Sun 23-June-2024

« L’Université d’Helsinki en Finlande suspend les échanges d’étudiants avec les universités d’occupation.

mercredi 22-mai-2024

L’Université d’Helsinki en Finlande a annoncé mercredi la suspension des accords d’échange d’étudiants avec les universités d’occupation sioniste, tout en maintenant une « collaboration de recherche » avec elles.

Cette décision de l’université fait suite à des manifestations étudiantes qui ont duré plus d’un mois contre la collaboration de l’université avec ses homologues sionistes, en raison des pertes civiles et de l’aggravation de la situation humanitaire dans la bande de Gaza, qui subit une guerre destructrice menée par l’occupation.

Dans un communiqué, l’université a déclaré : « Les accords d’échange d’étudiants avec les universités dans l’entité usurpatrice sioniste (Israël) ont été suspendus en raison des pertes civiles et de l’aggravation de la situation humanitaire à Gaza. »

Cependant, l’université a affirmé que la « collaboration de recherche » se poursuivrait avec les universités sionistes.

Le communiqué a également souligné que l’université s’engage à aider à la reconstruction des institutions d’enseignement supérieur et des centres de recherche dans la bande de Gaza.

De son côté, Vilja Hermansson, l’une des organisatrices des manifestations de solidarité avec les Palestiniens, a critiqué la décision de l’université.

Elle a déclaré à la société de radiodiffusion finlandaise que la poursuite de la collaboration de recherche est en contradiction avec les principes de l’Université d’Helsinki, « car les universités sionistes sont complices du génocide dans la région ».

Depuis le 6 mai, les étudiants en Finlande demandent à l’Université d’Helsinki d’annuler les accords d’échange d’étudiants et de coopération de recherche avec les institutions éducatives sionistes.

Depuis le 7 octobre, l’occupation terroriste sioniste mène une guerre contre Gaza qui a fait plus de 115 000 morts et blessés, la plupart étant des enfants et des femmes, et environ 10 000 personnes sont portées disparues, dans un contexte de destruction massive et de famine qui a coûté la vie à des enfants et à des personnes âgées.

L’occupation néonazie sioniste poursuit la guerre malgré une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies exigeant un cessez-le-feu immédiat, et malgré une demande de la Cour internationale de justice de prendre des mesures immédiates, pour empêcher les actes de « génocide » et améliorer la situation humanitaire à Gaza.

Lien court:

Copied