Fri 17-May-2024

Mensonges, Intimidation et chantage …outils discrets du Génocide sioniste.

vendredi 19-avril-2024

Un important rapport d’enquête, traduit par le Centre Zaytouna et accompagné de données publiées pour la première fois, révèle comment un groupe de plus de 300 personnalités influentes qui soutiennent le sionisme se coordonnent en coulisses pour orienter l’opinion publique en faveur de l’entité sioniste, contrôlent le flux d’informations et de leurs sources, et exercent des pressions, font des chantages, menacent et expulsent du pays les opposants à la politique israélienne et les sympathisants de la Palestine.

Ces chiffres incluent un groupe WhatsApp auquel participent des investisseurs, des dirigeants et des activistes américains de la Silicon Valley et du secteur technologique, en plus d’au moins un responsable du gouvernement sioniste et des individus associés à l’« American Israel Public Affairs Committee » (AIPAC), portant le nom « J-Ventures Global » Kibbutz Group, affilié à J-Ventures, est un fonds d’investissement américano-israélien qui se décrit comme un « kibboutz capitaliste ». Ce groupe WhatsApp travaille avec diverses parties pour échanger des idées et coopérer sur les moyens de soi-disant « défendre » l’entité sioniste dans les médias, dans le monde universitaire et dans le monde des affaires. Le contenu de ce groupe WhatsApp reflète la coordination croissante entre les forces soutenant « l’entité sioniste » dans la Silicon Valley et le secteur technologique mondial, et la manière dont celle-ci et ses alliés américains exploitent l’influence du secteur technologique pour mobiliser un soutien mondial à  l’entité sioniste  dans son guerre contre la bande de Gaza, et pour suivre toute activité mondiale de soutien aux Palestiniens et la pression pour l’arrêter ou la contrecarrer, et pour dissimuler ses crimes dans la bande de Gaza.

Les conversations du groupe révèlent les tactiques que ses membres emploient avec leurs cibles, qui sont souvent très médiatisées et controversées. Comme le harcèlement des critiques de l’entité sioniste sur les réseaux sociaux, comme cela s’est produit avec l’homme d’affaires de la Silicon Valley, Paul Graham ; Et le licenciement d’employés et d’universitaires dans les universités et institutions américaines les plus importantes, où existent des groupes de travail spécifiques dont la mission est de « licencier les professeurs qui enseignent des mensonges à leurs étudiants ».

La liste comprend des universitaires de l’Université Cornell, de l’Université Davis de Californie, et le campus de l’Université de New York à Abu Dhabi, et d’autres membres du groupe travaillent également directement avec des cadres technologiques de haut niveau pour licencier des employés pro-palestiniens et éliminer la possibilité de parler dans les universités, comme cela s’est produit en faisant pression sur l’Université de l’État d’Arizona pour qu’elle annule la participation de la représentante Rashida Tlaib à un événement qu’elle organisait, et en faisant pression sur l’Université du Vermont pour qu’elle annule la conférence de Muhammad Al-Kurd, un écrivain palestinien pour le magazine The Nation ; Enquêter sur les sources de financement des associations étudiantes telles que « Model Arab League » .

De nombreux messages du groupe portaient sur la façon dont la vie étudiante à l’Université de Stanford était façonnée, notamment le soutien aux militants pro-israéliens ; Et déformer la réputation des journalistes d’une part, et faire pression sur les principaux médias d’autre part pour les licencier et contrôler et diriger leurs messages journalistiques. Par exemple, un écrivain du site d’information PhillyVoice, le rédacteur en chef. Le directeur du site ArtForum, un stagiaire du géant allemand Axel Springer et un rédacteur en chef de « eLife » une revue scientifique de premier plan, Michael Eisen, ont été licenciés pour avoir exprimé des opinions pro-palestiniennes. Parmi les associations pro-israéliennes qui ont mené des campagnes pour faire pression sur les grands médias afin qu’ils fournissent une couverture positive de l’entité sioniste pendant la guerre de Gaza, il y a le « British Israel Communications and Research Center » (BICOM), financé par Poju Zabludowicz, fils du fondateur d’un Israélien société d’armement actuellement détenue par Elbit Systems. L’un des efforts actuels du Centre comprend une campagne de lettres adressée aux députés britanniques, exigeant qu’ils contrôlent la couverture mediatique du conflit par la BBC.

Entre autres efforts du groupe WhatsApp pour défendre l’entité sioniste, il critique et déforme l’image des organisations de défense des droits de l’homme telles que « Human Rights Watch » en raison de ses critiques explicites du bilan de l’entité sioniste dans les territoires occupés.

Le groupe est également intervenu en demandant aux autorités gouvernementales de prendre des mesures contre Netflix en raison de la diffusion du film « Joy » et en faisant pression sur le marché en ligne d’Amazon pour qu’il retire les T-shirts et autres produits portant le slogan « De la rivière à la mer, La Palestine sera libre. » Un participant du groupe WhatsApp a confirmé que les réalisations de DigitalDome.io, auquel « Entrepreneurial Projects C » a fait don d’importantes sommes d’argent, une initiative qui se présente comme une version en ligne du système de défense antimissile sioniste « Iron Dome », incluent la censure des chaînes de télévision de Hamas sur l’application Telegram pour téléphones Android, en obligeant Telegram à se conformer aux directives de Google Play.

Le vaste réseau de donateurs d’« Entrepreneurial Enterprises Company C » a également aidé à financer des panneaux d’affichage au Canada, aux États-Unis et à Londres, et a réussi à obtenir un financement pour diffuser une publicité télévisée spéciale sur les principales chaînes du Tonight Show, MSNBC, Fox News et CNN la libération des otages pris par le Hamas. C’est la première fois au cours de l’Opération Déluge d’Al-Aqsa que des conversations internes, d’habitude tenues discrètes, entre des Américains influents soutenant  l’entité sionistes sont révélées, nommément, révélant leurs réseaux et leurs efforts de pression, d’influence et de changement, que ce soit dans les entreprises, les universités ou le domaine des médias.

Le rapport a été préparé par les journalistes d’investigation Jack Poulson et Lee Fang et a été publié sur le site Web Substack en décembre 2023.

Lien court:

Copied