Fri 17-May-2024

Malgré les défis… la sympathie pour la palestini augmente.

vendredi 19-avril-2024

 L’armée d’occupation israélienne déclare toujours sa volonté de poursuivre jusqu’au bout sa guerre contre la bande de Gaza, même si cette guerre a conduit – jusqu’à présent – à la chute de dizaines de milliers de martyrs palestiniens, dont la plupart sont des enfants et des femmes. Mais malgré tout le soutien politique dont disposait l’armée d’occupation, la cause palestinienne a gagné chaque jour depuis le 7 octobre 2023 de nouveaux partisans et sympathisants dans diverses parties du monde, ce que nous essayons de suivre dans ce rapport, qui met en lumière le mouvement de solidarité mondial pour défendre Gaza et la question palestinienne, les défis, les obstacles et les menaces qu’il confronte particulièrement dans les pays occidentaux.

Solidarité des peuples

Depuis le début de la guerre contre Gaza, qui a visé des femmes et des enfants en représailles à l’opération « Déluge d’Al-Aqsa » lancée par la résistance palestinienne contre l’occupation et le régime d’apartheid sioniste, les manifestations se sont propagées dans toutes les régions du monde en signe de protestation et d’expression de solidarité avec le peuple palestinien. Dans la capitale néo-zélandaise, « Wellington », des milliers de personnes ont manifesté devant le bâtiment du Parlement, scandant « Palestine libre », brandissant des drapeaux palestiniens. En Norvège, des manifestants se sont étendus dans la gare centrale de la capitale, portant des linceuls tachés de sang pour dénoncer l’occupation et le génocide. Quant à l’Irlande, l’activité du peuple pour exprimer sa pleine solidarité avec la cause palestinienne ne s’est pas arrêtée depuis les premiers jours de la guerre, la solidarité s’est plutôt étendue aux stades de football, alors que les supporters dans les tribunes scandaient des slogans de solidarité avec Gaza et la Palestine, ainsi que des dons des clubs sportifs à la population de Gaza. Au Japon, malgré le silence du gouvernement par crainte pour ses intérêts économiques avec l’État occupant, des milliers de personnes ont manifesté à Tokyo pour dénoncer le comportement de l’occupant, tandis que les rues de Londres ont été le théâtre de manifestations sans précédent de solidarité avec la Palestine à laquelle ont participé des centaines de milliers de personnes, selon les propres estimations de la police, malgré les menaces et les arrestations, dont ont été témoins les rangs des partisans de la Palestine. De même, en Autriche, les chutes de neige et l’interdiction imposée par les autorités aux manifestations en faveur de la cause n’ont pas empêché le rassemblement de manifestants qui scandaient un cessez-le-feu immédiat.

À l’occasion de la Journée des « Droits de l’Homme », le 10 décembre, les protestations se sont étendues à toute l’Europe, avec des manifestations ayant eu lieu en Belgique avec des drapeaux palestiniens appelant à la fin de la guerre de représailles de l’armée d’occupation, brandissant les slogans « Arrêtez le génocide à Gaza » et « Jérusalem est la capitale de la Palestine », tandis qu’en Allemagne, les chants étaient plus critiques à l’égard du gouvernement pour son rôle dans la guerre, criant : « L’Allemagne finance, Israël bombarde », et certains habitants de Berlin ont brandi des salutations et des drapeaux palestiniens en direction de la manifestation. Le même jour, une manifestation a eu lieu dans la capitale suédoise, Stockholm, en direction de l’ambassade de l’entité sioniste, exigeant un cessez-le-feu immédiat et autorisant l’entrée de l’aide à la population de Gaza sans conditions. La manifestation a même explicitement réclamé un boycott de l’entité sioniste. Quant aux Pays-Bas, ce jour-là, les chants étaient plus audacieux : « Du fleuve à la mer, la Palestine sera libérée. » La raison en est qu’il y a eu une décision de justice déclarant que ce chant n’était ni raciste ni antisémite. » des chants ont directement attaqué le gouvernement néerlandais, affirmant que ses mains étaient tachées de sang.

