Wed 29-May-2024

Détruire les universités… C’est ainsi que l’entité sioniste espère écraser la conscience palestinienne.

dimanche 21-avril-2024

Gaza – Centre d’information palestinien

 « J’ai passé deux ans à étudier à la Faculté de médecine de l’Université islamique de Gaza, et j’ai été très assidu, et j’ai passé tout mon temps à parcourir des livres et à découvrir tout ce qui était nouveau dans ma spécialité. Mon objectif était de terminer les cours et suivre une formation sur le terrain à l’hôpital et me spécialiser en pédiatrie », a commencé l’étudiante Aya Abu Al-Atta après l’arrêt de la vie universitaire il y a 7 mois à cause de la guerre génocidaire. Elle a ajouté – dans une interview avec le correspondant du Centre d’information palestinien – : « La guerre israélienne dans la bande de Gaza a détruit tout ce que nous avons construit pour notre avenir. Il n’y a pas d’universités, pas d’écoles, pas d’institutions ils ont détruit toute vie. Elle tape une main avec l’autre, continuant de ne savoir que faire, les larmes coulant de ses yeux d’inquiétude et de terreur pour son avenir qui se perd sous ses yeux, soulignant que l’occupation, dans sa guerre d’extermination veut écraser la conscience palestinienne, sous les chaînes des chars et des missiles aériens, ce qu’elle ne parviendra pas, selon elle, à faire.

Destruction de toutes les universités

Les 12 universités palestiniennes de la bande de Gaza ont été complètement détruites ou gravement endommagées à la suite de frappes aériennes, de bombardements d’artillerie ou même d’explosions par d’explosifs. Selon l’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’homme, basé à Genève, les attaques d’occupation contre la bande de Gaza ont conduit à la destruction des infrastructures d’enseignement supérieur. L’Observatoire estime que les dégâts causés aux universités ont coûté plus de 200 millions d’euros et qu’au moins trois présidents d’université et plus de 95 doyens et professeurs d’université ont été tués depuis le 7 octobre, tandis qu’environ 88 000 étudiants ont été contraints de suspendre leurs études 555 étudiants bénéficiant de bourses internationales n’ont pas pu voyager à l’étranger en raison de ces violations.

L’Observatoire a expliqué que l’armée israélienne « a mené des attaques délibérées et spécifiques contre des personnalités universitaires, scientifiques et intellectuelles de la bande de Gaza. Des dizaines d’entre elles ont été tuées lors de raids directs qui ont visé leurs maisons sans avertissement, les laissant écrasées sous les décombres avec les membres de leur famille ou d’autres familles qui ont été déplacées vers eux. L’Observatoire a déclaré que la liste qu’il a documentée comprenait 17 personnes titulaires d’un diplôme de professeur, 59 titulaires d’un doctorat et 18 titulaires d’une maîtrise, notant que le décompte n’est pas définitif ; On estime qu’il existe un autre nombre d’universitaires ciblés, ce qui indique qu’ils sont répartis dans divers domaines scientifiques, et que la majorité d’entre eux représentent « les fondements du travail universitaire dans les universités de Gaza ». Selon l’Observatoire des droits de l’homme, les premières estimations indiquent également que des centaines d’étudiants universitaires ont été martyrisés à la suite des attaques israéliennes en cours.

Autres formes de crimes

Parmi ces formes de violations et de crimes contre les universités, l’armée sioniste a commencé à transformer certaines d’entre elles en casernes ou en centres de détention avant qu’elles ne soient démolies, comme c’était le cas à l’Université Al-Isra, qui a été détruite le 17 janvier dernier, à la suite des bombardements. Ses photos ont été diffusées sur les réseaux sociaux et, selon l’administration, avant l’explosion, des soldats ont volé des antiquités du Musée national situé dans l’une des ailes de l’institution. En outre, le site principal de l’Université Al-Azhar dans la ville de Gaza et sa branche dans la région d’Al-Mughraqa ont été détruits lors de trois frappes aériennes successives les 11 octobre, 4 et 21 novembre 2023. En octobre, l’armée d’occupation a annoncé la destruction de l’Université islamique de la ville de Gaza, qui, selon elle, servait de centre majeur de réhabilitation et de formation pour les ingénieurs du Hamas, tandis que le ministère palestinien de l’Éducation a condamné ce ciblage. Après cela, l’armée d’occupation a détruit le reste des universités et leur a causé de graves dégâts, rendant la reprise des études très difficile. Cela s’ajoute au martyre d’un grand nombre d’étudiants et de professeurs dans les bombardements et les massacres sionistes. Plusieurs sources ont rapporté qu’environ 100 universitaires des universités de la bande de Gaza ont été martyrisés depuis le début de la guerre, parmi lesquels le professeur Fadel Abu Hayyan, maître de conférences en psychologie à l’Université Al-Aqsa et chercheur de renommée internationale, qui a été délibérément tué par un tireur d’élite sioniste. Fin novembre, une maison à Jabalia appartenant au président de l’Université islamique, le célèbre physicien, le professeur Sufyan Al-Tayeh, a été bombardée et toute sa famille a été tuée avec lui. Début décembre, l’écrivain, poète et chercheur Rifaat Al-Arair a été tué par une attaque de missile guidé. Il était étudiant en littérature et en création littéraire dans la même université. Sa sœur et sa famille ont été tuées avec lui. Il est certain que l’entité sioniste a tâché de détruire complètement le monde universitaire palestinien, une destruction qui nécessitera de nombreuses années de réparation pour les Palestiniens si le processus de reconstruction commence.

Vengeance aléatoire

Le professeur de médias à l’Université An-Najah, le Dr Farid Abu Duhair, a confirmé que cibler les universités fait partie du ciblage de tous les Palestiniens dans la bande de Gaza, dans le cadre d’une vengeance aveugle contre la destruction de tous les éléments de première nécessité, y compris les écoles, les universités et les hôpitaux. Dans un communiqué de presse, Abu Duhair explique que le fait de cibler les universités s’inscrit également dans le contexte du processus visant à priver les Palestiniens des éléments les plus importants de la vie, à savoir : la conscience, la pensée, la culture et l’éducation. Même si l’occupation est bien consciente que tout sera reconstruit à l’avenir, elle veut délivrer un message qui dit : « N’espérez pas avoir sur quoi compter».

Il ajoute que l’occupation et ses dirigeants militaires sont également conscients de l’impact de ces crimes sur les gens et sur leurs vies pendant et après la guerre, « donc l’opération vise à tuer la conscience des Palestiniens ». Abou Duhair estime que le fait de prendre pour cible les universitaires palestiniens à Gaza s’inscrit dans le contexte du ciblage de tout le monde, comme le meurtre de journalistes, de médecins, d’ingénieurs et d’employés des Nations Unies et de l’aide humanitaire, mais il n’exclut pas en même temps que le fait de cibler certaines personnalités universitaires influentes ayant une position sociétale importante vise à tuer tout ce qui a une valeur symbolique dans la société palestinienne.

Lien court:

Copied