Sat 22-June-2024

UNRWA : 800 000 personnes contraintes de fuir Rafah et il n’y a aucun endroit sûr à Gaza

dimanche 19-mai-2024



Gaza – CPI

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a déclaré que près de la moitié de la population de Rafah (et des personnes déplacées là-bas), soit 800 000 personnes, se trouvent sur les routes, après avoir été forcées de fuir la région, depuis le début de l’opération militaire des forces armées d’occupation, le 6 mai.

L’UNRWA a déclaré dans un communiqué : « En réponse aux ordres d’évacuation d’occupation sioniste exigeant que les gens fuient vers des zones dites sûres, les gens se sont dirigés principalement vers les zones centrales et Khan Younis, y compris les bâtiments détruits. »

Elle a souligné que depuis le début de la guerre à Gaza, les Palestiniens ont été contraints de fuir, à plusieurs reprises, à la recherche d’une sécurité qu’ils n’ont jamais trouvée, notamment dans les abris de l’UNRWA, notant que lorsqu’ils se déplacent, ils courent des risques, sans passage sûr ni protection.

« Chaque fois, ils sont obligés de laisser derrière eux leurs quelques biens : matelas, tentes, ustensiles de cuisine et fournitures de base qu’ils ne peuvent pas transporter ni payer pour le transport. À chaque fois, ils doivent recommencer à zéro. » A-t-elle dénoncé.

Elle a noté que les zones vers lesquelles les gens fuient actuellement ne disposent pas d’approvisionnement en eau potable ni d’installations sanitaires.

Al-Mawasi, par exemple, selon le communiqué, s’étend sur 14 kilomètres carrés de terres agricoles sablonneuses, où les gens sont laissés à l’air libre, avec peu ou pas de bâtiments ni de routes.

La région ne dispose pas des conditions minimales nécessaires pour fournir une aide humanitaire d’urgence de manière sûre et digne.

Avant l’invasion de Rafah, la zone abritait plus de 400 000 personnes. L’endroit est bondé et ne peut pas accueillir un plus grand nombre de personnes, et c’est également le cas à Deir al-Balah, dans les régions centrales, selon l’UNRWA.

Elle a souligné que l’affirmation selon laquelle les habitants de Gaza peuvent se déplacer vers des zones « sûres » ou « humanitaires » est une fausse affirmation. Et à chaque fois, il met gravement en danger la vie des civils. La déclaration réitère : Il n’y a pas de zones sûres à Gaza. Il n’y a pas d’endroit sûr. Personne n’est en sécurité.

L’UNRWA a déclaré : « La situation s’aggrave encore en raison du manque d’aide et de fournitures humanitaires de base, tandis que la communauté humanitaire n’a plus d’autres fournitures à fournir, notamment de la nourriture et d’autres articles essentiels. »

Elle a souligné que les principaux points de passage menant à Gaza sont toujours fermés ou dangereux car situés à proximité ou à l’intérieur des zones de combat.

Elle a ajouté : La distribution de l’aide est presque impossible en raison de l’entrée irrégulière du carburant, de l’instabilité des télécommunications et de l’opération militaire en cours.

Depuis le 6 mai, seuls 33 camions humanitaires ont pu atteindre le sud de Gaza. Il s’agit d’une baisse au milieu des besoins humanitaires croissants et des déplacements massifs.

Bien que l’UNRWA se soit félicité des informations faisant état de l’arrivée des premières cargaisons au nouveau quai flottant, elle a souligné que les voies terrestres constituaient le moyen le plus pratique, le plus efficace, le plus sûr et le plus efficace pour acheminer l’aide.

Elle a souligné la nécessité de rouvrir les points de passage et d’y assurer un accès sûr, soulignant que sans la réouverture de ces routes, l’état de refus d’assistance et les conditions humanitaires catastrophiques perdureront.

Elle a déclaré : Le passage rapide et sans entrave de l’aide humanitaire doit être autorisé pour tous les civils dans le besoin, où qu’ils se trouvent, et cela doit être facilité.

« La population déplacée doit avoir accès aux éléments de base nécessaires à sa survie, notamment la nourriture, l’eau et un abri, ainsi qu’à l’hygiène, à la santé, à l’assistance et, surtout, à la sécurité. » A-t-elle poursuivi.

Elle a souligné la nécessité pour les équipes de secours humanitaires de se déplacer librement et en toute sécurité, pour atteindre ceux qui ont besoin d’assistance et de protection, où qu’ils se trouvent.

L’UNRWA a conclu qu’il était temps avant tout de s’entendre sur un cessez-le-feu, avertissant que toute nouvelle escalade des combats ne ferait qu’entraîner davantage de destructions pour les civils et rendrait impossible l’instauration de la paix et de la stabilité.

Lien court:

Copied