Tue 25-June-2024

Pourquoi la défaite sioniste est déjà annoncée?

jeudi 16-mai-2024

Les tendances de la guerre

« Sinwar gère la guerre mieux que Netanyahu » cette phrase est prononcée par plus d’un responsable sioniste dans les médias hébreux, mais bizarrement elle ne reçoit pas beaucoup d’attention dans la presse arabe et cet aspect n’a pas été mis en avant en dehors des performances impressionnantes sur le terrain de la résistance.

La gestion de la guerre est une question très dangereuse et sensible, et c’est sur elle que se construisent les grandes tendances du conflit et ses horizons.

– La première tendance est que Sinwar et les dirigeants du Hamas se sont fortement appuyés sur le concept de « brouillard de guerre ». En termes de plongée de l’ennemi dans un état de « fausse certitude » quant au niveau des réalisations tactiques qu’il a atteint ; Cela était évident dans les vantardises des niveaux militaire et politique de l’État occupant concernant l’élimination de ce qu’ils appelaient les « Brigades du Hamas », ce que la résistance ne s’est pas portée volontaire pour réfuter malgré l’abondance de matériel de propagande et de vidéos et les militaires et les forces de la résistance. discours politiques. Par conséquent, ce qui s’est passé ces dernières heures à Jabalia a provoqué l’effondrement de toutes les hypothèses que l’occupation avait toujours vantées, ce qui a fait éclater le conflit entre les niveaux politique et militaire concernant le « lendemain » à la lumière de la crainte de l’armée que Netanyahu ne la conduise dans le bourbier du « régime militaire ».

– la deuxième tendance de la guerre est la réussite de la résistance, intelligemment et sans « guerre civile » ni « conflits internes », a fait échouer tous les projets visant à trouver des agents, des substituts et des agents à Gaza. Aujourd’hui, Netanyahu a révélé pour la première fois qu’il y a 100 jours il avait autorisé l’emploi de Palestiniens opposés au Hamas comme alternative. Mais il n’y est pas parvenu. Netanyahu a admis que la condition du succès de tout projet politique est de vaincre le Hamas militairement, et il s’est en fait moqué des propositions de l’armée et du niveau de sécurité qui poussent à commencer à trouver une alternative le plus tôt possible.

– La troisième tendance concerne l’adoption d’un style de guérilla qui préserve les capacités humaines et les équipements militaires ; Investir dans l’artillerie de manière intelligente, en tenant compte des changements dans la forme de la guerre. L’ennemi a déclaré que Sinwar avait une règle qui dit que « la capacité de la résistance à rester dans la clandestinité sera supérieure à la capacité de l’occupation à rester au-dessus d’elle », et il veut dire ici que l’équation d’usure favorisera en fin de compte la résistance qui lutte pour rester. sur son terrain.

– La quatrième tendance c’est le maintient de la carte de prisonnier entre les mains de la résistance malgré le passage de plus de 7 mois de guerre ; La résistance a été capable d’induire systématiquement l’ennemi en erreur en lui faisant comprendre sa position de négociation à plusieurs reprises. Atteindre l’étape finale des négociations qui a embarrassé Netanyahu et l’administration américaine ; La résistance a pris en compte très intelligemment sa relation avec les médiateurs en évitant qu’elle soit exclusive et en répartissant les rôles et en profitant de la position arabe après que Netanyahu ait tenté d’inciter les Arabes à résister.

– La cinquième tendance est la confirmation des facteurs externes épuisants de l’État occupant, représentés par les fronts extérieurs, en particulier le front du Liban, représentent un grand atout pour la résistance palestinienne. Cela augmente progressivement la crise de l’ennemi au fil du temps. Un événement tactique ne reste pas le même s’il dure longtemps. Malgré toutes ses souffrances, Gaza a prouvé qu’elle reste un obstacle stratégique aux aspirations et aux tendances de l’occupation, comme en témoignent:

* L’incapacité de l’occupation à étendre la guerre sur le front nord, même si ce qui s’est passé il y a des mois pourrait provoquer une guerre sans fin. ⁃Netanyahu a évité d’intensifier la confrontation avec l’Iran à la lumière des déterminants politiques internes qui faisaient de la fin de la guerre à Gaza et de la restitution des prisonniers des conditions incontournables.

* Un arrêt notable sur la voie de la normalisation régionale et une obstruction au plan américain de reconstruction de la région dans la perspective d’une normalisation saoudo-sioniste qui était imminente.

* L’amélioration de la position turque en faveur de la cause palestinienne et la détérioration des relations égypto-sioniste. Tous ces éléments sont des indicateurs de l’importance du rôle géopolitique de la bande de Gaza, que ce soit au niveau de la question palestinienne ou au niveau régional.

Si les répercussions régionales et internationales ne sont pas en notre faveur, elles ne sont pas nécessairement en faveur de l’occupation, qui a fondé sa vision de la résolution du conflit sur deux fondements principaux qui n’ont pas eu l’effet attendu par l’ennemi sioniste :

– Idéologie sioniste extrémiste.

– soutien extérieur et légitimité internationale.

Lien court:

Copied