de citoyens, menaçant leur vie et les plaçant parmi les rangs des martyrs, les blessés et les affamés.

 Al-Thawabta – dans une déclaration à Jérusalem suivie par notre correspondant – a tenu l’occupant et son soutien l’administration américaine entièrement responsables des crimes de génocide contre le peuple palestinien, de l’escalade de la guerre de famine et de soif, du nettoyage ethnique et des déplacements forcés, et l’enlèvement et la torture de prisonniers civils sans crime.

Al-Thawabeta a appelé la communauté internationale, les Nations Unies et ses institutions à prendre des mesures urgentes pour mettre fin au crime de notre temps, mettre un terme à la catastrophe humanitaire en cours dont souffre le peuple palestinien depuis plus de 7 mois et prendre les mesures et les décisions nécessaires qui obligent l’occupation à mettre fin aux massacres génocidaires, à se retirer du terminal de Rafah, à le rouvrir et à faciliter l’arrivée de l’aide dont le peuple palestinien a besoin, et la libération immédiate de tous les prisonniers kidnappés de la bande de Gaza.

Depuis 9 jours, l’armée d’occupation poursuit son invasion terrestre de la ville de Rafah, sans aucune aide entrant par le passage de Kerem Abu Salem, empêchant la sortie de milliers de blessés pour se faire soigner à l’étranger, et l’arrivée de l’aide humanitaire et médicale, qui laisse présager une nouvelle catastrophe humanitaire, avec des centaines de malades et de blessés perdant la vie à cause  de l’indisponibilité des médicaments nécessaires, de l’incapacité des centres de santé restants à répondre à leurs besoins médicaux et de l’aggravation de la crise de la sécurité alimentaire, atteignant un état de famine, dans tout le secteur assiégé.

Al-Thawabta a appelé le procureur général de la Cour pénale internationale à enquêter sur 19 types de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en violation du droit international contre des civils, et à émettre des mandats d’arrêt contre les criminels de guerre parmi les dirigeants de l’occupation, notamment le Premier ministre du gouvernement d’occupation, Benjamin Netanyahu, son ministre de la Guerre et son chef d’état-major de l’armée.

Lien court:

Copied