Mon 24-June-2024

Conseil juif australien : les manifestations étudiantes contre le génocide à Gaza ne sont pas «antisémites»

mardi 30-avril-2024

Istanbul – CPI

Le Conseil juif australien a annoncé son ferme rejet de considérer les camps de solidarité établis dans les universités, pour soutenir les Palestiniens à Gaza, comme constituant une menace pour les étudiants et les employés juifs ou comme étant «antisémites».

Cette déclaration s’est tenue dans un communiqué publié lundi par le Conseil juif australien, concernant les manifestations organisées par les étudiants des universités du monde entier,  pour s’opposer à la guerre génocidaire d’occupation terroriste sioniste contre Gaza et soutenir les Palestiniens.

Des institutions américaines et des membres du Congrès ont déjà accusé des étudiants de participer aux manifestations qui ont lieu dans les universités américaines contre le meurtre de civils palestiniens à Gaza par l’entité usurpatrice sioniste (Israël).

Le communiqué indique que les étudiants ont appelé leurs institutions à mettre fin à leurs relations avec les sociétés d’armement qui facilitent la commission de crimes de guerre par  cette entité sioniste criminelle.

Il a souligné que les étudiants ont également appelé le gouvernement australien à imposer des sanctions à l’ennemi occupant sioniste et à rompre ses relations militaires avec lui.

« Le Conseil juif australien rejette fermement les allégations selon lesquelles ces manifestations constitueraient une menace pour les étudiants et le personnel juifs », indique le communiqué.

Il a souligné que l’entité sioniste usurpatrice a tué plus de 34 000 Palestiniens à Gaza, en 200 jours, mettant en garde contre le danger de tenter de réduire au silence ou d’imposer la censure aux manifestations étudiantes et de les accuser de manière trompeuse d’antisémitisme.

« Nous devrions être fiers de tous ces étudiants, dont beaucoup d’entre eux juifs, qui se sont prononcés contre ce génocide », a déclaré Elizabeth Strakosch, directrice exécutive du Conseil juif australien, dans le communiqué.

Elle a ajouté : « Le droit de manifester pacifiquement est l’un des droits fondamentaux de la liberté et de la démocratie, et les universités doivent le soutenir et le protéger. »

Le 18 avril, des étudiants, qui rejetaient la guerre de génocide sioniste dans la bande de Gaza, ont entamé un sit-in sur le campus de l’Université Columbia à New York, exigeant que son administration mette fin à sa coopération académique avec les universités d’occupation sioniste  et retire ses investissements dans les entreprises qui la soutiennent.

Avec l’intervention des forces de police et l’arrestation de dizaines d’étudiants, l’état de colère s’est élargi et les manifestations se sont étendues à des dizaines d’universités aux États-Unis, parmi lesquelles des universités de premier plan comme Harvard, George Washington, New York, Yale, l’Institut de technologie de Massachusetts et de Caroline du Nord.

Plus tard, le mouvement étudiant sans précédent, en faveur de la Palestine, s’est étendu aux universités d’autres pays comme la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, qui ont tous été témoins de manifestations de soutien à leurs homologues des universités américaines et ont exigé l’arrêt de la guerre brutale génocidaire contre Gaza et le boycott des entreprises qui fournissent des armes à l’occupation néonazie sioniste (Israël).

Lien court:

Copied