Sat 20-July-2024

Les enfants de Gaza crient au Monde: nous mourons de faim, sauvez nous

lundi 17-juin-2024

Gaza – CPI

Alors que les musulmans du monde entier célèbrent l’Aïd al-Adha, les habitants du nord de la bande de Gaza gémissent sous le poids de la famine persistante, tout en criant haut et fort : arrêtez d’affamer le nord en particulier, la bande de Gaza en général.

On ne mange rien sauf quelques miettes de pain et quelques conserves à des prix dérisoires dans un silence mondial suspect.

La faim est utilisée par l’Occupation nazie sioniste (Israël) comme l’une des armes de la guerre génocidaire en cours à Gaza, qui a jusqu’à présent coûté la vie à 40 palestiniens( leur plupart des enfants) et à des milliers de personnes souffrant de malnutrition et d’émaciation grave.

9 enfants sur 10 dans la bande de Gaza souffrent d’une grave pauvreté alimentaire, vivant avec deux groupes alimentaires ou moins par jour, a rapporté l’UNICEF, le 6 juin, sur la base de 5 séries de données collectées entre décembre 2023 et avril 2024.

En outre, le Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine (FEWS NET) a noté que l’agression militaire néonazie sioniste à Rafah avait perturbé les circuits de distribution alimentaire et réduit l’accès à la nourriture.

Situation dangereuse

Pour sa part, la porte-parole du Programme alimentaire mondial au Moyen-Orient, Abeer Atifa, a déclaré que la sécurité alimentaire dans la bande de Gaza s’approche de niveaux dangereux et que la famine a recommencé à frapper dans le nord de la bande de Gaza.

« Atifa » a noté dans une interview à la presse que la famine est de nouveau revenue dans le nord de Gaza, à la lumière de la fermeture resserrée et forcée des points de passage de la bande de Gaza, suite à la poursuite de l’opération militaire d’Occupation terroriste, à Rafah.

Selon les données locales, 40 citoyens, dont une majorité d’enfants, ont été tués à cause de la famine qui frappe particulièrement les régions du nord depuis des mois, tandis que la mort menace 3 500 enfants. Parce qu’ils souffrent de malnutrition sévère.

Elle a expliqué que les chiffres exacts indiquent que les citoyens ne peuvent pas profiter de leurs besoins alimentaires de base et que l’aide ne leur parvient pas dans la mesure où elle permettrait d’éviter la famine.

Lien court:

Copied