Thu 22-February-2024

Pourquoi le déluge d’Al-Aqsa ? Le Hamas divulgue sa propre version

lundi 22-janvier-2024

Gaza – CPI

Aujourd’hui dimanche, le Mouvement de résistance islamique Hamas a publié un document officiel expliquant sa version concernant la bataille du « déluge d’Al-Aqsa » et les raisons qui ont conduit à cette bataille.

Le Hamas a expliqué dans le document que l’opération « déluge d’Al-Aqsa », le 7 octobre 2023, était une étape nécessaire et une réponse naturelle, pour faire face aux plans élaborés par l’occupation (Israël) visant à liquider la cause palestinienne, à contrôler et judaïser la terre, à résoudre la souveraineté sur la mosquée Al-Aqsa et les lieux saints, et mettre fin au siège injuste de la bande de Gaza.

Il a souligné qu’il s’agit d’une étape naturelle dans le cadre de l’élimination de l’occupation, de la restauration des droits nationaux, de l’obtention de l’indépendance et de la liberté comme les autres peuples du monde, du droit à l’autodétermination et de l’établissement d’un État palestinien indépendant avec Jérusalem comme capitale.

A la conclusion du document, le Hamas a appelé à l’arrêt immédiat de l’agression génocidaire sioniste contre la bande de Gaza, à une action immédiate pour mettre fin aux crimes et au génocide commis par l’occupation contre notre peuple, nos enfants, nos femmes et nos personnes âgées, à l’ouverture des points de passage, la levée du siège de la bande de Gaza, l’entrée de l’aide et la fourniture de tous les éléments nécessaires à l’hébergement et à la reconstruction.

Il a appelé à des mesures visant à punir légalement l’occupation sioniste pour son occupation et toutes les souffrances, victimes et pertes qu’elle a entraînées, et à s’efforcer de faire payer à l’occupation le coût de ses crimes en tuant des civils et le coût de sa destruction d’habitations, hôpitaux, écoles, universités, mosquées, églises, infrastructures et autres.

Le Hamas a souligné la nécessité de soutenir la résistance contre l’occupation nazie sioniste par tous les moyens disponibles, car il s’agit d’un droit légitime conformément au droit international et à toutes les lois et religions.

Il a appelé à la poursuite de la pression populaire arabe, islamique et internationale pour mettre fin à l’occupation et activer les mouvements de rejet de la normalisation, les mouvements de boycott des produits sionistes et des entreprises et institutions qui soutiennent l’occupation.

Ci-dessous le texte du document

Ceci est notre version, pourquoi le « déluge d’Al-Aqsa

Au nom de Dieu le Miséricordieux

C’est notre narration concernant le déluge d’Al-Aqsa

Notre peuple palestinien inébranlable et résilient, nos peuples arabe et islamique, les peuples libres du monde, défenseurs de la vérité, ceux qui rejettent l’injustice et défenseurs de la liberté, de la justice et de la dignité humaine, partout dans le monde. À la lumière de l’agression nazie sioniste continue contre la bande de Gaza et la Cisjordanie. Alors que notre peuple continue de mener la bataille pour la liberté, la dignité et la libération de l’occupation, et fournit les plus merveilleux exemples d’héroïsme, de rédemption et de fermeté face à la machine d’oppression et d’agression. Nous aimerions clarifier à notre peuple, à notre nation et aux peuples libres du monde la vérité sur ce qui s’est passé le 7 octobre, pourquoi cela s’est produit et quel est son contexte par rapport à la question nationale palestinienne, réfuter la fausseté des allégations sionistes. , et mettre les faits en perspective.

Premièrement : pourquoi la bataille d’Al-Aqsa ?

La bataille du peuple palestinien contre l’occupation et le colonialisme qui n’a pas commencé le 7 octobre 2023, mais a plutôt commencé 105 ans d’occupation avant cela. 30 ans de colonialisme britannique et 75 ans d’occupation sioniste. En 1918, le peuple palestinien possédait 98,5 % de la terre de Palestine et jouissait d’une majorité de 92 % de la population, comparativement à ce que possédaient les Juifs, dont la plupart étaient venus à cette époque grâce aux premières migrations de colonisation, jusqu’en 1948, avant la l’établissement de l’entité sioniste, malgré le fait que le colonialisme britannique a ouvert les portes de la Palestine. Pour l’immigration des Juifs, il a cherché à trouver le meilleur environnement pour que les Sionistes établissent leur entité, et il a réprimé et soumis le peuple palestinien.

