Wed 24-July-2024

Des innocents sous les décombres… D’autres douleurs des milliers de familles à Gaza

lundi 8-juillet-2024

Gaza – CPI

Sous les ruines des maisons détruites, et dans les rues et les terres sous l’Occupation sionistes dans la bande de Gaza, des milliers de corps de martyrs disparus racontent les détails d’un génocide continu qui dure depuis neuf mois.

Malgré sept mois depuis le martyre de membres de sa famille, la Palestinienne Mariam Imad (19 ans) n’a pas pu récupérer leurs corps pour les enterrer, malgré les efforts acharnés déployés par ses proches et les équipes de défense civile.

Imad a expliqué que des avions de guerre criminelles ont bombardé le 7 décembre 2023 deux maisons de sa famille à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, où se trouvaient 36 personnes, y compris ses parents, deux de ses frères dont un enfant, ainsi que ses grands-parents, ses oncles, leurs épouses et leurs enfants, qui ont tous été martyrisés.

Elle a ajouté : « Nous avons passé plus de 42 jours sans nouvelles de tous ces membres de ma famille, puis nous avons appris qu’ils avaient tous été tués sous les décombres lors du bombardement néonazi. Lorsque les forces sionistes se sont retirées début avril dernier, je suis allée, la seule survivante de ma famille, avec mon oncle et mon cousin pour tenter de récupérer les corps, mais nous n’avons pu en sortir aucun. »

10 000 personnes disparues…

Selon les estimations de l’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’homme, plus de 10 000 Palestiniens sont comptés parmi les disparus sous les décombres dans la bande de Gaza, sans possibilité de les retrouver en raison des difficultés d’extraction et de leur maintien dans des tombes non marquées, alors que toute initiative humanitaire internationale pour les secourir est absente.

L’Observatoire euro-méditerranéen a souligné que les familles des victimes des attaques militaires meurtrières menées par les Sionistes, qui approchent leur dixième mois, font face à d’énormes défis pour récupérer les corps, en raison du manque d’équipements et de machines lourdes pour les équipes de défense civile, ainsi que de l’interdiction sadique de l’entité sioniste d’introduire tout équipement de l’extérieur de la bande de Gaza.

Le manque d’équipement entrave les opérations de récupération

Wissam al-Sakini, Palestinien du nord de la bande de Gaza, survivant d’un bombardement néonazi qui a coûté la vie à plusieurs de ses proches.

Il explique que des avions de guerre sionistes ont bombardé le 22 novembre 2023 sa maison familiale, composée de cinq maisons dans la zone de Beit Lahia, au nord de la bande de Gaza, causant la mort de deux de ses enfants et d’environ 45 autres personnes.

Al-Sakini a mentionné que des efforts avaient été déployés pendant des semaines pour extraire les victimes, mais qu’environ 15 d’entre elles étaient toujours sous les décombres, entravées par le volume énorme des débris, le manque d’équipement et la répétition des frappes dans la région.

Sous les décombres

Ahmed al-Bahnasawi raconte également avec tristesse comment les avions de guerre sionistes ont bombardé sa maison le 31 octobre 2023, dans un incendie qui a visé une zone résidentielle abritant environ 40 maisons dans le quartier al-Snaydeh du camp de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza.

Al-Bahnasawi a expliqué que tous les membres de sa famille, au nombre de 18 personnes, ainsi que près de 400 autres personnes, ont été tués dans cette vaste attaque néonazie, notant que des dizaines de corps ont été extraits au fil des semaines, mais environ 50 personnes restaient piégées sous les décombres, impossibles à récupérer en raison du manque d’équipement et de l’ampleur des destructions.

L’Occupation est incriminée

Selon l’Observatoire euro-méditerranéen, la majorité des corps des victimes récupérés dans les attaques militaires sionistes se trouvaient soit dans les rues, soit dans des bâtiments simples d’un ou deux étages.

Il indique qu’il y a de graves difficultés à récupérer les corps des martyrs des immeubles à plusieurs étages, en raison de l’utilisation par les équipes de défense civile et de sauvetage d’équipements vétustes, de marteaux manuels et d’appareils primitifs pour la recherche des corps sous des dizaines de milliers de tonnes de débris, ce qui entrave l’efficacité et la continuité du travail.

Des centaines de travailleurs civils ont été martyrisés et blessés, et la majorité des véhicules de secours qu’ils utilisent ont été visés par les bombardements sionistes.

L’Observatoire euro-méditerranéen a souligné la nécessité urgente de fournir des équipements spéciaux, des excavateurs et une quantité suffisante de carburant pour commencer à déblayer les débris, à rechercher et à récupérer les corps des martyrs, à les identifier et à les enterrer dans des tombes spécifiées, mettant ainsi fin à la violation de la dignité des victimes et activant leur droit et celui de leurs proches à être enterrés avec respect et décence, conformément à leurs croyances religieuses.

Maladies et épidémies

Les experts mettent en garde contre le fait que l’approche sioniste de l’empêchement et de l’entrave à la récupération des victimes constitue une cause majeure de propagation de maladies et d’épidémies graves dans la bande de Gaza, où la majorité écrasante des corps ont déjà commencé à se décomposer, augmentant ainsi les risques pour la santé publique des civils déjà affectés par la coupure par l’entité des approvisionnements en carburant nécessaires pour traiter les eaux usées et les déchets, ainsi que la contamination des sources d’eau, exposant ainsi la santé et le bien-être de plus de deux millions d’habitants à un danger imminent.

L’Observatoire euro-méditerranéen a confirmé que l’empêchement et l’entrave à la récupération des corps des victimes sous les décombres contreviennent au droit international humanitaire et vont à l’encontre des décisions de la Cour internationale de justice concernant la nécessité de mettre fin au génocide dans la bande de Gaza, en raison de la dissimulation délibérée de preuves. De plus, le maintien de milliers de victimes parmi les disparus constitue un crime supplémentaire contre leurs familles, qui souffrent d’une extrême angoisse psychologique, constituant ainsi un autre volet du crime de génocide commis par les néonazis contre les Palestiniens dans la région.

Il a souligné que le maintien de ce grand nombre de victimes sous les décombres et l’échec des efforts pour récupérer les corps, au cours des derniers mois prouvent la volonté délibérée de l’entité sioniste d’utiliser divers types de bombes, de munitions et de force de destruction disproportionnée contre les civils palestiniens et leurs biens, violant ainsi les règles de protection des civils et de leurs biens contre les dangers de la guerre, telles que le droit international humanitaire, y compris la 4e Convention de Genève de 1949, qui vise à protéger les civils pendant les conflits.

Lien court:

Copied