Fri 17-May-2024

Le jour du prisonnier… les héros du « déluge Al-Aqsa » tiennent le coup.

vendredi 19-avril-2024

Gaza – Centre d’information palestinien

Le peuple palestinien commémore cette année la Journée du prisonnier, au milieu du génocide lancé par les forces d’occupation sionistes dans la bande de Gaza et au milieu des défis majeurs qui menace le droit palestinien. Des activités et des marches sont lancées en Palestine, dans la diaspora et dans le monde entier pour soutenir les prisonniers et attirer l’attention sur sur l’une des questions nationales les plus importantes. L’un des objectifs essentiels de l’opération Déluge d’Al-Aqsa du 7 octobre était peut-être de libérer les prisonniers héroïques des prisons de l’occupation, alors que la résistance capturait des dizaines d’Israéliens dans le but de libérer le plus grand nombre des prisonniers palestinirns. Selon les institutions internationales et locales concernées par les affaires des prisonniers, le nombre de prisonniers dans les prisons d’occupation atteignait environ 9 500, dont 80 femmes et 200 enfants de moins de 18 ans. Les institutions ont indiqué dans un rapport, dont copie a été obtenue par le Centre d’information palestinien, à la veille de la Journée du prisonnier, que parmi les prisonniers figuraient plus de 3 660 détenus administratifs et 56 journalistes. Il a indiqué que le nombre de députés détenus dans les prisons de l’occupation est de 17, dont la plupart sont en détention administrative, et les plus âgés d’entre eux sont les deux prisonniers, Ahmed Saadat et Marwan Barghouti. Il a déclaré que ces statistiques n’incluent pas les données sur les détenus de Gaza, car ils sont jusqu’à présent détenus de force, tandis que d’autres rapports indiquent que le nombre de détenus de Gaza est supérieur à 3 000 prisonniers. Les institutions ont indiqué que la seule qui n’a pas changé est que les autorités d’occupation et leurs diverses agences ont travaillé pour développer davantage d’outils d’abus et de torture, et ont approfondi leurs violations à travers le rythme de la violence visant à priver le prisonnier palestinien de sa volonté et à saper toute lutte qu’il mène pour protéger ses droits humains. Elle a souligné que le nombre d’anciens détenus après le martyre du détenu Walid Daqqa a atteint 21, dont le plus âgé est le détenu Muhammad Al-Tus de la ville d’Al-Jabaa dans le gouvernorat de Bethléem, détenu depuis 1985. Le nombre de détenus purgeant des peines à perpétuité est d’environ 600, dont le plus sévère est le prisonnier Abdullah Al-Barghouti, condamné à 67 peines à perpétuité, suivi d’Ibrahim Hamed, condamné à 54 peines à perpétuité. Le jour du prisonnier… les héros du déluge d’Al-Aqsa affrontent résolument des décennies d’oppression Gaza – Centre d’information palestinien Le peuple palestinien commémore cette année la Journée du prisonnier, au milieu du génocide lancé par les forces d’occupation israéliennes dans la bande de Gaza et au milieu des défis majeurs qui affligent la cause palestinienne. Des activités et des marches sont lancées en Palestine, dans la diaspora et dans le monde entier pour soutenir les prisonniers et faire la lumière sur l’une des questions nationales les plus importantes. L’un des objectifs les plus importants de l’opération Déluge d’Al-Aqsa Flood du 7 octobre était peut-être de libérer les prisonniers héroïques des prisons de l’occupation, alors que la résistance capturait des dizaines d’Israéliens dans le but de libérer le plus grand nombre de prisonniers. Selon les institutions internationales et locales concernées par les affaires des prisonniers, le nombre de prisonniers dans les prisons d’occupation atteignait environ 9 500, dont 80 femmes et 200 enfants de moins de 18 ans. Les institutions ont indiqué dans un rapport, dont copie a été obtenue par le Centre d’information palestinien, à la veille de la Journée du prisonnier, que parmi les prisonniers figuraient plus de 3 660 détenus administratifs et 56 journalistes. Il a indiqué que le nombre de députés détenus dans les prisons d’occupation est de 17, dont la plupart sont en détention administrative, et les plus âgés d’entre eux sont les deux prisonniers, Ahmed Saadat et Marwan Barghouti. Il a déclaré que ces statistiques n’incluent pas les données sur les détenus de Gaza, car ils sont jusqu’à présent détenus de force, tandis que d’autres rapports indiquent que le nombre de détenus de Gaza est supérieur à 3 000 prisonniers. Les institutions ont indiqué que la seule variable qui est toujours en cours est que les autorités d’occupation et leurs diverses agences ont tacher de développer davantage d’outils d’abus et de torture, et ont approfondi leurs violations à travers le rythme de la violence visant à détruire la volonté du prisonnier palestinien et à saper la lutte qu’il mène pour protéger ses droits humains.

