Fri 17-May-2024

Tableau sombre et sort inconnu… pour L’année universitaire à Gaza.

mardi 16-avril-2024

Gaza – Centre d’information palestinien

Parmi les nombreuses craintes auxquelles la jeune fille Areej Hamada est confrontée, notamment celle de vivre dans une tente à Rafah, au sud de la bande de Gaza, et la perte d’un certain nombre de ses proches, et encore dans une guerre dévastatrice israélienne qui continue déjà sept mois d’affilée, elle ne cache pas son anxiété de perdre son année universitaire, car c’est elle qui souhaitait exceller et étudier la médecine.

Hamada a déclaré au correspondant du Centre d’information palestinien : La guerre a éclaté environ un mois après le début de nos études. Je m’étais fixé un plan pour atteindre l’excellence à laquelle j’étais habitué, et même dans les premiers jours de la guerre, j’ai continué mes études dans l’espoir que cela s’arrêterait et que nous retournerions aux études. Elle a ajouté : Mais au fil des semaines, j’ai perdu beaucoup de membres de ma famille, puis nous avons été forcés de fuir et de vivre dans une tente, et notre maison a été détruite. Le jour où nous avons été déplacés, j’ai pris certains de mes livres, mais mon bureau et mes outils d’étude étaient tous en ruines, tout comme mes ambitions.

Énorme perte éducative

Quant à l’enfant, Muhammad Mahmoud (7 ans), originaire de la ville de Khan Yunis, au sud de la bande de Gaza, il a commencé sa première année d’école avec enthousiasme et espoir avant qu’éclate la guerre la plus violente dans la bande de Gaza, et son avenir scolaire est devenu inconnu, comme le reste de ses camarades la bande de Gaza assiégée. Muhammad a déclaré innocemment au Centre d’information palestinien que son école et son professeur lui manquaient, et qu’il n’était pas encore content son école. Tout ce que Mahomet espère, c’est que la guerre génocidaire dans la bande de Gaza prenne fin et que lui et ses camarades retournent à l’école, qu’ils s’engagent sur la voie de la science et de l’éducation, qu’ils atteignent leurs objectifs et leurs espoirs. Son père déclare : « Les dégâts sont graves » et ajoute : « Depuis des années, nos enfants souffrent d’une énorme perte éducative. Des guerres, Corona et maintenant une guerre sans précédent. »

Depuis le début de la guerre sioniste le 7 octobre, des milliers d’étudiants et d’enseignants ont été martyrisés, des centaines d’écoles ont été détruites ou transformées en centres d’hébergement et plus de 625 000 étudiants, hommes et femmes, à Gaza ont été privés de continuer leur éducation. De nombreuses familles et étudiants craignent que cette année soit terminée et ne savent pas ce qui leur arrivera avec les menaces du gouvernement d’occupation de poursuivre la guerre pendant des mois encore et l’absence d’un plan clair pour le sort de l’année universitaire. Pendant les mois de mai et juin, les étudiants de la bande de Gaza se préparent en principe à passer les examens finaux de l’année universitaire, de sorte que les étudiants de Gaza ont pratiquement perdu leur année universitaire.

Rêves perdus

Maysara Abu Al-Atta, la mère de Nidaa, lycéenne, s’est déclarée inquiète du sort de sa fille, qui envisage de devenir médecin. « L’éducation ne reviendra pas rapidement, car tout a été détruit.Ils ont tué des gens, des étudiants et des enseignants, et bombardé des écoles et des universités. Il n’y a pas d’autre endroit où abriter les déplacés que les écoles. Combien de temps devrons-nous attendre le retour de nos enfants. à l’école », ajoute Abu Al-Atta.

Même si la question semble complexe et longue, et n’est pas uniquement liée à la fin de la guerre, nombreux sont ceux qui craignent de perdre l’année universitaire entière. La guerre sioniste a jusqu’à présent endommagé 75% des bâtiments scolaires dans la bande de Gaza.

