Fri 17-May-2024

Haniyeh: Nous mettons en garde contre l’invasion de Rafah et notre exigence est d’arrêter l’agression et de se retirer

dimanche 21-avril-2024

Ankara – CPI

Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, a mis en garde contre l’invasion, par l’occupation néonazie sioniste, de la ville de Rafah dans la bande de Gaza, soulignant en même temps que les combattants des factions de la résistance sont totalement prêts à la combattre sur le terrain.

Haniyeh a déclaré dans une interview  avec l’Agence Anadolu, en marge de sa visite en Turquie : « Il est très clair que l’ennemi occupant sioniste a la décision d’envahir chaque point, chaque endroit et chaque ville de Gaza, d’autant plus qu’il parle de Rafah depuis des mois.

Concernant la position de Washington sur l’invasion, il a expliqué que « la position américaine est trompeuse, et leur discours selon lequel ils ont besoin de plans pour éviter de nuire aux civils n’est qu’une tromperie ».

Haniyeh l’a démontré en disant : « Tous les civils tués, à Gaza, ont été tués par les armes et les missiles américains et par la couverture politique américaine. »

Il a poursuivi : « Quand Washington se présente au Conseil de sécurité et recourt à son droit de veto contre la résolution de cessez-le-feu, qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que les États-Unis couvrent pleinement les tueries et les massacres génocidaires continus de Gaza, et lorsque Washington a pris hier une décision de veto contre la considération de l’État de Palestine comme membre à part entière des Nations Unies, cela signifie qu’ils adoptent la position d’occupation sioniste et sont ceux qui s’opposent aux droits du peuple palestinien.»

Il a ajouté : « Par conséquent, nous ne sommes pas tombés dans ce piège… le piège de la tromperie et du soi-disant échange d’emplois entre les Américains et les Néonazis sionistes(Israéliens)… Nous mettons en garde contre l’entrée à Rafah, car cela pourrait provoquer un grand massacre contre notre peuple palestinien.

Haniyeh a appelé « tous les pays frères en Égypte, en Turquie, au Qatar et tous les pays européens, autres ayant une relation directe » à « prendre des mesures pour freiner l’agression génocidaire sioniste et empêcher l’entrée à Rafah, notamment la nécessité d’un retrait complet du territoire de la bande de Gaza et mettre fin à cette agression barbare.»

« Si l’ennemi nazi sioniste décide d’envahir Rafah, alors notre peuple palestinien ne brandira pas le drapeau blanc, et la résistance là-bas est également prête à se défendre, à faire face à l’agression et à se protéger, ainsi que son peuple.» A-t-il ajouté.

Le jour suivant

Haniyeh a parlé de ce qui se passera en ce qui concerne l’administration de la bande de Gaza après la fin de la guerre brutale sioniste, déclarant : « Il existe des options et des alternatives proposées avec la présence d’une force arabe, par exemple. »

 « Nous accueillons favorablement toute force arabe ou islamique si sa mission est de soutenir notre peuple palestinien et de l’aider à se libérer de l’occupation néonazie sioniste (Israël). Cependant, une force arabe ou internationale venant fournir une protection à l’occupation est définitivement rejetée ».A-t-il indiqué.

Haniyeh a poursuivi : « Des alternatives ont été proposées, mais elles sont peu pratiques et ne peuvent pas réussir », soulignant que « l’administration de Gaza doit se faire avec la volonté palestinienne ».

Il a souligné que « le Hamas ne s’engage pas dans une représentation unilatérale. Nous faisons partie du peuple palestinien et nous pouvons construire un gouvernement d’unité nationale et accepter de gérer Gaza sur la base d’un partenariat ».

Haniyeh a souligné que « ces questions (de l’administration de Gaza) sont nationales et nous ne permettrons pas à l’occupation ou à qui que ce soit d’autre d’arranger la situation palestinienne à Gaza, en Cisjordanie ou dans les deux ».

