Tue 25-June-2024

L’illusion d’éliminer Hamas …Les effets de la résistance épique de Rafah et  Jabalia.

dimanche 19-mai-2024

Gaza – Centre d’information palestinien

 Près de 8 mois se sont écoulés depuis la guerre génocidaire menée par l’entité sioniste dans la bande de Gaza, avec le soutien clair des États-Unis et de l’Europe, et la déclaration sioniste que son objectif est de détruire le mouvement Hamas et de mettre fin à la résistance palestinienne. Ces derniers jours ont prouvé l’humiliation et la faiblesse de l’entité malgré le génocide massif et les destructions qu’elle a commis.

La guerre a duré 8 mois de combats acharnés menés par la résistance dans différents axes du quartier d’Al-Zaytoun, de Jabalia et de Rafah. Toutes ces batailles ont prouvé que la résistance palestinienne ne peut pas être éliminée en raison de sa large base populaire. Le Premier ministre de l’entité sioniste, son ministre de la Guerre et le chef d’état-major de son armée avaient revendiqué la destruction de 19 bataillons appartenant aux Brigades Qassam sur 24 bataillons, mais les faits et les preuves indiquent sans aucun doute qu’il s’agit de de fausses allégations, prouvées par les événements sur le terrain et les informations diffusées par les médias hébreux, selon lesquelles les Brigades du Hamas sont présentes dans toutes les zones du secteur sont toujours actives.

Réfuter les affirmations de Netanyahu

Les analystes ont confirmé que l’augmentation de la fréquence des attaques de la résistance ces derniers jours, notamment à Jabalia, Rafah et dans le quartier de Zaytoun, réfute les affirmations de Netanyahu selon lesquelles le Hamas est sur le point d’être démantelé et éliminé, et que la bataille de Rafah, qu’il tente de faire croire à son opinion publique, est décisive et que la résistance sera complètement éliminée. Fayez Al-Duwairi – un analyste militaire et stratégique – affirme que les déclarations de Netanyahu, de son ministre de la Défense Yoav Gallant, du chef d’état-major Herzi Halevy et du porte-parole de l’armée d’occupation Daniel Hagari ne sont pas sincères et ont des objectifs politiques, en particulier lorsqu’ils prétendent démanteler le 19 Bataillons du Hamas.

Al-Duwairi a ajouté dans une déclaration au réseau Al Jazeera que la résistance fournit une preuve visuelle après que le quartier des opérations conjointes des factions a été activé de manière opérationnelle et pas seulement en coordination, indiquant que les combats se sont développés selon le modèle du « poisson du désert », avec des combattants apparaissant puis disparaissant en utilisant l’intimidation et le choc.

Concernant les raisons de la fréquence accrue des attaques de la résistance et de leur force et efficacité accrues, l’expert militaire a confirmé que la résistance a eu recours au processus d’absorption du choc à Rafah au sud et à Jabalia au nord en laissant entrer l’armée d’occupation puis en attaquant ses véhicules, alors que ces derniers n’ont réussi qu’à détruire et à commettre des massacres. Parmi les raisons, selon le général Al-Duwairi, il y a le fait que les Brigades Al-Qassam, la branche militaire du mouvement Hamas, ont réhabilité leurs brigades dans le nord de la bande de Gaza et les ont réduites de 12 bataillons à 8 avec une efficacité de combat qui pourrait atteindre 85%, dans le but de remanier la bataille défensive et d’élargir le champ de ses responsabilités. L’expert militaire a consacré un espace à parler des nouvelles tactiques de résistance après que la confrontation ait été initialement à partir de la première ligne défensive, mais maintenant elle diffère en permettant aux forces d’occupation d’avancer et de se précipiter en grand nombre et ensuite de les affronter avec des opérations spécifiques, employant des engins explosifs et sortant par les embouchures des tunnels d’attaque, etc.

Illusion

Professeur de sciences politiques à l’Université palestinienne An-Najah, le Dr Raed Nairat, affirme que les dirigeants politiques de l’occupation vivent dans une illusion depuis le premier jour de la bataille et tentent d’en faire une réalité. Nairat a expliqué que la résistance à Gaza – avant la bataille de Rafah – était présentée comme étant terminée et qu’il ne restait que la dernière étape pour récupérer les prisonniers, soulignant qu’il existe un paradoxe entre la réalité et ce que disent les dirigeants de l’occupation, qui découle de la perception idéologique de Netanyahu et de ses ministres Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich.

L’universitaire palestinien a souligné que l’establishment militaire sioniste est pleinement conscient des projets de la droite qui cherche à occuper Gaza et à y maintenir l’armée, ce qui signifie l’épuiser et encourir de lourds coûts. L’occupation militaire de Gaza est un piège pour l’armée sioniste – selon Nairat – qui a renouvelé sa référence à la division au sein de l’establishment officiel sioniste entre Netanyahu et sa coalition de droite, et Gallant, qui se rend compte que l’armée éprouve de l’inquiétude, et se sent noyé dans le bourbier de Gaza et se bat sans but.

Impossible de trouver une alternative

 Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a reconnu l’échec de son gouvernement à imposer une alternative au Hamas et à impliquer les Palestiniens locaux dans la gestion de la bande de Gaza, soulignant que parler du lendemain n’est qu’un discours vide de sens tant que le Hamas existera. Les déclarations de Netanyahu sont apparues dans un clip vidéo diffusé lundi dernier dans lequel il a admis avoir ordonné à l’armée de permettre aux Palestiniens locaux de la bande de participer au processus de gestion des terres et de la distribution de l’aide, mais ses tentatives ont échoué.