 Cependant, les Sionistes n’ont pu contrôler que 6 % du territoire et représentent 31,7 % de la population. Le peuple palestinien a été privé du droit à l’autodétermination et les gangs sionistes ont commis des massacres odieux et un nettoyage ethnique qui ont conduit à leur contrôle forcé de 77 % de la terre de Palestine, au déplacement de plus de 57 % du peuple palestinien, et ils ont détruit plus de 500 villages et villes palestiniennes et commis des dizaines de massacres contre notre peuple pour le pousser à émigrer hors du pays. C’était en préparation de la création de l’entité sioniste en 1948. En 1967, les forces sionistes occupent le reste de la Palestine. C’est-à-dire la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem, ainsi que d’autres pays arabes.

Notre peuple souffre depuis des décennies de toutes les formes d’oppression, d’injustice, de confiscation des droits fondamentaux et de politique d’apartheid. La bande de Gaza a souffert d’un siège étouffant qui a duré plus de 17 ans, la transformant en la plus grande prison à ciel ouvert. La bande de Gaza a également souffert de cinq guerres dévastatrices. Dans chacun d’eux, l’occupation (Israël) était l’initiateur. Même lorsque notre peuple dans la bande de Gaza a tenté de protester pacifiquement contre ses conditions difficiles et d’exiger le droit au retour à travers ce qu’on appelle la « Marche du retour », l’occupation sioniste n’a pas hésité à tuer plus de 360 ​​Palestiniens et à en blesser plus de 19 000 autres, dont environ 5 000 enfants.

Selon des études statistiques documentées, de 2000 à septembre 2023 (avant le 7 octobre), l’occupation israélienne a tué 11 299 Palestiniens et en a blessé 156 768 autres, dont une écrasante majorité de civils. Malheureusement, les États-Unis et leurs alliés n’ont pas prêté attention aux souffrances des Palestiniens et ont continué à couvrir l’oppression sioniste. Ce n’est que le 7 octobre qu’ils se sont plaints des Israéliens, et sans preuves réelles contre le Hamas, en ciblant prétendument des civils, puis ils ont apporté un soutien matériel et une couverture aux massacres et massacres perpétrés par l’occupation contre les civils palestiniens dans son agression barbare contre la bande de Gaza. Strip, qui fait honte à l’humanité. Ils fournissent toujours une couverture, un soutien, des munitions et des outils pour tuer et détruire.

Les violations et les atrocités de l’occupation sioniste ont été documentées par les institutions des Nations Unies, les commissions d’enquête, les tribunaux internationaux et les organisations internationales des droits de l’homme, comme Amnesty International et Human Rights Watch, et même des organisations sionistes, en plus d’organisations palestiniennes spécialisées internationalement reconnues pour leur compétence et leur intégrité. Tout cela s’est produit et continue de se produire sans responsabilité ni punition. Par exemple, le 29 octobre 2021, l’ambassadeur de l’occupation (Israël) auprès des Nations Unies (Gilad Erdan) s’est rendu le 29/10/2021, sur la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies, il a déchiré le rapport du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies lui-même, face aux représentants des pays du monde, et leur a dit que sa place était à la poubelle. Au contraire, dans une oppression encore plus grande de notre peuple, Erdan lui-même a été élu l’année suivante comme vice- président de l’Assemblée générale des Nations Unies !!

Les États-Unis d’Amérique et leurs alliés occidentaux traitent « Israël » depuis sa création comme un « État au-dessus des lois » et fournissent la couverture nécessaire à son occupation et à son oppression continues du peuple palestinien, en confisquant une plus grande partie de ses terres et de ses lieux saints, la judaïsant et imposant des conditions de vie difficiles et des environnements répugnants, en plus de leurs tentatives continues de déplacer notre peuple et de le forcer à partir. Bien que les Nations Unies et leurs institutions aient publié plus de 900 résolutions au cours des 75 dernières années en faveur du peuple palestinien. Cependant, « Israël » a refusé de mettre en œuvre aucune d’entre elles, et le veto américano-occidental était toujours à l’affût de toute tentative visant à forcer « Israël » à mettre en œuvre les décisions ou à condamner son comportement. Par conséquent, ces pays sont considérés comme complices et partenaires à part entière de l’occupation dans ses crimes sans fin et dans les souffrances continues du peuple palestinien.

Même en ce qui concerne la voie du règlement pacifique, malgré les accords d’Oslo de 1993 avec l’Organisation de libération de la Palestine, censés établir un État palestinien indépendant en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, l’occupation « Israël » a pratiquement détruit la possibilité d’un règlement pacifique d’établir un État palestinien, à travers une campagne acharnée visant à doubler les activités de colonisation et la judaïsation en Cisjordanie, en particulier à Jérusalem-Est. Les partisans de la voie de la colonisation ont découvert, après 30 ans de tentatives, qu’ils se trouvaient dans une impasse et que cette voie avait eu des résultats désastreux pour la question palestinienne.