Implications de l’assassinat d’enfants et de petits-enfants

Commentant le martyre de trois de ses fils et d’un certain nombre de ses petits-enfants, lors d’un raid aérien d’occupation sioniste dans la bande de Gaza, le 10 avril, Haniyeh a déclaré : « Premièrement, nous demandons à Dieu d’avoir pitié des martyrs et d’avoir pitié des enfants et petits-enfants. Ce crime reflète trois indices : le premier est l’échec de l’ennemi à atteindre ses objectifs militaires en 7 mois ».

Il a ajouté : « L’ennemi néonazi sioniste n’a réussi qu’à tuer des milliers d’enfants, de femmes et de civils âgés, et donc le massacre de l’Aïd, qui a coûté la vie à 3 enfants et 5 petits-enfants, s’inscrit dans ce contexte et confirme l’échec de cet ennemi. »

Le deuxième indice, selon Haniyeh, est que « l’occupation estime qu’un massacre visant ma maison, mes enfants et mes petits-enfants pourrait faire pression sur les dirigeants du mouvement et sur son président pour qu’ils fassent des concessions dans les négociations de cessez-le-feu en cours, mais il se trompe. »

Haniyeh a souligné que le Hamas « souligne toujours que les revendications du peuple palestinien ne peuvent être négligées et ne peuvent être abandonnées, que ce soit en ce qui concerne la question de Gaza et les conditions pour mettre fin à l’agression, ou en ce qui concerne nos droits palestiniens historiques établis dans notre terre, dans notre patrie, le retour du peuple palestinien et l’établissement de son État souverain, avec Jérusalem pour capitale, sans aucune négligence ni hésitation.»

Il a poursuivi en disant : « Le troisième indice, que je veux souligner, est que mes enfants font partie de notre peuple palestinien. Notre situation est semblable à celle de notre peuple. Nous vivons avec nos familles; Nos maisons, nos enfants, nos petits-enfants sont toutes exposées à ce à quoi notre peuple palestinien est exposé. J’ai dit dès le premier instant que le sang de mes enfants n’était pas plus précieux de notre peuple palestinien à Gaza, en Cisjordanie et partout.

Il a ajouté : « Tous les fils martyrs de Gaza et de Cisjordanie sont mes fils, tout comme nos martyrs à l’étranger, nous sommes donc égaux en droits et en devoirs et en payant le prix. Nous acceptons tout cela à bras ouverts, capitulons, fermeté, détermination et volonté inébranlable, et nous affirmons que nous continuerons sur cette voie, quels que soient les sacrifices.

Il a ajouté : « J’adresse mes remerciements au peuple turc qui, dans plus de 30 provinces, a prié  pour les âmes des martyrs, des enfants et des petits-enfants. C’est une preuve de l’unité de la nation et de l’unité de ses sentiments. comme cela s’est produit dans d’autres pays comme le Pakistan et d’autres.

Obstruction aux négociations

Dans sa réponse à la question des demandes du Hamas dans les négociations indirectes avec l’ennemi occupant néonazi sioniste (Israël), concernant un cessez-le-feu à Gaza et l’échange de prisonniers, Haniyeh a déclaré : « Dès le début, nos positions étaient claires. Nous voulons mettre fin à l’agression génocidaire contre notre peuple. »

Haniyeh a insisté: « Mettre fin à l’agression est une priorité pour nous, et c’est pour cette raison que nous avons convenu d’entamer des négociations à condition qu’elles conduisent à un cessez-le-feu permanent, à un retrait complet et au retour de toutes les personnes déplacées, conduisant à un accord honorable d’échange.»

Selon Haniyeh, l’ennemi occupant« jusqu’à présent, malgré des dizaines de séances et des dizaines de documents échangés par l’intermédiaire de médiateurs, n’a pas accepté un cessez-le-feu, et tout ce qu’il veut, c’est récupérer ses prisonniers et ensuite reprendre la guerre brutale barbare contre Gaza, ce que nous rejetons définitivement .»