Elle a souligné que le nombre d’anciens détenus après le martyre du détenu Walid Daqqa a atteint 21, dont le plus âgé est le détenu Muhammad Al-Tus de la ville d’Al-Jabaa dans le gouvernorat de Bethléem, détenu depuis 1985. Le nombre de détenus purgeant des peines à perpétuité est d’environ 600, dont le plus sévère est le prisonnier Abdullah Al-Barghouti, condamné à 67 peines à perpétuité, suivi d’Ibrahim Hamed, condamné à 54 peines à perpétuité.

En ce qui concerne les martyrs du « mouvement des captifs », les institutions ont indiqué que leur nombre s’est élevé à 252 martyrs depuis 1967, après la mort de 16 détenus dans les prisons d’occupation. Cela n’inclut pas tous les martyrs du mouvement des captifs après le 7 octobre, tandis que les identités des prisonniers ont été enregistrées. La majorité des martyrs de Gaza détenus en martyrs ont continué à être cachés dans les camps de l’armée d’occupation, tandis que le nombre de martyrs détenus dont les corps sont détenus est de 27 martyrs, dont le plus âgé est le martyr Anis Dawla, dont le corps a été séquestré depuis 1980.

Des lois injustes

Israël a adapté des lois qui sont injustes envers les prisonniers et les a utilisées contre eux, notamment une loi pour poursuivre les enfants de moins de 14 ans, une autre pour les priver d’éducation, et une  troisième, qui a légalisé le retrait de leurs avantages financiers, et certainement la plus dangereuse d’entre elles est la loi qui consiste à nourrir de force les prisonniers qui font une grève de la faim pour obtenir leurs droits. Israël a également légalisé la détention des corps des prisonniers morts en captivité, puisqu’il détient désormais 496 corps (sans compter les corps des martyrs dans les environs de Gaza après la guerre) dans des réfrigérateurs et dans de nombreux cimetières. Un projet de loi visant à exécuter des prisonniers a également été proposé en 2015, et la Knesset ne l’a pas encore approuvé, malgré les demandes solennelles du ministre extrémiste Itamar Ben Gvir, en novembre dernier.

Cependant, Israël n’a pas supprimé les peines lourdes de son programme car il y a 561 prisonniers condamnés à la prison à vie, et plus de 500 prisonniers qui ont purgé plus de 20 ans sont décrits comme des généraux de la patience, en plus des prisonniers à perpétuité tels que le prisonnier Abdullah. Al-Barghouti, qui a été condamné à 67 peines d’emprisonnement à perpétuité, et Nael Al-Barghouti, qui est décrit comme le prisonnier le plus âgé du monde, avec 44 ans en prison.

Plus dangereux que cela est l’adoption par Israël d’une politique de détention administrative, dans laquelle le dossier d’accusation est secret et dans le cadre de laquelle plus de 3 660 prisonniers sont désormais détenus, et à l’humeur des renseignements d’occupation, qui decide le jugement et le renouvellent la détention du prisonnier sans motif.

Arrestation à plusieurs reprises

Les expériences ont montré que rien n’a dissuadé les Palestiniens, du fait de leur croyance dans le droit de lutter et de vivre sur leur terre en liberté et en paix. Fouad Al-Khuffash, chercheur dans le domaine des prisonniers, affirme que 75 % des prisonniers palestiniens ont été de nouveau arrêtés plus d’une fois parce qu’ils ont continué leur lutte même après leur libération. Il a ajouté dans une interview à Al Jazeera que certains des prisonniers sont désormais en état d’arrestation pour la 30ème fois, comme Cheikh Hassan Yousef, et pour la 15ème fois, comme le prisonnier Nazih Abu Aoun, et bon nombre de ceux qui sont victimes de l’occupation des différentes factions palestiniennes et leurs dirigeants ont été arrêtés à plusieurs reprises, comme Marwan Barghouti, Ahmed Saadat et Abbas Al-Sayyid.