Les responsables sionistes ont confirmé leur rejet absolu de la création d’un État palestinien, et un mois avant le « déluge  d’Al-Aqsa », le Premier ministre sioniste, Benjamin Netanyahu, dans son discours devant les Nations Unies en septembre 2023, portait une carte de toute la Palestine historique, y compris la Cisjordanie et la bande de Gaza, toutes colorées d’une seule couleur et portant le nom « Israël ». Et le monde n’a pas bougé ; Il voit l’arrogance d’Israël, sa confiscation de la volonté de la communauté internationale et son déni des droits de notre peuple à sa terre, à son caractère sacré et à son droit à l’autodétermination.

Aujourd’hui, après plus de 75 ans d’occupation et de souffrances, l’échec de tout espoir de libération et de retour, et après les résultats désastreux du processus de règlement de la paix, qu’est-ce que le monde attendait de notre peuple :

Face aux projets de judaïsation et de division temporelle et spatiale de la mosquée Al-Aqsa, ainsi qu’à l’escalade des incursions provocatrices quotidiennes de colons dans la mosquée Al-Aqsa.

Face aux pratiques de la coalition sioniste de droite la plus extrémiste, qui s’est pratiquement lancée dans une bataille décisive pour contrôler la Cisjordanie à travers le plan d’annexion, le plan visant à résoudre la souveraineté sur Jérusalem et les lieux saints et le plan d’expulsion et de déplacement de nos des gens de Cisjordanie.

Que fait-on pour forcer l’occupation à libérer des milliers de prisonniers palestiniens dans ses prisons ? Surtout après les horribles tortures qu’ils ont infligées sous le gouvernement Netanyahu-Smotrich-Ben Gvir.

Que fait-on pour mettre fin au siège injuste imposé à la bande de Gaza ? Ce qui l’a fait mourir lentement.

Que fait-on face à l’expansion des colonies en Cisjordanie à un rythme sans précédent, et face à la violence et aux crimes des colons en Cisjordanie, qui ont atteint des niveaux sans précédent ?

Que fait-on pour réaliser l’espoir de 7 000 000 de Palestiniens de rentrer chez eux, après 75 ans d’exil et de diaspora ?

Que doit-il faire face à l’incapacité de la communauté internationale et à la collusion de certains grands pays d’empêcher la réalisation de son rêve d’État, alors qu’il est le seul peuple au monde encore sous occupation ?

Notre peuple était-il obligé de continuer à attendre et à parier sur les Nations Unies et ses institutions incapables, ou la réponse naturelle à ces pratiques était-elle l’initiative de notre peuple pour défendre sa terre, ses droits et son caractère sacré ?! A noter qu’il s’agit d’un droit garanti par le droit international, les lois humaines et les coutumes.

Sur la base de ce qui précède, l’opération « déluge d’Al-Aqsa », le 7 octobre 2023, était une étape nécessaire et une réponse naturelle, pour faire face aux plans sionistes en cours d’élaboration visant à liquider la cause palestinienne, à contrôler et judaïser la terre, à résoudre la souveraineté sur la mosquée Al-Aqsa et les lieux saints, et la fin du siège injuste de la bande de Gaza, sont une étape naturelle. Dans le cadre de l’élimination de l’occupation, de la restauration des droits nationaux, de l’indépendance et de la liberté comme les autres peuples du monde, le droit à l’autodétermination et à l’établissement d’un État palestinien indépendant avec Jérusalem pour capitale.

Deuxièmement : les événements du 7 octobre et la réponse aux allégations et mensonges de l’occupation :

À la lumière de nombreuses accusations, allégations et affirmations israéliennes fabriquées de toutes pièces concernant les événements du 7 octobre et les développements ultérieurs de l’opération « déluge Al-Aqsa », nous, au sein du Mouvement de la Résistance Islamique (Hamas), clarifions ce qui suit :

L’opération « déluge Al-Aqsa » du 7 octobre a ciblé des sites militaires sionistes et a cherché à capturer des soldats et des combattants ennemis, afin de libérer des milliers de prisonniers palestiniens dans les prisons de l’occupation, par le biais d’un processus d’échange. Par conséquent, l’attaque s’est concentrée sur la division militaire sioniste de Gaza et sur les sites militaires sionistes dans les colonies entourant Gaza, qui ont toujours été une source de bombardements et de tirs sur Gaza et sa population.

Éviter de prendre pour cible les civils, en particulier les femmes, les enfants et les personnes âgées, est une obligation religieuse et morale sur laquelle les membres du Hamas sont élevés. Nous confirmons ce que nous avons déclaré à plusieurs reprises, à savoir que notre résistance est disciplinée par les contrôles et les instructions de notre véritable religion islamique, et que sa branche militaire cible les soldats d’occupation et ceux qui portent des armes contre notre peuple. En même temps, nous nous efforçons d’éviter les civils, même si nous ne possédons pas d’armes précises, et si cela se produit, ce n’est pas intentionnel, mais plutôt à la lumière de la férocité des combats que nous menons pour nous défendre et pour repousser l’agression, face à une force agressive coloniale tyrannique, qui tue nos enfants, nos femmes et nos personnes âgées, la nuit et le jour, avec toutes sortes d’armes meurtrières et précises.

