Wed 29-May-2024

« Gaza détruite » aux yeux des experts… la défaite au procès, hantise de Netanyahu.

lundi 22-avril-2024

Gaza – Centre d’information palestinien

La frappe israélienne contre le consulat iranien en Syrie, et la dynamique politique et médiatique qui a suivi, n’ont pas contribué à trouver des solutions alternatives qui pourraient sauver Netanyahu et son gouvernement de la guerre en cours dans la bande de Gaza, qui a conduit à un bilan politique négatif aux niveaux local et international pour l’extrême droite qui dirige l’entité occupante. Netanyahu souffre encore du nombre limité d’options qu’il peut présenter à l’opinion publique comme preuve de sa victoire. Elles sont quasiment inexistantes même dans l’hypothèse d’envahir la ville de Rafah, qui représente pour lui le dernier seuil avant d’éliminer la résistance, comme il l’a toujours réclamé. L’armée d’occupation s’est retirée de Khan Yunis après en avoir détruit la majeure partie et éliminé ses infrastructures, ainsi que le nord de Gaza, qui a reçu la plus grande part – et continue de le faire – des bombardements israéliens pendant près de 7 mois. Ils étaient censés les transformer en villes fantômes. – comme les Israéliens l’attendaient – mais les images qui se sont répandues de la communauté gazaouie au bord de la mer, et le retour concomitant des machines de travail dans les municipalités pour réparer ce qui a été détruit, et le retour de certains aspects de la vie ( des marchés et la tenue de certains mariages), tout cela a constitué un choc et provoqué un séisme dans la société israélienne, qui attend toujours la mise en œuvre des promesses de Netanyahu qui transforme Gaza en monument.

Ces scènes venues du nord et du sud de Gaza ont pu jeter le doute sur la possibilité d’éliminer le mouvement Hamas, qui était à l’avant-garde des objectifs de la guerre, et pour laquelle le gouvernement d’occupation, les États-Unis d’Amérique et les pays d’Europe ont mobilisé toutes les capacités militaires et politiques. Les manifestations de la capacité du mouvement à gérer la bande de Gaza sous ce barrage de tirs massif sont encore claires dans divers domaines, même si elle est beaucoup plus faible qu’avant la guerre, ce qui signifie que l’objectif de l’éliminer est devenu de pures illusions et allégations commercialisées auprès de l’opinion publique pour atteindre des objectifs politiques au profit de Netanyahu et de son gouvernement.

« Le Hamas a gagné »

En conséquence, le magazine américain « News week » a commenté dans un article, qu’après 6 mois de guerre israélienne contre Gaza, il est devenu de plus en plus clair que le Mouvement de la Résistance Islamique (Hamas) est aux commandes et dicte les termes du cessez-le-feu. L’article que m’a écrit Michael Katz ajoutait que, tandis que le monde se concentre sur le cycle de vengeance mutuelle israélo-iranienne, la guerre à Gaza continue et le Hamas a commencé à dicter ses conditions « sous les décombres de la bande de Gaza et les corps des soldats de son peuple » L’écrivain, journaliste indépendant, analyste et auteur primé, a déclaré que le Hamas a rejeté un plan préparé par les négociateurs internationaux et insiste sur le retour de seulement la moitié des otages israéliens proposés, ainsi que sur d’autres conditions qu’il sait désagréables pour le gouvernement sioniste qui subit des pressions nationales et internationales. Bien que le perdant d’une guerre soit généralement celui qui se rend pour mettre fin à la mort et à la destruction qui s’abattent sur son peuple, ce n’est pas le cas du Hamas, et la raison derrière cet étonnant défi à toutes les normes de victoire et de défaite en temps de guerre est simple : c’est-à-dire que le Hamas a jusqu’à présent été le vainqueur.

« La plus grande défaite d’ « Israël »

Le diplomate français Gérard Araud a eu la même vision, qui a confirmé que la guerre de Gaza lancée par «Israël » en réponse aux attaques du Mouvement de la Résistance islamique (Hamas) le 7 octobre, est « la plus longue guerre de l’histoire d’Israël et de la plus sanglante pour les civils palestiniens, et le voici malgré que ça dure depuis sept mois, elle n’a atteint aucun de ses objectifs fondamentaux et menace l’existence même de l’État d’Israël. »

 L’ancien ambassadeur à Tel Aviv l’explique dans son livre « Israël : Piège historique » – commenté par le journal Le Monde, a montré que l’armée israélienne n’a atteint aucun de ses objectifs fondamentaux, ni en libérant les otages, ni en détruisant militairement le Hamas, ni en éliminant ses dirigeants, ni en assurant la sécurité du sud ou du nord de ses propres frontières. Arrow a conclu que « le 7 octobre est la plus grande défaite stratégique de l’histoire d’Israël », expliquant que cette attaque « a brisé la doctrine de l’invincibilité d’Israël, et nous ne voyons pas comment il peut retrouver sa crédibilité, car c’est la base de sa sécurité qui s’est effondré ». Par conséquent, il a perdu sa capacité à dissuader et à protéger l’intégrité des terres sur lesquelles il se trouve.

