Sat 25-May-2024

L’effet « domino » des démissions : Haliva, fox …Le déluge d’Al-Aqsa noie la bande des infanticidaires

jeudi 25-avril-2024

Gaza- CPI

Les répercussions de la démission du chef de la Division du renseignement militaire israélien, Aharon Haliva, de son poste se poursuivent après avoir reconnu la responsabilité de l’échec devant le «déluge d’Al-Aqsa » le 7 octobre, suivi par d’autres généraux, qui ont commencé à sentir leur chute imminente comme des « dominos », un par un, dans un nouveau coup porté à cette entité fragile et impuissante. Aucun résultat réel n’a été obtenu après plus de deux cents jours d’agression continue contre Gaza.

La boule de neige grandit sans cesse

 Les analystes et les observateurs estiment que la « boule de neige » qui a commencé avec la démission d’Haliva va grandir et retomber au fur et à mesure qu’elle se déroulera avec les plus hauts généraux de l’entité sioniste dans les prochains jours, comme le confirment les articles de la presse hébraïque qui ont révélé une partie de la défaite face à la bataille « Déluge d’Al-Aqsa », vécue par l’armée d’occupation, depuis le 7 octobre, et tout le monde aura sa part à payer du prix pour tous, Netanyahu ne sera pas loin de les rattraper.

L’écrivain et analyste politique Ahmed Mansour a vu dans la démission de Haliva « le début de la chute de la bande de tueurs », surtout après qu’il a annoncé qu’il portait la responsabilité des échecs de l’attentat du 7 octobre. À son tour, l’écrivain et analyste politique Hazem Ayyad a déclaré que la série de chutes a commencé avec un allié après que le « déluge d’Al-Aqsa » ait noyé le général Aharon Haliva, commandant des services de renseignement de l’armée d’occupation sioniste, et l’a poussé à démissionner. Mardi, la Kan Broadcasting Corporation (Chaîne 11) a révélé la démission du général Yehuda Fuchs, commandant de la région Centre-Cisjordanie, noyeé dans les vagues de la Cisjordanie, qu’il avait promis de briser dans le cadre de l’opération « brise-vagues » lorsqu’il a pris ses fonctions en 2021.

Ayyad a souligné dans son article, suivi par le Centre d’information palestinien, que la Cisjordanie a gâché les rêves du général Fox, tout comme Acre a gâché l’avenir de Napoléon et ses rêves à l’Est après l’échec de son siège en 1799. Et malgré les tentatives du chef d’état-major, le général Herzi Halevy, de dissuader le général Fox de démissionner et de l’inciter à occuper le poste de chef d’état-major adjoint, il a insisté pour que sa démission prenne effet en août de cette année. , mettant ainsi probablement fin à son avenir militaire et politique.

Les généraux victimes en Cisjordanie et à Gaza

 Ayyad a déclaré que les victimes de la résistance palestinienne, y compris les généraux, en Cisjordanie ne sont pas différentes de leurs victimes dans la bande de Gaza. On s’attend à ce que quatre généraux de haut rang démissionnent dans les jours et semaines à venir, dont le chef d’état-major Herzi Halevy lui-même. Le « déluge » les a noyés tout comme les vagues de Cisjordanie ont noyé le général Fox, devenu impuissant face à la crise, la force de la résistance en Cisjordanie et l’échec de l’establishment politique israélien en même temps.

Il a également souligné que « les effondrements successifs de l’armée d’occupation ne se limiteront pas à la bande de Gaza et à la Cisjordanie ; Il est possible que les généraux du front nord, adjacent à la frontière libanaise, les rejoignent prochainement. Il s’agit d’une véritable infection qui se propage dans les rangs de l’establishment militaire et sécuritaire, exacerbée par les craintes de poursuites judiciaires et pénales internationales qui enquêteraient sur les crimes de guerre israéliens devant les tribunaux locaux et internationaux.

Il a noté que « la noyade du général Fox dans les vagues de Cisjordanie reflète l’échec de la stratégie politique et militaire de l’occupation sioniste et l’absence de vision politique de l’État occupant. L’armée d’occupation souffre d’un chaos interne qui reflète la désintégration de ses structures internes, qui souffrent de pressions politiques et de divisions intellectuelles qui ne reflètent pas la cohésion apparente qu’elle semblait avoir. Ayyad a souligné que la contradiction apparaît clairement dans le sondage d’opinion préparé par l’Université Reichmann de Tel Aviv. Il a souligné que 87 % de la communauté des colons en Palestine occupée font confiance à l’armée d’occupation et qu’en même temps, un cinquième d’entre eux veulent partir et obtenir une nouvelle nationalité.