Depuis sa création en 1987, le Hamas s’est engagé à éviter de prendre pour cible les civils, et après que le criminel sioniste Baruch Goldstein a perpétré un massacre de fidèles dans la mosquée Ibrahimi à Hébron en 1994, le Hamas a annoncé une initiative exigeant que les civils soient épargnés du fléau des combats, par toutes les parties, mais l’occupation sioniste a même refusé de répondre à cette initiative. Le Hamas l’a répété à plusieurs reprises, mais l’occupation sioniste a continué de l’ignorer et a continué à tuer des civils avec la plus grande arrogance et le plus grand mépris.

Certaines perturbations ont pu se produire lors de la mise en œuvre de l’opération « déluge d’Al-Aqsa », en raison de l’effondrement complet et rapide du système de sécurité et militaire sioniste, et de l’apparition d’un certain chaos en raison des larges brèches dans la clôture et le système séparant les deux territoires, la bande de Gaza de nos zones d’opérations.

Comme chacun peut en témoigner, le Hamas a traité positivement la question des civils capturés dans la bande de Gaza et a cherché dès le premier jour à les libérer le plus rapidement possible, ce qui s’est effectivement produit pendant la trêve humanitaire de 7 jours, en échange de la libération des femmes et des enfants palestiniens détenus. De manière injuste et agressive dans les prisons de l’occupation, ce sont des arrestations effectuées systématiquement par l’occupation depuis des dizaines d’années. Dans le cadre d’une politique de punition collective de notre peuple, qui viole toutes les lois et normes internationales.

Ce que l’occupation nazie sioniste promeut à propos des Brigades Qassam ciblant des civils sionistes lors de l’attaque du 7 octobre n’est qu’une pure calomnie et un mensonge. Les sources d’information qui affirment cela sont des sources sionistes et il n’existe aucune source indépendante pour confirmer la validité de leurs affirmations. On sait que les sources sionistes ont souvent recours à la dissimulation et à la falsification des faits, et tentent de déformer la résistance, pour justifier les crimes de l’occupation contre notre peuple. Des informations ont ensuite prouvé que la fausseté du récit sioniste, sur la base duquel l’occupation a légitimé son agression brutale contre la bande de Gaza, a été révélée. Voici quelques détails importants :

Des clips vidéo pris ce jour-là et des témoignages sionistes, publiés plus tard, ont montré que les combattants d’Al-Qassam n’avaient pas pris pour cible les civils, mais que beaucoup d’entre eux avaient été tués par la police et l’armée sionistes, en raison de leur confusion.

L’affirmation selon laquelle 40 nourrissons auraient été tués s’est avérée fausse avec certitude et est reconnue par des sources sionistes. C’est une propagande qui s’est répandue massivement dans les médias occidentaux, pour la mobiliser et l’inciter.

L’allégation selon laquelle des résistants auraient violé des femmes sionistes s’est avérée fausse, et le Hamas l’a catégoriquement nié et par exemple ; L’étude publiée par Mondoweiss le 1/12/2023 a retracé en détail toutes les allégations de viol et les a réfutées.

Selon les rapports des journaux hébreux Yedioth Ahronoth du 15/10/2023 et Haaretz du 18/11/2023, de nombreux civils sionistes ont été tués à la suite du bombardement par des avions Apache d’occupation sioniste, des participants au festival (Nova) près de (Ra’ dans la colonie), où 364 personnes ont été tuées, et que les combattants du Hamas sont arrivés sur place sans avoir eu connaissance de la cérémonie, et en raison de l’interférence avec les fêtards, les pilotes sionistes ont tiré leurs missiles et leurs balles sans distinction. Le rapport du Yedioth Ahronoth reconnaît que, dans le but de frapper les assaillants, d’empêcher une brèche dans la clôture et d’empêcher la capture de prisonniers sionistes, des avions de combat et des hélicoptères d’occupation ont frappé environ 300 cibles, la plupart dans des zones où des combattants du Hamas étaient déployés en dehors de la frontière de la bande de Gaza.