D’autre part, depuis les premiers jours de la guerre, 800 employés de l’Union européenne ont écrit une pétition à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyne, pour protester contre la partialité de l’Union envers l’État occupant, soulignant que leur demande est que le L’Union européenne s’efforce d’arrêter le massacre contre les Palestiniens et cette guerre n’a vu l’activation d’aucune des valeurs sur lesquelles l’Union européenne a été construite.

Il convient de noter que la solidarité mondiale s’est manifestée même dans le secteur de la mode, puisque les ventes du « keffieh » palestinien ont considérablement augmenté aux États-Unis depuis début octobre, malgré les agressions verbales et physiques auxquelles sont parfois exposés ceux qui le portent. La solidarité avec la cause palestinienne n’est pas tolérée dans les pays occidentaux, surtout à l’heure où les gouvernements occidentaux semblent unis pour protéger les sionistes. Beaucoup de ceux qui sont solidaires avec la cause palestinienne dans les pays occidentaux ont été témoins de plusieurs crises au cours des dernières semaines depuis octobre 2023.

Le prix élevé de la solidarité

 Selon Esther Major, directrice adjointe de la recherche à Amnesty International en Europe, de nombreux pays européens ont illégalement restreint le droit de manifester pour la Palestine. Selon elle, les actions de ces pays ont même visé les drapeaux palestiniens et les chants en faveur de la Palestine. La brutalité policière – comme elle l’a décrite – dans la gestion des manifestations, et parfois l’interdiction totale des manifestations en solidarité avec la Palestine.

Selon Anas Mustafa, militant de l’organisation de défense des droits de l’homme CAGE en Grande-Bretagne, la solidarité avec la Palestine est de plus en plus devenue un crime en Europe, et il y a une campagne de répression sans précédent sur le continent contre l’activisme palestinien. La police britannique a annoncé qu’elle ne tolérerait aucune personne manifestant de la sympathie pour la résistance armée palestinienne, au point que les autorités britanniques ont arrêté, début novembre 2023, une centaine de personnes accusées de sympathiser avec le Hamas ou de scander des slogans que Londres considère antisémites, tout en reconnaissant que ces manifestations en Grande-Bretagne étaient pacifiques.

De même, en Allemagne, les forces de police ont attaqué des militants arabes et allemands soutenant la cause en raison de leurs chants en faveur de la liberté de la Palestine, et le pays a interdit le réseau « Samidoun » (Résiliant) en solidarité avec les prisonniers palestiniens dans les prisons de l’occupation, en plus des plaintes des militants palestiniens. des violations commises par le gouvernement d’Olaf Schulz, qui est allé jusqu’au chantage avec leurs papiers de résidence, et les médias ont cessé de traiter avec des journalistes solidaires avec la cause palestinienne, comme cela s’est produit avec « Malcolm Ohanawe », avec qui la radio bavaroise a cessé de traiter en raison de son tweet sur les réseaux sociaux dans lequel il déclarait au début des événements : « Quand les langues des Palestiniens sont coupées… Systématiquement, comment peuvent-ils s’appuyer sur les mots pour se défendre ? »

Aux États-Unis, le nombre de personnes ciblées en raison de leur solidarité avec la Palestine a atteint 260 cas, selon la « Palestine Legal Organization ». Ces cas comprenaient également des expulsions de postes et des annulations de contrats de travail en raison de messages défendant la Palestine sur les réseaux sociaux. En plus d’un groupe de dirigeants de « Wall Street », qui ont déclaré qu’ils n’embaucheraient aucun étudiant signant des déclarations de soutien à la Palestine. L’un des derniers exemples de restrictions imposées aux solidaires de la Palestine est peut-être ce qui s’est passé avec la présidente de l’Université américaine de Pennsylvanie, Liz Magill, qui a été contrainte de démissionner après son témoignage à l’audience du Congrès, où elle défendait la liberté d’expression garanti aux étudiants d’être solidaires de la cause palestinienne face aux accusations de « sentiment anti-palestinien » croissant sur le campus. Après le témoignage de Liz, les donateurs ont menacé l’université de retirer leurs dons afin de l’exclure.

