Wed 24-July-2024

Khalil Al-Hayya : Nous sommes prêts à entamer des négociations pour mettre fin à la guerre selon 4 principes

mardi 25-juin-2024

Doha – CPI

Le vice-président du Hamas dans la bande de Gaza et membre du Bureau politique, Khalil Al-Hayya, a confirmé la sérieuse volonté du mouvement d’entamer des négociations réelles et sérieuses pour conclure un accord d’échange et mettre fin à la guerre et à l’agression.

Al-Hayya a déclaré – dans une interview avec Al Jazeera lundi soir – : Nous sommes prêts et sérieux à entamer des négociations réelles et sérieuses si l’occupation israélienne adhère aux principes du président Biden et à ce qu’il réalise pour la volonté du peuple, en mettant un terme à l’agression israélienne et en procédant au retrait complet de la bande de Gaza, et nous nous engageons vers un accord sérieux.

Il a ajouté : « Nous restons sérieux et nous espérons que les médiateurs, les frères qataris et égyptiens, parviendront à convaincre l’administration américaine, si elle est sérieuse, de forcer l’occupation à parvenir à cet accord et à mettre fin à cette guerre et à cette agression contre notre peuple.

Il a souligné que les déclarations de Netanyahu confirment ce que nous avons toujours dit, à savoir que le gouvernement d’occupation sioniste dirigé par Netanyahu ne veut pas parvenir à un cessez-le-feu et ne veut pas d’un véritable échange de prisonniers.

Al-Hayya a déclaré : Nous disons depuis des mois, et nous l’avons dit aux médiateurs et nous l’avons dit à tout le monde, que nous sommes prêts si nous avons un texte clair et une offre claire pour un cessez-le-feu et un retrait complet de la bande de Gaza, et à échanger une vraie affaire.

Netanyahu ne veut pas arrêter la guerre

Il a ajouté : Nous voyons Netanyahu annoncer ouvertement le contenu de ses paroles et ce qui est caché dans la dernière proposition, ce qui confirme ce que Netanyahu dit aujourd’hui, et il est clair qu’il est en contradiction avec les déclarations du président américain Biden, qui a annoncé son intention à un cessez-le-feu permanent, à un retrait complet, à la reconstruction, à l’échange de prisonniers, etc.

Il a poursuivi : Aujourd’hui, Netanyahu dit clairement à tout le monde : « Je ne veux pas arrêter la guerre, je veux mener une action partielle, une trêve temporaire pour récupérer un groupe de prisonniers israéliens des mains de la résistance, puis reprendre la guerre. » C’est la véritable position de Netanyahu, et tout le reste n’est qu’un embellissement du discours.

Il a souligné que Netanyahu ne veut pas conclure un accord, qu’il divertit ceux qu’il rencontre de temps en temps et qu’il annonce chaque jour ces déclarations vides de sens qui datent de près de neuf mois. Il n’a pas éliminé la résistance et ne pourra pas récupérer les prisonniers sans un accord avec la résistance palestinienne représentée par le Hamas, et il ne pourra pas imposer tout ce qu’il veut.

Il a souligné que Netanyahou annonce ouvertement des idées et des slogans pour la poursuite de la guerre et de l’agression, et que c’est aujourd’hui la responsabilité des médiateurs, en premier lieu de l’Amérique, qui est aujourd’hui partenaire dans cette guerre, des déclarations et de la crédibilité du président américain Biden qui est en jeu, tout comme la résolution du Conseil de sécurité qui a été adoptée presque à l’unanimité.

Le leader du Hamas a déclaré : « Nous sommes confrontés à une vérité claire qui confirme que Netanyahu et son gouvernement fasciste ne veulent pas conclure d’accord et ne veulent pas mettre fin à l’agression, et nous progressons vers la réalisation des objectifs de notre peuple pour mettre fin à l’agression, procéder à un retrait complet, parvenir à un accord d’échange et atteindre pleinement les objectifs de notre peuple.

Il a ajouté : Nous n’avons pas changé notre position sur les propositions du président Biden. Nous les avons accueillies favorablement lorsqu’il les a annoncées le 30 du mois dernier, et nous avons salué la résolution du Conseil de sécurité qui a été adoptée pour adopter ces questions afin de mettre fin à l’agression et au retrait complet, etc. Nous saluons toujours cette position, et nous sommes toujours sérieux, et nous sommes toujours prêts à parvenir à un véritable accord par lequel cette agression brutale cessera et nous passerons à un véritable accord d’échange.

Il a souligné qu’il n’y a aucune question dans les négociations qui ne change pas ou qui change. Les négociations sont des négociations, mais il y a des principes clairs depuis le début, du 1er décembre dernier jusqu’à aujourd’hui l’occupation tente d’échapper.

Principes de négociation

Il a identifié quatre principes auxquels le Hamas adhère : le premier principe : l’arrêt de la guerre, un cessez-le-feu permanent et global et un retrait complet, le deuxième principe : le retour des déplacés, le troisième : les secours et la reconstruction, et l’objectif important de ces principes est un véritable échange de prisonniers.

Al-Hayya a ajouté : Ce sont quatre principes et idées clairs, et il y a des détails, et je dis que nous ne sommes pas loin des nombreux détails, car les documents échangés sont proches, mais le point de désaccord aujourd’hui est que le gouvernement israélien ne veut toujours pas accepter le principe d’un cessez-le-feu.

Il a souligné que la proposition israélienne ne vise qu’à mettre en œuvre la première étape et perd l’interdépendance, la cohésion et la cohésion des étapes les unes avec les autres. Par conséquent, si l’occupation israélienne a la volonté et est sérieuse de mettre fin à l’agression, je pense que nous le ferons pour conclure un accord directement.