Poursuites internationales

Le retour d’Israël de cette guerre sous le signe de la défaite n’est pas la plus grande crainte de Netanyahu et de son gouvernement, mais la question va au-delà et concerne une menace existentielle – et pas seulement politique – pour lui, son gouvernement et son armée. Des rapports et des estimations politiques relatifs aux droits de l’homme indiquent que le gouvernement israélien a reçu des messages concernant la possibilité d’émettre des mandats d’arrêt de la Cour pénale internationale de La Haye contre de hauts responsables israéliens, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Le silence officiel israélien concernant ces rapports reflète les inquiétudes que connaît Tel Aviv face à la guerre continue contre Gaza, avec des estimations croissantes de la possibilité de le traduire en justice internationale pour crimes de guerre. Au milieu des messages d’avertissement internationaux, le bureau de Netanyahu a tenu une séance secrète mardi dernier, au cours de laquelle des scénarios inquiétants et de graves préoccupations liées à l’émission de mandats d’arrêt internationaux contre les dirigeants israéliens de la sécurité, de l’armée et de la politique ont été examinés, selon un reportage de la Douzième chaîne israélienne, dernier Jeudi.

CIJ

Consultations confidentielles

 Yaron Abraham, correspondant politique de la Douzième chaîne israélienne, a expliqué que les consultations secrètes et d’urgence qui se sont déroulées loin des médias dans le bureau de Netanyahu avec la participation de hauts dirigeants des services de sécurité, militaires, politiques et judiciaires d’Israël, confirment la gravité des messages d’avertissement et la crainte de lancer des mandats d’arrêt internationaux contre des dirigeants israéliens, à la lumière de la poursuite… de la guerre contre Gaza.

Selon les estimations, Abraham affirme que la possibilité d’émettre des mandats d’arrêt a considérablement augmenté et qu’une tentative pourrait être faite pour les émettre à la fin du mois de mai prochain. Ainsi, selon le correspondant, à l’issue de l’audience secrète, il a été décidé de se présenter devant le tribunal de La Haye et de s’adresser aux instances diplomatiques internationales influentes afin d’empêcher l’émission de mandats d’arrêt, sans révéler l’identité de ces organismes, qui sont probablement européens et américains.

Mais le journaliste a révélé que Netanyahu, également lors de ses rencontres avec les ministres des Affaires étrangères britannique et allemand à Jérusalem, avait demandé leur aide dans l’affaire portée devant la Cour internationale. Abraham a déclaré : « Cette complexité juridique n’est pas simple, et c’est ce qu’ « Israël » réalise en se référant à l’histoire, mais elle apparaît maintenant plus puissante et plus complexe après la guerre à Gaza qui se poursuit depuis le 7 octobre dernier. »

Dans son commentaire sur les démarches contre Israël devant la Cour internationale, le journal « Maariv » n’a pas exclu que Netanyahu serait traduit en justice internationale si les ordonnances émises par la Cour n’étaient pas respectées, ce qui pourrait être des futures décisions exigeant qu’ « Israël » cesse le feu immédiat à Gaza. Le journal a estimé que les messages d’avertissement étaient sérieux, rappelant que davantage de pays s’étaient joints au procès intenté par l’Afrique du Sud contre « Israël », l’accusant de commettre des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, d’empêcher l’entrée de l’aide et des secours, et cibler les civils ce qui constitue une violation de la Convention de Genève de 1949 relative à la protection des personnes civiles.

Concernant les mesures officielles prises par Israël pour empêcher l’émission de mandats d’arrêt, le journal a souligné que certains pays européens ont rejoint « Israël » devant la Cour pénale internationale, citant l’annonce du gouvernement allemand devant la Cour selon laquelle la sécurité d’ « Israël » est le « cœur » de sa politique et de sa sécurité nationale, en réponse au procès qu’a intenté le Nicaragua, l’accusant de complicité dans le « génocide de Gaza », en raison de l’assistance sécuritaire à Israël.

Message de dissuasion

 Contrairement au silence officiel du gouvernement israélien, les militants et opposants au gouvernement Netanyahu, y compris ceux qui organisent des manifestations exigeant un accord d’échange avec la résistance palestinienne, ont réagi aux messages d’avertissement de la Cour internationale et les ont considérés comme un message de dissuasion et d’avertissement aux dirigeants israéliens.

La militante israélienne Delilah Moore a tweeté sur son compte sur la plateforme « X » en disant : « Pendant de nombreuses années, la gauche et la Cour suprême ont affirmé que c’était uniquement grâce à la Cour suprême que de hauts responsables sionistes n’étaient pas mis sur le banc des accusés du tribunal de La Haye, mais aujourd’hui, cela se produit, et il y a une forte probabilité de publier un mémorandum d’arrestation contre Netanyahu et d’autres hauts responsables du tribunal pénal. Nous avons été piégés et avons été accusés à La Haye.

Ami Dror, l’un des militants à la tête des manifestations contre le gouvernement israélien, a écrit : « Le monde ne s’arrête pas un seul instant et continue de prendre des mesures contre le gouvernement Netanyahu. » Il a ajouté dans son tweet : « Netanyahu est dangereux pour Israël. » Netanyahu est dangereux pour le Moyen-Orient, Netanyahu est dangereux pour la paix mondiale, ses heures sont comptées ! Comme l’a écrit le militant des droits humains et avocat Uri Brightman : « Jusqu’à présent, Netanyahu craignait l’emprisonnement pour ses actions criminelles en « Israë »l, et maintenant – à l’ombre de la guerre contre Gaza – il craint encore plus la Cour pénale internationale de La Haye. »

Lien court:

Copied