Il a déclaré : « Jusqu’à ce qu’il devienne clair que le Hamas ne contrôle pas militairement Gaza, personne ne sera prêt à tolérer l’administration civile de Gaza par peur pour sa vie », ce qui constitue un aveu explicite que le Hamas contrôle toujours essentiellement la bande de Gaza. De plus, Netanyahu a renouvelé l’opposition de son gouvernement à la résolution de l’ONU de la semaine dernière sur la reconnaissance d’un État palestinien, et a déclaré : « Nous ne leur permettrons pas d’établir un État terroriste à travers lequel ils peuvent nous attaquer par la force. Personne ne nous arrêtera, et personne n’empêchera « Israël » de son droit fondamental à l’autodéfense. Ni l’Assemblée générale des Nations Unies ni aucun autre organisme. » Ces déclarations de Netanyahu répondaient aux critiques du secrétaire d’État américain Anthony Blinken concernant le comportement de l’entité sioniste dans la guerre contre les Palestiniens à Gaza, Blinken a noté que « les tactiques de l’entité ont causé un lourd tribut en vies civiles innocentes, mais n’ont pas réussi à neutraliser les dirigeants et les combattants du Hamas et pourraient conduire à une rébellion permanente » appelant Israël à « sortir de Gaza ».

Il a expliqué que le Hamas a refait surface dans certaines parties de Gaza et que « l’action intensive menée par les forces sionistes dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, risque de laisser l’allié le plus proche de l’Amérique au Moyen-Orient face à une rébellion permanente ». Blinken a noté que les États-Unis ont travaillé avec des pays arabes et d’autres pendant des semaines pour élaborer des plans crédibles en matière de sécurité, de gouvernance et de reconstruction à Gaza, ajoutant : « Nous n’avons pas vu cela venir de l’entité sioniste, nous devons le voir aussi. »

Il a souligné que l’avancée de l’armée israélienne en profondeur dans Rafah pourrait obtenir « un certain succès initial » mais pourrait causer « des dommages terribles » aux civils palestiniens.

Les tensions se sont accrues entre Netanyahu et le président américain Joe Biden sur la manière de gérer la guerre, et dans une interview la semaine dernière, Biden a déclaré que son administration ne fournirait pas d’armes que l’entité sioniste pourrait utiliser pour lancer une attaque globale contre Rafah.

Le régime militaire a échoué

Un document préparé par les services de sécurité sionistes a également montré que l’entité ne sera pas en mesure d’établir un « régime militaire » dans la bande de Gaza, en raison du coût financier de l’établissement d’un tel régime, qui constituera un fardeau économique majeur, en plus du « risques de sécurité » liés au déploiement des forces armées aux frontières de l’entité, a indiqué vendredi le journal Yedioth Ahronoth.

Selon le document, le coût de l’activation du « régime militaire » dans la bande de Gaza est estimé à 20 milliards de shekels par an, en plus d’autres coûts tels que l’établissement d’un couloir vers la bande de Gaza pour un coût de 150 millions de shekels, ce qui est sans prendre en compte les coûts liés à la poursuite de l’exploitation d’un tel corridor, à cela s’ajoute la nécessité de pourvoir 400 emplois dans un système de « régime militaire » dans la bande de Gaza. Le document ajoute que le « régime militaire » nécessite des divisions militaires offensives et une cinquième division militaire défensive.

Selon le document, cela signifie transférer des forces vers la bande de Gaza et réduire les forces en Cisjordanie et aux frontières nord de l’entité, en plus d’appeler en permanence un grand nombre de forces de réserve. Le journal a souligné que la conclusion claire de ce document est qu’« l’entité ne supportera pas ce fardeau », car « la préparation de l’armée sioniste à une éventuelle escalade sur le front nord en sera affectée, ainsi que sa volonté de contrecarrer les opérations armées en Cisjordanie et en Palestine occupée. Le contrôle à Gaza signifie une crise sans précédent dans le budget de l’État et causera de graves dommages aux services pour les citoyens qui supporteront le fardeau économique. »

Le journal ajoute : « Malgré cela, Netanyahu n’exclut pas un régime militaire à Gaza. » Il dit que l’armée sioniste sera responsable de la sécurité à Gaza, mais cela signifie en pratique que l’armée sioniste exigera également la gestion de la vie civile dans la bande de Gaza en l’absence d’alternative au Hamas ou à l’Autorité palestinienne. Le ministre israélien des Finances, Bezalel Smotrich, a également parlé explicitement de l’établissement d’un « régime militaire » dans la bande de Gaza et du fait que « la situation est soit nous, soit eux, il est illusoire de parler d’un parti civil modéré, et non du Hamas, qui interviendrait à notre place demain matin »

De son côté, le ministre de la Défense Yoav Galant a annoncé, avant-hier, lors d’une conférence de presse, son opposition au « régime militaire » dans la bande de Gaza. Il a déclaré : « Une idée se développe qui pousserait vers un régime militaire et civil à Gaza. C’est dangereux pour nous et cela interdit à Israël d’avoir un régime civil dans à Gaza. Depuis octobre, j’ai soulevé la question au Cabinet et il n’y a pas eu de réponse. Mais Gallant réitère ses déclarations sur l’élimination du Hamas et de son pouvoir dans la bande de Gaza. Gallant a prévenu que le contrôle sioniste de la bande de Gaza à l’avenir « nous coûtera cher en sang et en trésors ». Le journal a souligné que les deux membres du cabinet de guerre, Benny Gantz et Gadi Eisenkot, ont des idées similaires à celles de Galant, « et l’insistance de Netanyahu à refuser de discuter de la question du « lendemain » et des alternatives au pouvoir du Hamas, crée une situation dans laquelle l’entité est contraint de gérer la vie à Gaza. »

Lien court:

Copied