Tue 11-June-2024

Pour la défense de Netanyahu… des sénateurs américains menacent la Cour pénale internationale

mercredi 8-mai-2024

New York – CPI

12 membres républicains du Sénat américain (la chambre haute du Congrès) ont envoyé une lettre de menace très ferme au procureur général de la Cour pénale internationale, Karim Khan, l’avertissant des conséquences désastreuses si la cour décidait d’émettre un mandat d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ou l’un de ses… Hauts responsables de l’État occupant.

La lettre, qui a été divulguée et publiée par des médias neutres et qui a été surveillée par le Centre d’information palestinien mardi, disait, s’adressant à Karim Khan :  » Nous vous écrivons au sujet d’informations selon lesquelles la Cour pénale internationale pourrait envisager d’émettre des mandats d’arrêt internationaux contre le Premier ministre Le ministre Benjamin Netanyahu et d’autres responsables israéliens. « Ces mesures sont illégales, manquent de fondement juridique et, si elles sont mises en œuvre, entraîneront de lourdes sanctions contre vous et votre organisation », selon le texte de la lettre.

Dans leur lettre, les sénateurs américains ont souligné que « l’émission de mandats d’arrêt contre des dirigeants israéliens serait non seulement injustifiée, mais exposerait votre organisation (criminelle internationale) à l’hypocrisie et à deux poids, deux mesures ». Votre bureau n’a émis aucun mandat d’arrêt contre le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, contre tout autre responsable iranien, contre le président syrien Bashar al-Assad ou contre tout autre responsable syrien… »

Ils ont révélé dans leur lettre qu’ils chercheraient à imposer des sanctions sévères au président et aux membres de la Cour, déclarant : « Les États-Unis ne toléreront pas les attaques politisées de la Cour pénale internationale contre nos alliés ». Ciblez Israël et nous vous ciblerons. « Si vous prenez les mesures décrites dans le rapport, nous nous efforcerons de mettre fin à tout soutien américain à la CPI, d’imposer des sanctions à vos employés et collègues et de vous interdire, à vous et à vos familles, d’entrer aux États-Unis. »

Les sénateurs américains qui ont signé la lettre ont conclu leur discours en disant : « Vous avez été prévenus ».

Condamnation du déménagement

Le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a dénoncé « toutes les formes de pressions et de menaces » contre la Cour pénale internationale.

Cela est intervenu dans des déclarations à la presse mardi, en réponse aux membres du Sénat américain qui ont mis en garde le procureur de la Cour pénale internationale, Karim Khan, contre l’émission de mandats d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et d’autres responsables.

Borrell a ajouté que la Cour pénale internationale exprimera son avis « tôt ou tard sur ce qui se passe dans la bande de Gaza, et je condamne toutes les formes de pression et de menaces à son encontre ».

Il a souligné son refus de remettre en question les décisions de la Cour pénale internationale ou de menacer directement celle-ci si elle émettait un mandat d’arrêt.

Il a poursuivi en disant : « Nous avions applaudi la décision de la Cour pénale internationale lorsqu’elle a rendu sa décision concernant (le président russe Vladimir) Poutine. »

Il a souligné la nécessité de respecter la Cour pénale internationale dans « toutes les conditions et circonstances », appelant à éviter les menaces contre ses juges.

Pour sa part, le sénateur du Parti démocrate Chris Van Hollen a critiqué le message et a déclaré dans son blog sur la plateforme « X » : « Il est totalement erroné de s’immiscer dans une affaire judiciaire en menaçant les fonctionnaires judiciaires, les membres de leur famille, et leurs employés en représailles », et a ajouté : « Cette intimidation est quelque chose qui convient à la mafia, pas aux membres du Sénat américain », a-t-il déclaré.

De son côté, le directeur du Centre de recherche « Réconciliation » (indépendant, basé au Koweït), Abdulaziz Al-Anjari, s’est étonné du peu d’intérêt des médias arabes pour ce message, qui « a confirmé les doutes, consolidé les convictions et levé le brouillard de nos yeux. » Nous ne pouvons plus être accusés de racisme ou de méfiance face aux allégations d’influence du sionisme sur la scène politique américaine.»

Al-Anjari, membre du National Press Club à Washington, a ajouté dans une interview accordée à Quds Press : « Ce qui est vraiment regrettable, c’est que les médias arabes, en particulier dans les pays qui soutiennent la Palestine, n’ont pas montré suffisamment d’intérêt pour ces questions, ce qui nous oblige à compter sur les efforts individuels des gens. » Ils publient ces informations et analyses », indiquant la nécessité de se concentrer sur de tels messages pour mettre en évidence l’extrémisme sioniste et son influence sur la politique américaine.

Lien court:

Copied