Les témoignages sionistes ont confirmé que ce sont les raids de l’armée d’occupation et les opérations de ses soldats qui ont causé la mort d’un grand nombre de Sionistes capturés dans les colonies autour de la bande de Gaza, bombardant et détruisant des maisons lors d’affrontements avec la résistance. Le 7 octobre et les jours qui ont suivi, qui ont conduit au massacre de nombreux colons sionistes en plus des résistants, cela s’inscrit dans la politique et le protocole sioniste (Hannibal), qui préfère tuer le prisonnier sioniste plutôt que de le garder vivant comme un prisonnier entre les mains de la résistance. L’occupation a commis les crimes les plus odieux dans plusieurs cas en bombardant et en tuant nos résistants et leurs prisonniers, alors qu’ils les emmenaient dans la bande de Gaza.

Une preuve supplémentaire de ce qui précède est que les autorités d’occupation ont modifié le nombre de morts sionistes, le 7 octobre, alors qu’elles parlaient initialement du meurtre de 1 400 soldats et colons sionistes, puis sont revenues quelques semaines après l’attaque pour réduire le nombre à 1 200, avec la justification qu’environ 200 corps calcinés appartenaient à Israël, à des combattants des Brigades Qassam. Les questions qui se posent ici : ceux qui ont bombardé ces personnes, de telle sorte que leurs corps ont été mélangés à ceux des Sionistes, n’étaient-ils pas les forces d’occupation sioniste elles-mêmes ? Qui d’autre que l’armée sioniste possède des avions et des armes capables de tuer et de brûler autant de personnes ? En outre, la machine menteuse sioniste a ajouté le nombre de martyrs d’Al-Qassam au nombre de personnes tuées pendant plus d’un mois, afin de les échanger dans les médias, avant qu’il ne devienne clair de sources sionistes que ces allégations n’étaient pas vraies. Comme indiqué ci-dessus.

Les crimes de l’occupation nazie sioniste dans la bande de Gaza et les opérations de bombardement et de destruction qui ont conduit pendant l’agression à la mort d’une soixantaine de prisonniers sionistes révèlent clairement, sans aucun doute, l’indifférence de l’occupation à l’égard de la vie de ses soldats et colons captifs et sa volonté de les sacrifier, pour éviter de payer les prix correspondants.

En revanche, de nombreux colons armés se trouvent dans la bande de Gaza, qui ont affronté le 7 octobre des membres de la résistance et participé à des opérations militaires aux côtés des forces d’occupation. Ceux qui ont été tués étaient des Sionistes enregistrés comme morts civils.

Peut-être que beaucoup de gens ne savent pas que lorsqu’on parle des civils sionistes, tous les Sionistes de plus de 18 ans sont soumis à la conscription obligatoire (hommes pendant 32 mois, femmes pendant 24 mois) ; Pour que chacun devienne capable de se battre, selon la théorie sécuritaire d’occupation sioniste, qui croit à l’idée d’un « peuple armé » et qui fait de l’entité usurpatrice sioniste une « armée avec un État » et non un « État avec un État armé !!. »

Le meurtre brutal de civils est un comportement systématique de la part de l’entité, par lequel elle humilie et soumet délibérément le peuple palestinien, et le grand nombre de martyrs de femmes et d’enfants dans cette agression contre la bande de Gaza le prouve.

Peut-être que l’étude publiée par Al Jazeera prouve que le taux quotidien de meurtres d’enfants à Gaza, dans le mois qui a suivi son agression, a atteint 136 enfants par jour, alors que le taux d’enfants tués pendant la guerre en Ukraine était inférieur à un enfant par jour.

Ceux qui défendent la brutalité sioniste ne se soucient pas d’une lecture objective des événements et de l’ampleur des pertes et des victimes. Ils justifient ensuite les massacres sionistes par la possibilité d’« erreurs » survenues lors de l’attaque des forces d’occupation contre les combattants du Hamas et les forces de résistance, alors qu’ils n’appliquent pas la même possibilité d’« erreurs » lors de la prise d’assaut de la bande de Gaza par la résistance. Le 7 octobre, notant que toute comparaison objective est majoritairement en faveur de la résistance.

Nous sommes convaincus que des enquêtes équitables et indépendantes confirmeront la véracité de notre histoire et la fausseté des affirmations de l’occupation, dont toutes les données au cours de l’agression contre Gaza ont prouvé qu’elles pratiquaient le mensonge, la tromperie, y compris ses affirmations concernant l’utilisation des hôpitaux par la résistance. En tant que quartier général de commandement et de gestion des opérations militaires et lieu de détention des prisonniers, et ce qui s’est passé à l’hôpital Al-Shifa est la meilleure preuve des mensonges de l’occupation et de la fausseté de ses affirmations, et nous sommes convaincus que toute une enquête indépendante et objective sera en faveur du récit palestinien.

