Tue 25-June-2024

Bataille de Jabalia…Crise et défaite sioniste avérée.

jeudi 16-mai-2024

Gaza – Centre d’information palestinien

La bataille dans le camp de Jabalia fait rage et est décrite comme l’une des épopées de la bravoure palestinienne contre la machine d’oppression sioniste, avec des combattants sortent des décombres et des ruelles pour déverser le feu de la colère sur les chars d’occupation et ses soldats vaincus. Les Brigades Al-Qassam ont diffusé des scènes de leurs combattants affrontant les véhicules d’occupation, matérialisant la fierté de la performance légendaire des résistants palestiniens après huit mois de guerre.

Mercredi, Al-Qassam a annoncé la mort de 12 soldats de l’armée néonazie dans une opération complexe menée par les moudjahidines dans le camp de Jabalia, au nord de la bande de Gaza, confirmant un affrontement avec une force sioniste. Il a rapporté avoir fait exploser un dispositif paralysant dans un char Merkava dans le camp de Jabalia et avoir ciblé un bulldozer militaire avec un obus « Al-Yassin 105 » et une force sioniste barricadée à l’intérieur d’une maison à Jabalia, confirmant qu’il a également affronté une force sioniste que l’occupation a été oblige de retiré son équipement de destruction avec couverture aérienne après la mort des soldats à Jabalia.

Les Brigades ont ajouté qu’elles avaient pris le contrôle d’un drone de l’ennemi à l’ouest du camp et ont indiqué avoir ciblé un bulldozer militaire israélien D-9 avec un obus Yassin 105 au croisement de Terence, qu’elles ont un missile personnel d’un drone sur un groupe de soldats à l’est du camp.

De leur côté, des sources locales ont confirmé que de violents affrontements ont eu lieu entre les factions de la résistance et les forces d’occupation dans le camp de Jabalia, où l’armée sioniste a annoncé son retour il y a quelques jours.

Plus d’expérience pour la Résistance

Dans ce contexte, le journal hébreu « Haaretz » a révélé que les officiers de l’armée d’occupation qui sont retournés à Jabalia espèrent ne plus y retourner, soulignant que les forces combattantes du Hamas y sont devenues plus expérimentées.

L’un des officiers a déclaré : « Nous constatons qu’ils ont changé de tactique et se concentrent davantage sur les bâtiments pièges, tandis que de nombreux soldats de réserve se plaignent d’être appelés en vertu d’un ordre de conscription qui n’est pas limité dans le temps. »

À l’occasion de l’anniversaire de la Nakba, les forces de l’armée d’occupation néonazie stationnées dans la région de Jabalia, au nord de la bande de Gaza, ont été contraintes d’assister à un barrage de missiles lancés vers Ashkelon, au lieu de suivre le traditionnel défilé militaire de l’armée de l’air. Un commandant de compagnie du 196e bataillon a déclaré : « C’est frustrant de voir cela sept mois et demi après le début de la guerre, mais il semble que nous devions également revenir en arrière et rechercher chaque lanceur de missiles. » Le journal a cité le même officier disant que la plupart des soldats évitent d’aborder les questions politiques liées à la raison de leur retour à Jabalia, en particulier ceux du service régulier et les officiers permanents qui ont le sentiment d’être revenus au point de départ comme si de rien n’était.

Selon le journal, il y a plus de quatre mois, l’armée d’occupation sioniste a annoncé le démantèlement des brigades du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, cependant, cette semaine, des brigades entières de l’armée sont revenues pour mener des opérations dans la région de Jabalia, en plus d’affecter des brigades à participer aux opérations en cours dans la ville de Rafah, et des soldats du service de réserve ont été appelés pour la deuxième fois servir dans la guerre actuelle, et les cours de formation de dirigeants destinés à renforcer ces forces ont été interrompus.

Le commandant du 196e bataillon, le lieutenant-colonel Ya’ali Kornfeld, a commenté ceci : « Nous sommes retournés à l’endroit dont le Hamas cherche à reprendre le contrôle, une zone témoin d’hostilités dans tous les sens du terme ; Il y a ici des hommes armés que l’armée n’a pas pu neutraliser, et d’autres ont fui et sont revenus », a-t-il déclaré. Il a ajouté que lors de l’opération terrestre qui a débuté en octobre, l’armée d’occupation israélienne s’est emparée de certaines parties de Jabalia, mais n’a pas réussi à sécuriser toutes les zones.

Kornfeld a déclaré que cette fois, tout le monde était mieux préparé : « Si auparavant, nous devions former les équipages des chars et les pousser à imaginer la nature du champ de bataille, ce n’est plus nécessaire maintenant. Ceux qui viennent se battre pour la deuxième fois l’ont fait. C’est un avantage, mais cela s’applique également au Hamas, nous faisons une course pour apprendre et rivaliser avec le Hamas. Nous constatons qu’ils ont changé de tactique et se concentrent davantage sur les bâtiments piégés. » Kornfeld a souligné deux leçons principales qui peuvent être tirées des opérations actuelles de l’armée d’occupation à Jabalia et dans d’autres endroits du nord de la bande de Gaza, expliquant que la première leçon est que l’armée n’a pas évalué l’étendue des dégâts réels causés au Hamas et son infrastructure militaire dans la bande de Gaza.

Deuxième leçon : lorsque les forces d’occupation ont quitté la région, le Hamas s’est rapidement rétabli et s’est reconstruit dans le vide naissant, en partie à cause de l’absence d’une stratégie politique soucieuse de la phase du « lendemain ». comme il l’a dit.

Le Retour

L’armée israélienne a également confirmé que les forces du Hamas avaient été écrasées, indiquant qu’elle tentait plutôt de se restructurer sur la base de brigades démantelées, selon ce que l’auteur cite du spécialiste des affaires du Moyen-Orient David Rigolet Rose, qui estime également que « La branche militaire du Hamas s’est redéployée dans les zones du nord, et il semble que certaines infrastructures souterraines relient encore certaines zones de la bande de Gaza entre elles. » Mais comment expliquer le retour du Hamas dans cette région que l’armée israélienne croyait totalement sûre au point d’en retirer une partie de ses forces ? L’écrivain se demande. C’est ce qu’explique au journal le colonel français à la retraite Michel Goya : « Pendant 20 ans, la doctrine israélienne était basée sur la non-implication dans les zones de guerre terrestre, et cette région n’est en fait pas soumise au contrôle de l’armée israélienne. et le Hamas y jouit d’une certaine liberté de mouvement. Quant à l’ancien officier français Guillaume Ancel, il déclare : « Même si l’armée de l’entité sioniste a détruit les infrastructures visibles du Hamas, ce mouvement a une armée de l’ombre… Ils se déplacent dans des tunnels et ont des cachettes, et on ne peut pas les distinguer ; Ils ne portent pas d’uniforme militaire, mais sont plutôt des civils qui portent des armes à certains moments et qui n’ont pas de chars, de bataillons ou de quartiers généraux. » L’écrivain s’interroge : « Est-il possible d’éliminer ce groupe armé ? D’autant qu’il semble déterminé à survivre malgré l’élimination de ses dirigeants et d’une grande partie de ses combattants !

Ici, l’auteur cite Ansel disant : « Le Hamas est une galaxie de clans familiaux désorganisés, et même avec la perte de milliers d’hommes, il est capable de recruter très rapidement », ajoutant : « Nous pouvons détruire une structure politico-militaire, mais il est difficile d’éliminer une idéologie», selon l’expert.

Lien court:

Copied