Sat 20-July-2024

Manifestations et protestations dans le monde pour dénoncer les massacres sionistes à Gaza

mercredi 29-mai-2024



Gaza- CPI

Hier mardi, les villes et capitales européennes et arabes ont été témoins de manifestations, de marches et de positions en solidarité avec la bande de Gaza, pour dénoncer les massacres d’occupation sioniste en cours contre les déplacés à Rafah, au sud de la bande.

Les manifestants ont exigé la fin de la guerre et le châtiment des responsables sionistes pour le génocide à Gaza. Ils ont également exigé la fin de la fourniture à l’occupation des armes qu’elle utilise pour tuer des femmes et des enfants et détruire des bâtiments résidentiels dans la bande de Gaza.

En Grande-Bretagne, des milliers de partisans de la Palestine ont manifesté dans les rues de la capitale britannique, Londres, dénonçant les massacres en cours dans la ville de Rafah par l’occupation néonazie sioniste.

Les manifestants à proximité de Downing Street ont exigé que le gouvernement britannique condamne l’agression sioniste et mette fin aux exportations d’armes vers Tel-Aviv. Ils ont brandi des banderoles dénonçant l’agression génocidaire continue contre Gaza et exigeant un cessez-le-feu immédiat.

Des dizaines de manifestants ont bloqué l’entrée de l’usine d’armes sionistes de la société Elbit dans la ville britannique de Shinstone, en soutien à Gaza et dénonçant les crimes de génocide.

En Belgique, la police belge de la capitale Bruxelles a utilisé des canons à eau pour disperser les manifestants qui tentaient d’atteindre le bâtiment de l’ambassade de l’entité usurpatrice sioniste dans le cadre d’une manifestation contre le bombardement de Rafah.

En Irlande, des militants palestiniens, arabes et irlandais qui soutiennent la cause palestinienne ont manifesté devant le Parlement irlandais à Dublin à l’occasion de la reconnaissance de l’État palestinien par le gouvernement irlandais.

Les manifestants ont brandi des drapeaux et des banderoles palestiniennes en soutien aux droits des Palestiniens devant le parc du Parlement, où le drapeau palestinien a été hissé pour la première fois.

En France, des milliers de personnes ont manifesté mardi soir à Paris pour la deuxième journée consécutive, pour protester contre les massacres d’occupation sioniste à Rafah.

La place de la République, au centre de la capitale, était bondée de monde et des drapeaux palestiniens étaient placés sur la statue en son centre, ainsi qu’une grande banderole portant la phrase « Stop au génocide ».

En Norvège, une manifestation a eu lieu devant le Parlement norvégien pour célébrer la reconnaissance par le gouvernement de l’État de Palestine, pour exiger le retrait des investissements norvégiens dans l’entité sioniste et pour faire pression en faveur d’un cessez-le-feu immédiat et durable.

Les manifestants ont brandi des drapeaux et des banderoles palestiniennes exigeant la fin immédiate de la guerre, ainsi que des banderoles accusant l’occupation terroriste sioniste d’avoir commis une guerre de génocide. Ils ont demandé que les responsables du génocide à Gaza soient punis.

Aux Pays-Bas, des dizaines de partisans de la Palestine ont organisé une manifestation silencieuse devant le bâtiment municipal de la ville néerlandaise d’Utrecht, afin de dénoncer l’holocauste des tentes et le meurtre de civils, dont des enfants et des femmes, à Tal al-Sultan. , à l’ouest de Rafah.

Les manifestants se sont allongés devant le bâtiment pour représenter le théâtre de la mort des victimes à Gaza, brandissant des drapeaux palestiniens et scandant des slogans dénonçant le soutien du gouvernement néerlandais à l’occupation, depuis le début de l’agression et exigeant la protection de Rafah, qui regorge de personnes déplacées.

Au Canada, la ville de Toronto a été témoin lundi soir d’une manifestation massive pour dénoncer le massacre de Khiam commis par l’armée d’occupation sioniste dans la ville palestinienne de Rafah.

Les militants ont défilé dans les rues de la ville, scandant des slogans dénonçant les crimes sionistes en cours, appelant à la fin du génocide en cours à Gaza et à un cessez-le-feu.

Au Mexique, les partisans de la Palestine ont organisé une manifestation de protestation devant l’ambassade de l’occupation néonazie sioniste dans la capitale, Mexico, dénonçant le massacre horrible à Rafah et rejetant la poursuite de l’agression contre Gaza.

De nombreux manifestants ont tenté de prendre d’assaut le bâtiment de l’ambassade de l’occupation et lui ont jeté des pierres, au milieu d’affrontements avec la police mexicaine.

En Jordanie, des centaines de Jordaniens ont manifesté à proximité de l’ambassade de l’entité usurpatrice sioniste à l’ouest de la capitale, Amman, et ont dénoncé la poursuite de la guerre génocidaire à Gaza contre la population civile sans défense de la bande assiégée.

Les manifestants ont scandé des slogans de soutien à la résistance palestinienne, exigeant la fourniture d’une aide humanitaire et médicale.

Ils ont également condamné la normalisation avec l’occupation sioniste et ont appelé le gouvernement jordanien et les gouvernements arabes à mettre fin à tous les accords diplomatiques et économiques avec l’occupation israélienne.

Au Yémen, des manifestants ont organisé des veillées et des marches de protestation au cours desquelles ils ont dénoncé les massacressionistes à Rafah, selon l’agence Saba.

Des centaines d’étudiants ont participé à des marches dans les gouvernorats de Sanaa, Amran et Hajjah, en soutien aux moudjahidines de Gaza et en solidarité avec le peuple palestinien opprimé.

Au Maroc, des centaines de Marocains, dont des militants des droits de l’homme, ont organisé un stand devant le Parlement, dans la capitale, Rabat, en solidarité avec Gaza et pour dénoncer les récents massacres de Rafah.

À travers des banderoles portant la phrase « Arrêtez les massacres de Rafah », les manifestants participant à la manifestation ont exprimé leur rejet du mépris d’occupation sioniste envers toutes les conventions internationales et les décisions de la Cour internationale de Justice en poursuivant ses massacres à Rafah, exigeant que les institutions internationales activent leurs mécanismes pour les dissuader.

De nombreuses villes marocaines, dont Tanger, sont témoins de manifestations similaires, presque quotidiennement, en solidarité avec le peuple palestinien et en rejet de la normalisation.

Lien court:

Copied