Troisièmement : Vers une enquête internationale impartiale

La Palestine a rejoint la Cour pénale internationale et a signé le Statut de Rome créant la Cour. Lorsqu’il a demandé une enquête sur les crimes qui avaient été commis et étaient commis sur son territoire, il a été confronté à l’arrogance d’occupation sioniste et au refus de cette démarche. Les autorités d’occupation nazie ont même cherché à punir les Palestiniens pour cela. Malheureusement, les grands pays qui scandent des slogans de justice et ceux qui se sont rangés du côté de l’occupation lors de sa récente agression sont les mêmes qui ont combattu la Palestine et se battent encore en raison de leur adhésion. La Cour pénale internationale, parce qu’elle veut que l’occupation « Israël » reste un État au-dessus des lois, et pour son les fonctionnaires pour échapper à leur responsabilité et à leur obligation de rendre des comptes.

C’est pourquoi nous appelons ces pays, en particulier les États-Unis, l’Allemagne, le Canada et la Grande-Bretagne, s’ils sont réellement préoccupés par la justice comme ils le prétendent, à déclarer leur soutien à la voie suivie par la Cour, pour enquêter sur tous les crimes commis en Palestine occupée, et aider le tribunal à mener efficacement ses enquêtes.

À la lumière de ce qui précède, et malgré les doutes et la méfiance que nous éprouvons pour les raisons que nous avons expliquées, nous appelons la Cour pénale internationale, en particulier le Procureur, son équipe d’enquête et les commissions d’enquête compétentes de l’ONU, à se rendre d’urgence et immédiatement dans les territoires occupés (Palestine), afin d’enquêter sur tous les crimes et violations, de ne pas se contenter de la surveillance à distance, de se tenir sur les ruines de la bande de Gaza ou de se soumettre aux restrictions d’occupation sioniste.

Lorsque notre peuple s’est tourné vers la Cour internationale de Justice, il y a moins d’un an, pour émettre une fatwa concernant la légalité de la poursuite de l’occupation et la responsabilité de la communauté internationale d’y mettre fin, les pays soutenant l’occupation n’ont pas hésité à rejeter le pas et combattez-le. Avant cela, lorsque notre peuple essayait de poursuivre les criminels de guerre des dirigeants de l’occupation devant les tribunaux locaux de plusieurs pays européens, en vertu de ce que l’on appelle la compétence universelle, toutes les portes lui étaient fermées au nez.

Les événements du 7 octobre doivent être replacés dans leur contexte plus large et rappeler des exemples de lutte de libération du colonialisme, de l’occupation étrangère ou de l’apartheid dans le monde dans l’histoire contemporaine. Toutes ces expériences montrent que dans la mesure où il y a eu persécution de la part de l’occupant, cela a entraîné une réponse et une résistance plus fortes de la part des personnes soumises à l’occupation. La poursuite de cette occupation représente une menace pour la sécurité et la stabilité mondiales.

Le peuple palestinien et les peuples de la région et du monde, et même les pays qui soutiennent l’agression nazie sioniste, sont conscients de l’ampleur des mensonges et de la tromperie pratiqués par les gouvernements de ces pays dans leurs efforts pour trouver des justifications à leur action, préjugés aveugles envers l’occupation et leur complicité dans ses crimes. Ces pays ne veulent pas reconnaître que la racine du problème et l’origine de la crise sont la présence de l’occupation et la confiscation du droit du peuple palestinien à vivre dans la liberté et la dignité dans son État et sur sa terre. Ils ne veulent pas non plus reconnaître le droit du peuple palestinien à se défendre, à défendre sa terre, ses lieux sacrés et ses droits, et ils ne montrent aucun intérêt. Poursuivre le siège injuste imposé à des millions de Palestiniens, sans s’en soucier sur les milliers de prisonniers palestiniens dans les prisons de l’occupation.

Nous saluons tous les peuples libres du monde, de tous pays et de toutes religions, nationalités et tendances. Qui se sont manifestés dans toutes les capitales du monde pour exprimer leur rejet des crimes et des massacres brutaux de l’occupation et pour soutenir les droits de notre peuple palestinien à la libération, convaincus que la question palestinienne est une question de liberté, de justice et de dignité humaine, face à une occupation haineuse, une politique d’apartheid, de destruction systématique et de génocide.

Quatrièmement : Un rappel au monde, qui est le Hamas ?

Le mouvement Hamas est un mouvement de libération nationale avec une pensée islamique modérée et équilibrée. Il rejette l’extrémisme, croit aux valeurs de vérité, de justice, de liberté et d’interdiction de l’injustice. Il croit également en la liberté religieuse et la coexistence humaine civilisée, et rejette la coercition religieuse. Il rejette la persécution de toute personne ou la limitation de ses droits sur une base nationale, religieuse ou sectaire.