Les prisonniers n’avaient aucun moyen d’obtenir leurs droits en captivité ni même de se libérer. Ils ont donc entamé des grèves de la faim, menant 26 grèves collectives depuis 1967 et des centaines de grèves individuelles. Parmi ces grèves, citons la grève de la prison d’Ashkelon en 1976, qui a duré 65 jours, et la grève de la prison de Nafha en 1980, au cours de laquelle 4 prisonniers ont été martyrisés. La grève de la « Mère des batailles » de 1992 est l’une des plus célèbres d’entre elles. 7 000 prisonniers y ont participé et l’un d’eux a été martyrisé. Les prisonniers ont également participé à la grève « Nous viverons dignement » en 2012 et à la grève « Dignité » en 2017.

Avec sa grève de 2011-2012, qui a duré 65 jours, le martyr Cheikh Khader Adnan a ouvert la voie aux grèves individuelles modernes, et il a été suivi par des dizaines de prisonniers, dont certains ont fait grève pendant 100 jours ou plus.

Les forces d’occupation en ont arrêté des centaines dans la bande de Gaza après le 7 octobre et les ont considérées comme des « combattants illégaux ». Environ 850 d’entre eux sont toujours en captivité. L’occupation a caché de force toute information les concernant et les a détenus dans des camps militaires près de Gaza et dans des prisons secrètes à Néguev, comme « Sde Teman et Aintot. Un médecin militaire israélien a révélé que certains des prisonniers avaient été amputés des membres en raison des chaînes qu’ils avaient maintenues pendant des jours et des semaines. Israël, de son propre aveu, a tué 27 prisonniers palestiniens de Gaza. Certaines détenues ont également été soumises au retrait de leur voile, en plus de cas de harcèlement et de fouilles à nu.

Les accords de résistance… le chemin vers la liberté

Les factions et les familles des prisonniers s’accordent sur le fait que la force est le seul moyen de libérer les prisonniers, car les négociations de paix avec Israël n’ont réussi à libérer aucun d’entre eux. Cette force réside dans les opérations de capture d’Israéliens, en particulier de soldats, et dans la conclusion d’accords d’échange. La résistance palestinienne a réussi à y parvenir lors de dix accords d’échange entre 1968 et 2011, et ces accords ont constitué et restent le seul espoir des prisonniers d’obtenir leur liberté.

Les accords d’échange les plus célèbres ont été le premier « Accord de Galilée » en 1983, le deuxième, également connu sous le nom d’accord « Ahmed Jibril, Front populaire-Commandement général » en 1985, et l’accord « Loyauté des libres » en 2011, au cours de laquelle le négociateur palestinien a imposé ses conditions, et des milliers de prisonniers palestiniens ont été libérés. Parmi eux se trouvent ceux qui ont été condamnés à de lourdes peines et à la perpétuité, contre 3 Israéliens dans le premier, et le soldat israélien Gilad Shalit, kidnappé par la résistance en 2007 à Gaza en 2006 dans le second.

Le « déluge d’Al-Aqsa » s’est produit de telle sorte que les prisonniers y ont placé leurs espoirs, malgré leur douleur due à la criminalité de l’occupation à Gaza et au génocide de sa population. Malgré la douleur, plus de 150 prisonniers palestiniens, dont des enfants et des femmes, ont été tués. ont obtenu leur liberté grâce à un accord intérimaire, qui prévoyait la libération de 50 femmes et enfants israéliens détenus lors des Déluge d’Al-Aqsa. Bien que de nombreux prisonniers israéliens aient été tués à la suite des bombardements barbares de l’occupation à Gaza, la résistance négocie toujours pour ceux qui restent, et c’est là-dessus que les Palestiniens, en particulier les prisonniers, placent leurs espoirs.

 Le chercheur Al-Khafash explique que les négociations et le processus de paix n’ont pas permis de libérer un seul prisonnier, et que ceux qu’Israël a libéré après les accords d’Oslo étaient au nom de « bonnes intentions » envers l’Autorité palestinienne de reprendre les négociations, donc en 2013 il a libéré 75 des 104 prisonniers arrêtés avant Oslo. Compte tenu de la libération des uns et du martyre des autres, il en reste 22, connus sous le nom de « prisonniers du quatrième lot », pour la plupart de l’intérieur occupé en 1948.

Les opérations d’évasion des prisons d’occupation représentaient un autre espoir pour les prisonniers de retrouver leur liberté, et elles ont réussi dans beaucoup d’entre elles, la plus récente datant de septembre 2021, lorsque 6 prisonniers de la prison de Gilboa ont pu s’échapper en creusant un tunnel sous la prison, mais l’occupation les a retrouvés et de nouveau arrêtés après plusieurs jours de liberté.

Lien court:

Copied