Ayyad a conclu en disant : La contradiction et le chaos au sein de l’institution militaire se reflètent clairement dans la société coloniale en Palestine occupée. Les dirigeants se noient les uns après les autres dans le « déluge d’Al-Aqsa » et dans les vagues de la Résistance en Cisjordanie qui ont ôté à la fois la confiance à l’armée d’occupation et aux dirigeants politiques. Les médias militaires sionistes tentent de cacher ces réalités par des manœuvres politiques et de fausses analyses internes.

Le plus dur est à venir

 De son côté, le journaliste Sharif Mansour a déclaré : « Il semble que la démission d’Aharon Haliva, chef du renseignement militaire israélien (AMAN), sur fond de glorieuse opération du 7 octobre, entraînera d’autres démissions de hauts dirigeants de l’armée d’occupation. Mansour a souligné que les répercussions du « séisme » du 7 octobre sont grandes et profondes sur l’entité sioniste, et que ce qui s’en vient est plus difficile pour elle et pour Netanyahu.

Le début d’un effet domino

 Le journal sioniste Yedioth Ahronoth a confirmé que la démission du chef de la Division du renseignement militaire (Aman), Aharon Haliva, « ne sera pas la dernière » parmi les officiers supérieurs de l’occupation, parlant d’un « effet domino ». Le journal indique que Haliva est le premier membre de l’état-major de l’armée israélienne à démissionner en raison de l’échecs du 7 octobre 2023. Il a été révélé qu’il y avait d’autres officiers supérieurs, au moins 4 ayant le grade de colonel, au niveau des commandants d’unités de terrain, qui ont informé leurs camarades de leur intention de démissionner, notamment le commandant de la division de Gaza, le général de brigade Avi Rosenfeld.

Il a souligné qu’un autre général de l’état-major a également disparu de la vue du public au cours des 6 derniers mois, à savoir le chef de la division Stratégie et Iran, Eliezer Toledano, qui dirigeait la division Gaza et a immédiatement pris la direction du commandement sud. Elle a expliqué que le dilemme des démissions potentielles est lié au timing, dans la mesure où ces démissions pourraient accélérer la fin des opérations militaires israéliennes, « en particulier à la lumière du retrait de la plupart des forces de la bande de Gaza ces dernières semaines ».

Le journal a rapporté que la démission de Haliva et d’autres hauts responsables soulève le dilemme du chef d’état-major Herzi Halevi, qui sera confronté à des difficultés pour reconstituer l’état-major général, puis à démissionner, car il est habituel pour le chef de « l’armée » sioniste d’avoir un nouveau chef d’état-major pour rejoindre au nouveau état-major. « Une partie importante des généraux lors des premiers stades de son mandat, selon sa vision et ses plans. »

Interactions attendues durant l’été

 Concernant les répercussions de la démission de Halifa sur la scène sécuritaire et militaire sioniste, le correspondant militaire du site « Walla », Amir Bouhbut, estime que sa démission se répercutera au sein de l’armée, et c’est un message au chef d’état-major Halevy, que le public de l’entité sioniste n’a pas oublié et qu’il doit démissionner immédiatement de son poste en raison de son rôle et de sa responsabilité dans l’échec du 07/10 ainsi que dans l’échec de la préparation de l’armée à une guerre sur plusieurs fronts. Le correspondant militaire a expliqué qu’aucune ruse ou évasion ne pourra dégager le chef d’état-major et les autres généraux de la responsabilité de l’échec de l’affrontement du 7 octobre.

Bouhbut estime qu’après la fin de la Pâque juive la semaine prochaine, l’armée sioniste et son chef d’état-major connaîtront une vague de démissions qui se poursuivra au cours des mois d’été, parmi un certain nombre de hauts responsables et d’officiers, sur fond du même échec, signalant l’annonce par le commandant du commandement central, Yehuda Fuchs, de son intention de se retirer de l’armée en août prochain. Le correspondant militaire a souligné que l’échec du 7 octobre, qui continue de saigner sur plusieurs fronts de bataille, exige que le niveau politique, ainsi que le chef d’état-major et les services de renseignement, se présentent devant l’opinion publique sioniste, en assument la responsabilité et suivez le chemin d’Alifa. Selon lui, « le simple fait qu’ils restent à leur poste et croient qu’ils seront promus nuit à l’armée et met en danger l’avenir d’Israël ».

Lien court:

Copied