Le Hamas affirme que le conflit avec le projet sioniste n’est pas un conflit avec les Juifs en raison de leur religion,  il ne s’agit pas non plus d’un conflit contre les Juifs parce qu’ils sont Juifs, il s’agit plutôt de mener une lutte contre les Sionistes parce que ce sont des occupants qui attaquent notre peuple, notre terre et nos lieux sacrés. Seulement, d’un autre côté, ce sont les Sionistes qui adoptent des revendications religieuses et insistent pour imposer la nature juive d’« Israël » sur la base de contextes religieux et nationaux. Ils oppriment le peuple palestinien, le privent de ses droits et judaïsent sa terre et ses lieux saints, en basant sur ces revendications. L’occupation (Israël) est le seul pays au monde qui établit des bases religieuses, il accorde la citoyenneté à tous les Juifs du monde et déplace les populations autochtones du pays.

Le peuple palestinien s’est toujours opposé aux persécutions, à l’injustice, aux massacres et aux meurtres contre les civils, quelle qu’en soit l’origine et quelles que soient les victimes. Sur la base de nos convictions et valeurs religieuses, morales et humanitaires, nous avons rejeté les crimes et les persécutions que les Juifs ont subis par l’Allemagne nazie… et le problème juif est, par essence, un problème européen. Quant à notre environnement arabe et islamique, il a été, tout au long de l’histoire, un refuge pour les Juifs et toutes les personnes d’autres religions et nationalités, et un modèle de coexistence, d’interaction civilisée et de libertés religieuses. Le conflit actuel est provoqué par le comportement agressif des Sionistes alliés aux puissances coloniales occidentales. C’est pourquoi nous rejetons l’exploitation des souffrances des Juifs en Europe pour justifier l’oppression de notre peuple, l’occupation de nos terres, l’usurpation de nos droits et le meurtre de nos enfants.

Le mouvement Hamas, selon le droit international et les conventions et traités internationaux, est un mouvement de libération nationale, avec des buts, des objectifs et des moyens légitimes. Il tire sa légitimité dans la résistance à l’occupation du droit de son peuple palestinien à se défendre, à rechercher libération et autodétermination, mettre fin à l’occupation et retourner dans leur pays d’origine. En tant que mouvement de résistance nationale, le Hamas tenait à limiter sa bataille et sa résistance à l’occupation sioniste et à la terre palestinienne occupée, malgré l’échec de l’occupation à le faire, alors qu’il commettait ses crimes contre notre peuple et notre mouvement en dehors de la terre de Palestine, et mené d’odieuses opérations d’assassinat contre des Palestiniens et d’autres personnes en dehors des frontières de la Palestine occupée.

Nous affirmons que résister à l’occupation par tous les moyens, y compris la résistance armée, est un droit légitime garanti par toutes les lois divines et toutes les religions, et approuvé par le droit international, depuis les Conventions de Genève et leur Premier Protocole additionnel, jusqu’aux déclarations et résolutions pertinentes des Nations Unies, la plupart notamment la résolution 3236 des Nations Unies du 22 novembre 1974, qui affirmait également le droit du peuple palestinien au retour et à l’autodétermination. Ce droit inaliénable a également été confirmé par les pratiques et décisions internationales tout au long des périodes de colonialisme et d’occupation étrangère de nombreux pays qui ont finalement obtenu leur indépendance.

Notre patient peuple palestinien, qui est stationné, mène désormais une bataille d’autodéfense, de terre et de droits nationaux légitimes, face à une occupation coloniale oppressive qui est la plus longue et la plus brutale, et est confronté à une agression barbare sans précédent qui a ciblé la terre, les gens et toutes les formes de vie, au cours desquels notre ennemi injuste n’a pas hésité à commettre des massacres brutaux et des massacres contre les enfants, les femmes, les personnes âgées et les personnes en sécurité. Il a également empêché les gens d’avoir de l’eau, de la nourriture, des médicaments, et de carburant, les a privés de tous moyens de subsistance et a bombardé des écoles, des universités, des mosquées, des églises, des hôpitaux et même des ambulances, dans le cadre d’un processus de génocide, de nettoyage ethnique et de crimes de guerre punissables par le droit international. Tout cela s’est produit sous les yeux du monde entier, sans que les principaux pays soutenant l’occupation n’agissent pour mettre fin à cette agression et à ce génocide en cours.

La protestation d’occupation sioniste sous prétexte du « droit à la légitime défense » dans son oppression du peuple palestinien est un processus de tromperie, de mensonge et de déformation des faits. L’occupation n’a pas le droit de défendre son occupation et ses crimes, mais le peuple palestinien a plutôt le droit de mener une résistance pour forcer l’occupation à mettre fin à son occupation et pour réaliser les aspirations légitimes du peuple palestinien. Nous rappelons que le droit international, y compris l’avis consultatif de la Cour internationale de Justice concernant le mur (2004), ne reconnaît pas l’existence du droit d’occupation« Israël », en tant que puissance occupante oppressive, à ce qu’on appelle « l’auto-défense ». ». L’agression sioniste contre la bande de Gaza, qui est toujours sous occupation conformément au droit international, manque de justifications juridiques et morales et de l’essence de l’idée de légitime défense.

