Tue 25-June-2024

« Ils n’entreront pas dans notre camp. »…Jabalia repousse courageusement l’attaque de l’occupation nazie.

mercredi 15-mai-2024

Gaza – Centre d’information palestinien

« L’homme masqué » (Abu Ubayda) est sorti il ​​y a 20 ans et a déclaré ce jour-là que l’occupation ne pourrait pas entrer dans le camp de Jabalia même s’il ne restait qu’un seul combattant du Qassam. Et maintenant, la situation se répète alors que le camp réalise une épopée légendaire unique.

Il y a deux jours, les forces d’occupation ont lancé une attaque terrestre massive contre le camp de Jabalia, affirmant que le mouvement Hamas tentait de se réorganiser militairement et civilement.

Cependant, la mission de l’occupation a été très difficile car elle s’est heurtée à une résistance féroce et sans précédent et à des embuscades bien élaborées qui ont conduit à la mort et à la blessure de dizaines de soldats sionistes.

Interaction remarquable

Les plateformes des médias sociaux ont mis en avant de leurs contenus les scènes de la résistance palestinienne ciblant les forces sionistes pénétrant à Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza. Les pionniers des plateformes de communication ont interagi avec l’intensité des opérations complexes de la Résistance palestinienne sur les différents fronts de Gaza et sa capacité à surprendre les forces d’occupation et à leur infliger des pertes considérables.

Les blogueurs ont recensé – à travers leurs comptes sur les réseaux sociaux – toutes les opérations de la Résistance palestinienne, en particulier les Brigades Al-Qassam, sur différents fronts de Gaza au cours des dernières 24 heures et ont constaté qu’elles représentaient plus de 18 opérations bien ciblées, mais le front du camp de Jabalia était le plus concerne par l’interaction sur les plateformes sociales.

Des tweeters ont déclaré : « L’occupation voulait que la guerre fasse à nouveau rage dans de nombreuses régions de Gaza, guidée par l’illusion que la résistance a pris fin ou que ses forces ont échoué, mais elle rien de tout cela n’a eu lieu, et elle réalisera bientôt l’étendue de sa déception. ».

Ils ont ajouté que la résistance dans le camp de Jabalia est encore une fois vaillante, 7 mois après que l’occupation a affirmé y avoir éliminé la Résistance. Aujourd’hui, les résistants sont sortis des ruelles, des quartiers et du dessous des décombres et ont mené des combats acharnés et intensifiés dans une « épopée grandiose».

Les militants ont décrit la bataille de Jabalia comme un coup d’envoi prometteur et ont déclaré que les Brigades Al-Qassam avaient commence la confrontation avec les forces d’occupation sionistes en ciblant un char Merkava avec un missile anti-blindé depuis un drone, et cette opération a été documentée en vidéo, ce défi majeur à l’occupation est réalisé après 219 jours de bataille.

Certains observateurs ont attiré l’attention sur les conditions humanitaires dans le camp de Jabalia et les ont décrites comme très difficiles, les forces d’occupation étant incapables de faire face aux frappes de la résistance, elles ont donc eu recours à des attaques aveugles, prenant d’assaut 6 écoles de l’UNRWA abritant des milliers de personnes déplacées, exécutant ou arrêtant des hommes civils, et obligeant les femmes et les enfants à se déplacer, et après l’évacuation des écoles, le bâtiment est transforme en une caserne militaire.

Les blogueurs ont republié le discours du chef des Brigades Al-Qassam, le martyr Nizar Rayan, lors des « Jours de colère » contre l’occupation en septembre 2004, dans lequel il déclarait : « Ils n’entreront pas dans notre camp… ce qui signifie , ils n’entreront pas dans notre camp. »

Camp de la révolution

Le camp, créé après la Nakba en 1948, est l’un des plus grands des huit camps de réfugiés de Gaza et, dans les environs de la ville de Jabalia, des dizaines de milliers d’habitants manquent d’abri pour se protéger du froid et de la pluie, après que des écoles et des zones d’abris aient été ciblées.

Elle est située au nord de la ville de Jabalia, à un kilomètre de la route principale « Gaza-Jaffa », et est habitée par environ 114 000 réfugiés enregistrés auprès de l’UNRWA. Il est bordé à l’ouest et au sud par les villages de Jabalia et Al-Nazla, au nord par Beit Lahia et à l’est par les vergers d’agrumes du conseil villageois de Jabalia, Al-Nazla et Beit Lahia.

C’est l’une des zones les plus peuplées de Gaza, avec une superficie ne dépassant pas 1,4 km.

Massacres

L’armée d’occupation israélienne a commis plusieurs massacres à Jabalia au cours de l’histoire, notamment : Massacre de Jabalia en 1967. Massacre de Jabalia en 1968. Le massacre de 1987 qui a déclenché la première Intifada. Massacre de Jabalia en 2003. Le massacre de l’invasion du nord de Gaza en 2004. Massacre de Jabalia du 27 février 2008 au 4 mars 2008. Massacres à l’est de Jabalia pendant la guerre de 2009. Massacres lors du « déluge d’Al-Aqsa » de 2023.

Épopées et résilience

L’expert militaire palestinien, le général Wassef Erekat, affirme que le nom de Jabalia apparaît à chaque vague d’escalade avec l’entité sioniste, car c’est le point le plus proche du passage d’Erez et de la zone entourant Gaza, et c’est le seul débouché pour les Gazaouis. en Israël. Il a déclaré dans un communiqué de presse que le contrôle de Jabalia et du quartier de Zaytoun était l’une des tâches les plus difficiles pour l’armée néonazie, qui a affronte des combats acharnés avec les combattants d’Al-Qassam dans ces zones.

L’armée d’occupation a amené à proximité de Jabalia la « 162e division », la « 401e brigade blindée » et la « brigade d’infanterie Nahal », ainsi que la « 551e brigade de réserve » et d’autres forces d’élite pour tenter d’en prendre le contrôle, mais il n’a pas réussi à réaliser de résultats militaires significatifs dans le camp et dans tout Gaza, sauf tuer des civils, détruire des infrastructures et de démolir des maisons. Selon Erekat.

Il a ajouté : L’entité sioniste revendique la présence de dirigeants du Hamas dans le camp et dans la ville de Jabalia, mais sans aucune affirmations ou preuve. En plus de son invasion de la bande de Gaza sans dissuasion ni contrôle, l’entité sioniste commet des massacres et des crimes de guerre contre les habitants sans défense du camp.

Lien court:

Copied