Sun 23-June-2024

Euro-Med exige le retour de centaines de milliers de personnes déplacées de force de Gaza et de son nord

dimanche 19-mai-2024


Genève – CPI

L’Observatoire Euro-Méditerranéen (Euro-Med) des Droits de l’Homme a appelé la communauté internationale à prendre des mesures urgentes et sérieuses pour obliger « l’entité usurpatrice sioniste » (Israël) à cesser de commettre le crime de déplacement forcé qu’il commet contre les habitants de la bande de Gaza, de manière systématique, généralisée et répétée, depuis le 7 octobre dernier.

Euro-Med a souligné dimanche dans un communiqué que des centaines de milliers de personnes déplacées devraient être autorisées à retourner dans leurs zones de résidence dans le gouvernorat de Gaza et le gouvernorat du nord de Gaza, d’où elles ont été déplacées de force vers le sud de la vallée de Gaza, au cours de la même période. Ces derniers mois, en particulier après le début de l’attaque militaire d’occupation sioniste sur Rafah, qui a mis fin de manière effective et officielle à la soi-disant zone de sécurité, qui était le dernier refuge pour les personnes déplacées de force, de diverses parties de la bande de Gaza, et il n’y a maintenant aucun autre endroit vers lequel se tourner pour se réfugier.

Euro-Med a surveillé le déplacement de plus de 700 000 personnes de Rafah, depuis que l’armée d’occupation terroriste sioniste a émis les derniers ordres de déplacement forcé, le 6 mai, et le déplacement forcé se poursuit dans des circonstances très difficiles, qu’il s’agisse de trouver un endroit où s’installer, comme c’est le cas actuellement. Aucun endroit sûr dans la bande de Gaza, ou trouver une tente pouvant abriter la famille déplacée, ou fournir des moyens de transport et couvrir les frais de déplacement.

Il a souligné que les derniers ordres de déplacement interviennent 8 mois après le début du génocide, qui a détruit les moyens de subsistance des familles et laissé la plupart d’entre elles sans travail, en plus des expulsions répétées et des déplacements forcés, qui ont causé les souffrances de ces familles qui ont perdu une grande partie de leurs biens et le peu de vivres qui leur restait.

L’Euro-Med a indiqué que ses estimations indiquent qu’environ 150 000 personnes avaient déjà été déplacées de force de Rafah, au cours des semaines qui ont précédé les ordres officiels de déplacement forcé, en raison d’un torrent de menaces d’occupation terroriste d’envahir la ville frontalière.

Il a expliqué que la majorité de ces personnes déplacées ont été contraintes de quitter Gaza et son nord, en octobre dernier après que l’armée d’occupation néonazie sioniste a émis des ordres de déplacement forcé à grande échelle, incluant tous les résidents des deux gouvernorats, le 13 octobre 2023, qui stipulaient : « Un avertissement urgent aux habitants de la bande de Gaza. Votre présence au nord de Wadi Gaza met votre vie en danger. Quiconque choisit de ne pas évacuer le nord de la bande de Gaza vers le sud de la vallée de Gaza pourrait être identifié comme complice d’une organisation terroriste. »

Il a souligné que plus de 1 200 000 de Palestiniens ont déjà été déplacés, au cours des mois en raison des mesures de déplacement forcé adoptées par les forces d’occupation terroriste, que ce soit par des ordres directs de déplacement forcé ou par la création d’un environnement coercitif qui expulse la population par de violents bombardements, intimidations, assaut sur les maisons et les centres d’hébergement, et forçant ceux qui s’y trouvent à se déplacer vers le sud, alors qu’il reste près de 400 000 personnes, la plupart d’entre elles étant déplacées à l’intérieur du pays dans les quartiers de Gaza et du nord.

Euro-Med a averti de l’aggravation de la famine et de la souffrance des milliers de familles déplacées et le grave risque sur leur vie, dénonçant l’utilisation de la famine comme une arme de guerre, pour achever le crime de génocide contre les Palestiniens.

Lien court:

Copied