Cinquièmement : Que faut-il ?

L’occupation c’est l’occupation, quel que soit son nom, sa description ou sa forme, avec son arrogance, sa brutalité et ses efforts pour briser la volonté du peuple et le persécuter. La loi de la vie et les expériences des peuples libérés de l’occupation et du colonialisme confirment que la résistance est l’approche, la stratégie et le seul moyen de se libérer et de mettre fin à l’occupation. Quand un peuple était-il libéré de l’occupation sans lutte, sans résistance et sans sacrifices?

Le devoir humanitaire, moral et juridique impose aux pays du monde de soutenir et de protéger la résistance du peuple palestinien et de ne pas conspirer pour l’écraser et l’éliminer. Il leur impose également de faire face aux crimes de l’occupation et de mettre fin à son agression et soutenir la lutte du peuple palestinien pour libérer sa terre, établir son État et exercer son droit à l’autodétermination, comme le reste des peuples du monde.

Sur cette base, nous appelons à :

Arrêtez immédiatement l’agression nazie sioniste contre la bande de Gaza et travaillez immédiatement pour mettre fin aux crimes et au génocide commis par l’occupation contre notre peuple, nos enfants, nos femmes et nos personnes âgées, ouvrir les points de passage, lever le siège de la bande de Gaza, apporter de l’aide et fournir toutes les conditions nécessaires à l’hébergement et à la reconstruction.

Travailler à punir légalement l’occupation sioniste pour son occupation et toutes les souffrances, victimes et pertes qu’elle a entraînées, et s’efforcer de faire payer à l’occupation le coût de ses crimes en tuant des civils et le coût de sa destruction de maisons et d’hôpitaux, des écoles, des universités, des mosquées, des églises, des infrastructures et autres.

Soutenir la résistance contre l’occupation par tous les moyens disponibles, car c’est un droit légitime conformément au droit international et à toutes les lois et religions.

Nous appelons les pays du monde libre, en particulier les pays et les peuples qui ont souffraient du colonialisme ou d’occupation et qui sont pleinement conscients des souffrances du peuple palestinien occupé, en particulier les pays du Sud, ainsi que tous les pays et organismes qui rejettent l’injustice et croient en la justice, à adopter une position sérieuse et efficace contre les deux poids, deux mesures pratiqués par les forces soutenant l’occupation sioniste, et à lancer un mouvement mondial de solidarité avec le peuple palestinien et à mettre l’accent sur la justice, l’égalité et le droit humain à la liberté et une vie décente.

Les grandes puissances doivent cesser de couvrir l’entité sioniste comme s’il s’agissait d’un « État au-dessus des lois ». Ce comportement injuste a donné à cette entité, au cours de 75 ans, le feu vert pour commettre les crimes les plus odieux contre le peuple palestinien, sa terre et ses lieux sacrés. Aujourd’hui, plus que jamais, nous appelons les pays du monde à assumer leurs responsabilités en vertu du droit international, à mettre immédiatement et sérieusement en œuvre les résolutions internationales et onusiennes qu’ils ont adoptées pour mettre fin à l’occupation, et à ce que le peuple palestinien obtienne pleinement son plein respect du droits à leurs terres et à leurs lieux sacrés.

Rejeter tout projet international et sioniste visant à déterminer l’avenir de la bande de Gaza, d’une manière compatible avec les normes de l’occupation et assurer sa poursuite, et s’efforcer sérieusement (au lieu de cela) de forcer l’occupation à se retirer. Le peuple palestinien a la capacité et la compétence de décider de son avenir par lui-même et d’organiser son foyer intérieur, selon sa propre décision, et personne ne peut lui imposer une tutelle ou prendre des décisions en son nom.

Faire face aux tentatives de déplacement et d’expulsion des Palestiniens de l’intérieur (Palestiniens de 1948, Cisjordanie et bande de Gaza) et empêcher qu’une nouvelle catastrophe ne s’abatte sur eux. Pas de déplacement vers le Sinaï, la Jordanie ou ailleurs. S’il y a un mouvement de réfugiés ; Il s’agit du retour dans leurs foyers dont ils ont été expulsés en 1948, et la résolution internationale contre eux a été répétée plus de 150 fois.

Poursuivre la pression populaire arabe, islamique et internationale pour mettre fin à l’occupation,  activer les mouvements pour rejeter la normalisation, les mouvements pour boycotter les produits d’occupation sioniste et boycotter les entreprises et les institutions qui soutiennent l’occupation.

Lien court:

Copied