Les conséquences de la solidarité avec la Palestine sont désastreuses, comme nous le voyons dans les pays occidentaux, en particulier sur les personnes influentes dans certains milieux de travail. Cependant, la campagne de soutien populaire ne s’est pas arrêtée, mais a plutôt fleuri davantage, la guerre ayant grandement contribué à l’approfondissement de la connaissance globale de la question palestinienne et de la colonisation, malgré les tentatives des médias occidentaux depuis de nombreuses années de la présenter comme une question controversée complexe sur laquelle il est difficile de prendre une position décisive et franche.

 Solidarité avec Gaza… Des Célébrités et des pays

 Au niveau des États, certains gouvernements du monde entier ont déclaré leur solidarité à des degrés divers avec le peuple palestinien. Le Premier ministre irlandais a condamné les violations de l’État occupant contre les civils palestiniens, tandis que la Norvège a très tôt pris une position contraire au ton européen dominant. En critiquant en premier lieu le siège de Gaza et les violations commises par l’État occupant, elle a souligné qu’Israël dépassait clairement les limites du droit international. Le parti de gauche espagnol Podemos, membre de la coalition au pouvoir, a adopté un ton ferme contre l’État occupant et a appelé à la rupture complète des relations européennes avec Tel-Aviv. Tandis que le Parti communiste espagnol, comme de nombreux communistes européens, affirmait le droit du peuple palestinien à résister et refusait de qualifier le mouvement de résistance islamique, le Hamas, de mouvement terroriste.

Hors d’Europe, le président de la Colombie, Gustavo Petro, a adopté un ton incisif envers l’État occupant, dénonçant ses crimes contre les Palestiniens. Le président de l’Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa, a exprimé le soutien historique de son pays à la juste lutte du peuple palestinie tout en portant le keffieh palestinien, entouré de drapeaux palestiniens, et rappelant que le régime de l’État occupant est similaire au régime d’apartheid qu’a connu l’Afrique du Sud pendant la guerre froide. Quant à la Bolivie, elle en est arrivée au point de rompre ses relations avec l’entité sioniste, tandis que le Chili a rappelé son ambassadeur d’Israël pour protester contre l’anéantissement israélien du peuple palestinien.

D’un autre côté, malgré la position américaine d’allié avec Israël dans sa guerre contre les Palestiniens, le candidat indépendant à la présidence américaine et penseur « Cornell West » a qualifié ce que fait l’État occupant de génocide, et Cornell décrit les Palestiniens comme ses frères, et critique violement la politique américaine participation directe à la guerre contre la Palestine.

Malgré tous les conseils des sociétés de marketing selon lesquels les stars et les artistes du monde occidental ne devraient pas prendre position sur les événements, il existe une liste d’artistes qui ont déclaré leur solidarité avec la Palestine malgré tous les risques qui peuvent affecter leur avenir professionnel. Par exemple, l’acteur David Clennon, lauréat d’un Emmy Award, a récemment refusé d’auditionner pour une nouvelle série Netflix réalisée par des sionises en solidarité avec la Palestine, déclarant : « Cette loyauté d’Hollywood envers l’occupation a commencé à être remise en question par une nouvelle génération de créatifs, malgré toutes les tentatives de personnes influentes de l’industrie pour faire taire et intimider cette voix. »

 Parmi les stars les plus en vue qui ont exprimé leur solidarité avec la Palestine figure Susan Sarandon, qui a été punie en annulant son contrat avec l’agence artistique UTA en raison de son soutien à la cause palestinienne et de sa signature d’une pétition appelant Biden à arrêter sa guerre contre Gaza. Il y a aussi Cynthia Nixon, qui a fait une grève de la faim devant la Maison Blanche pour le bien de Gaza, tandis que Melissa Barrera a été renvoyée d’un nouveau film parce qu’elle parlait du génocide à Gaza. Par ailleurs, Bradley Cooper, Selena Gomez, Janelle Monae, Gina Ortega et Joaquin Phoenix ont signé une pétition appelant le Congrès et Joe Biden à arrêter la guerre contre Gaza.

En Grande-Bretagne, 3 000 artistes ont écrit une pétition exigeant l’arrêt immédiat des bombardements sionistes, soulignant que ce qui se passe est un crime complet. Parmi ces artistes figuraient « Tilda Swinton », « Peter Mullan », « Steve Coogan », « Maxine Peake », » et le comédien « Frankie Boyle ». Et l’artiste « Tai Shani » et beaucoup d’autres.

Lien court:

Copied