Le leader du Hamas a confirmé que c’est là l’objectif, le test de la communauté internationale pour obliger l’occupation à mettre fin à la guerre, à mettre fin à l’agression globale et à accepter ce principe. Si l’occupation accepte ce principe, nous y passerons directement un véritable échange de prisonniers, même si l’occupation fixe également certaines dispositions qui peuvent faire l’objet de négociations, il tente de passer le temps et de semer complètement le doute sur cette voie.

Vitalité de la Résistance

Al-Hayya a déclaré : Si l’occupation veut annoncer qu’elle a vaincu les Brigades Qassam et atteint ses objectifs, alors laissez-la faire et dire ce qu’elle veut, et le terrain est la preuve. Par conséquent, la résistance et ce dont nous avons parlé sont une réalité. il y a peu, l’opération combinée des Brigades Qassam et du reste des factions palestiniennes confirme la vitalité de la résistance et sa capacité à épuiser l’ennemi, si l’ennemi veut se convaincre que c’est fini, qu’il le fasse et sors.

Al-Hayya a ajouté : Nous voulons que cette agression et cette guerre se terminent par un accord de cessez-le-feu et un échange direct de prisonniers. Cependant, si l’occupation annonce qu’elle a terminé ses opérations et quitté Rafah, il n’y aura pas d’échange de prisonniers. La guerre ne s’arrêtera pas et l’état d’épuisement mutuel persistera.

Il a souligné que Netanyahu veut enflammer pleinement les fronts partout pour rester au pouvoir et rester à la tête de son gouvernement fasciste. Il est donc du devoir de la communauté internationale et des grandes puissances de contraindre l’occupation à un cessez-le-feu permanent.

Al-Hayya a déclaré : Nous continuerons à défendre notre peuple et nos mains resteront tendues pour conclure un véritable accord selon lequel l’agression cessera, nous échangerons des prisonniers, puis nous reconstruirons notre peuple et reprendrons la reconstruction et la restauration de ce que l’occupation a largement détruit dans la bande de Gaza.

Il a souligné que l’entité sioniste, qui a lamentablement échoué dans sa guerre à Gaza jusqu’à présent, et dont le neuvième mois est presque terminé, ne sera pas en mesure d’inverser le cours de la guerre vers le nord avant d’avoir terminé le front sud.

La guerre au Liban

Al-Hayya a déclaré : Si l’occupation lance une guerre à grande échelle contre le Liban, elle entrera dans une fournaise de guerre et un incendie déchaîné qui engloutira l’occupation et ses composantes, et Israël, l’État occupant et l’entité usurpatrice, sera confrontée au défi de l’effondrement et du retrait pour toujours, si Dieu Tout-Puissant le veut, car le front libanais, s’il se produit et s’ouvre, La guerre ouvrira d’autres fronts et ouvrira une guerre faisant rage contre l’occupation israélienne.

Al-Hayya a demandé : Israël, qui souffre d’une économie en déclin, souffre d’un isolement politique international, souffre de conflits internes, souffre de crises, d’une armée effondrée et d’une armée qui panse ses blessures à Gaza, est-ce que ce gouvernement et ce une armée capable d’ouvrir un grand front intégré ? Je réponds : je pense que c’est réaliste. C’est peut-être un rêve pour Netanyahu, et s’il veut le réaliser, qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu’il entre dans une guerre majeure qui pourrait inclure la région et peut-être, si Dieu le veut, éliminera l’occupation et ses ambitions.

Le leader du Hamas estimait que l’armée sioniste avait perdu confiance en elle-même et que si un comité était formé pour demander des comptes à ceux qui n’avaient pas évalué la situation le 7 octobre, début du déluge, cela signifierait que l’entité sioniste était entrée dans une situation difficile, état de méfiance et de confusion interne qui ne pourrait être stoppé qu’en arrêtant l’agression ou en adoptant des options lointaines.

L’entité n’est pas candidate à la survie

Il a souligné que cette entité sioniste n’est pas candidate à rester telle qu’elle était, depuis 76 ans elle gère l’état de mensonge et l’image esthétique qu’elle disait, et elle est revenue au monde comme ni une démocratie ni une force redoutée, ni propriétaire d’une économie capable de suivre le rythme du monde. Par conséquent, l’entité sioniste est désintégrée intérieurement, son économie ne peut pas répondre aux besoins et, au niveau international, elle est perturbée par ces grands défis et son incapacité à atteindre ses objectifs.

Il a ajouté : Cette entité s’érode de l’intérieur, et comme on l’a toujours dit dans le mouvement des peuples, des pays et autres, si les entités commencent à s’éroder de l’intérieur, elles s’effondreront et le toit tombera probablement.

La colonisation engloutit la Cisjordanie

Il a souligné que ce gouvernement sioniste fasciste, depuis le jour de son arrivée, a considéré comme son objectif direct l’annexion de la Cisjordanie et la colonisation du reste des terres de Cisjordanie, et aujourd’hui, vous parlez de l’abandon par l’armée de plus de 60 % du territoire sur la Cisjordanie et la laisser aux troupeaux de colons, selon le ministre sioniste des Finances Smotrich.

Il a également souligné que la colonisation est en train d’engloutir lentement la Cisjordanie et que le défi qui nous attend, en tant que Palestiniens, est sans aucun doute de rester unis face au monstre de la colonisation et à l’annexion de la Cisjordanie.

Il a souligné que cela ne peut être fait qu’en opposant à ces projets sionistes une résistance globale qui n’exclut rien des méthodes pour faire face à cette agression. Notre peuple, si Dieu Tout-Puissant, nous habituera à être capables de résister et de relever tous les défis auxquels sont confrontés ses problèmes cruciaux.

Lien court:

Copied