Image sombre

Un communiqué publié par l’UNRWA, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation et la science (UNESCO) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) indique qu’un retour sûr à l’éducation à Gaza est lié à la fin de la guerre. Mahmoud Alwan, qui travaille dans une école publique de la ville de Khan Yunis, a déclaré que la saison scolaire en cours ne peut en aucun cas être sauvée. Il a ajouté : « Les écoles ne sont plus adaptées ». Gaza n’est plus vivable, la question est compliquée. »

Al-Otal, qui, comme 22 000 enseignants, a perdu leur seule source de revenu, a accusé Israël de cibler systématiquement l’éducation. « Il ne s’agit pas seulement des écoles », a-t-il déclaré. Ils ont délibérément détruit des universités et tué de nombreuses personnalités universitaires. « C’est aussi une guerre contre l’éducation. »

De nombreux spécialistes dressent un tableau sombre de la situation éducative, car elle ne concerne pas seulement les lycéens, mais aussi les élèves plus jeunes qui sont confrontés à un problème majeur lié à la perte potentielle d’une année de leur âge, ou à la promotion dans des classes supérieures avec un risque important de perte d’éducation, tandis que les étudiants universitaires ont perdu une année universitaire entière, et peut-être davantage à la lumière des bombardements et de la destruction complète des principales universités de Gaza.
À son tour, le directeur de la Direction de l’Éducation de la ville de Rafah, Ahmed Lafi, parle de l’avenir du processus éducatif et confirme: «Le tableau est sombre et personne ne peut prédire la réalité future de ce processus avant que la guerre est complètement finie. Il a ajouté : « Il est impossible d’imaginer à quoi ressemblera l’éducation, et toutes les écoles sont occupées par des personnes déplacées, ou ont été complètement ou partiellement détruites à la suite des tirs israéliens. Il estime que le plus grand danger touche les lycéens. » qui ne sont à l’école que depuis un mois, et « l’avenir de ces personnes est inconnu ». « Ils passent des examens unifiés au niveau de la bande de Gaza, de la Cisjordanie et de Jérusalem ». Lafi estime qu’il n’est pas possible d’imaginer les scénarios possibles pour sauver le processus éducatif, y compris l’apprentissage en ligne, et il considère que c’est une question très compliquée compte tenu de la destruction massive des logements et des installations, du manque d’électricité et la détérioration des communications et des services Internet.

Tuerie en masse

Le ministère palestinien de l’Éducation a révélé que 5 424 étudiants ont été martyrisés et 9 193 ont été blessés depuis le début de l’agression sioniste, le 7 octobre, sur la bande de Gaza et en Cisjordanie. Le ministère a déclaré dans un communiqué que le nombre d’étudiants martyrs dans la bande de Gaza depuis le début de l’agression a atteint plus de 5 379, tandis que le nombre de blessés a atteint 8 888, expliquant que le nombre d’étudiants martyrs en Cisjordanie a atteint 48 étudiants, et le nombre de blessés a atteint 305, en plus de l’arrestation de 97. Quant aux enseignants et aux administrateurs, 255 ont été martyrisés et 891 autres ont été blessés dans la bande de Gaza, tandis qu’en Cisjordanie, 6 ont été blessés et plus de 73 ont été arrêtés. Le communiqué du ministère indique que 286 écoles publiques et 65 affiliées à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés (UNRWA) ont été bombardées et vandalisées dans la bande de Gaza, ce qui a entraîné de graves dommages à 111 d’entre elles et la destruction complète de 40. Des écoles de Cisjordanie ont été prises d’assaut et vandalisées, et 133 d’entre elles ont été utilisées comme centres d’hébergement dans la bande de Gaza. Le communiqué confirme que 620 000 étudiants de la bande de Gaza sont toujours privés de scolarisation depuis le début de l’agression, tandis que la plupart des étudiants souffrent de traumatismes psychologiques et sont confrontés à des conditions de santé difficiles.

Lien court:

Copied