Haniyeh a déclaré : « L’ennemi occupant sioniste veut que le Hamas et la résistance acceptent des cartes pour le déploiement de l’armée d’occupation, comme si nous légitimions l’occupation de la bande de Gaza ou d’une telle partie de son territoire, et cela ne peut pas complètement avoir lieu, le retrait de Gaza doit être réalisé.»

Il a ajouté : « Il ne veut pas que les déplacés retournent dans le nord de Gaza et dans leurs lieux de résidence. Il accepte seulement un retour progressif en nombre limité, et cela non plus ne peut pas être fait. »

 « Il ne veut pas donner le droit requis au processus d’échange et fixe des chiffres très petits, et veut les contrôler, alors qu’il a récemment arrêté près de 14 000 Palestiniens, depuis le 7 octobre en Cisjordanie et à Gaza. » A-t-il révélé.

Haniyeh a souligné que « ce qui fait obstacle à la conclusion d’un accord, c’est l’occupation terroriste, et ce qui fait également obstacle à la conclusion d’un accord, c’est l’administration américaine, qui à chaque étape des négociations adopte la vision de l’ennemi occupant sioniste et n’exerce aucune pression sur lui pour qu’elle réponde aux des demandes logiques et correctes, et à un moment où il accepte certainement nos demandes, « nous serons prêts à signer l’accord.»

Il a ajouté : « Chaque document présenté par le Hamas confirme que les pays d’Égypte, du Qatar, de Turquie et de Russie, ainsi que les Nations Unies et les États-Unis, sont les garants de l’accord, mais chaque fois que l’occupation sioniste refuse que la Turquie et La Russie fait partie des pays garants, nous y adhérons donc malgré le refus sioniste.»

La fermeté de la résistance

Ismail Haniyeh a déclaré : « La résistance à Gaza est toujours inébranlable et ferme, en résistant et défendant notre peuple palestinien, depuis le 7 octobre jusqu’à présent, elle est en position de pouvoir et a accompli quelque chose qui ressemble à un miracle en attaque et en défense, que ce soit le 7 octobre ou au cours des derniers mois.

Il a ajouté : « Les factions palestiniennes résistent à l’occupation néonazie sioniste sur tous les fronts des combats, résistent de diverses manières, avec des plans défensifs et offensifs. Elles ont une très grande capacité à faire face aux conditions sur le terrain et à l’évolution de la sécurité, en prouvant qu’elles ont une volonté forte et inflexible qu’elles tirent, après Dieu, de la volonté de notre peuple et de son incubateur à Gaza.

Il a poursuivi : « C’est un grand incubateur par sa fermeté, sa fermeté et sa magnificence, et par sa capacité à supporter cette guerre mondiale. Par conséquent, la résistance démontre sa longue préparation, qu’elle est bien préparée à de telles confrontations et batailles. « 

Haniyeh a déclaré : « La résistance sur la terre de Gaza est en mesure de continuer à défendre notre peuple, et l’ennemi ne sera pas en mesure de briser son fusil, d’abaisser son drapeau ou de vaincre sa volonté. »

 « C’est également le cas de notre peuple en Cisjordanie, qui est témoin d’une résistance renouvelée et continue dans des affrontements dans différentes régions, et cela a également été le cas au Liban, où se trouvent les fronts de résistance ».A-t-il poursuivi.

Haniyeh a expliqué que l’ennemi terroriste sioniste « voulait monopoliser la bande de Gaza, mais dans le cadre de la cohésion entre les fronts de résistance en Palestine, au Liban et au Yémen, il s’est retrouvé dans une résistance plus large ».

Il a souligné que « l’énorme pression exercée par les frères du Yémen sur le trafic maritime à destination de l’entité usurpatrice sioniste a des effets très clairs sur son économie et sur l’économie des entreprises et des navires qui y traitent d’une manière ou d’une autre ».

Expansion de la guerre

Haniyeh a déclaré : « La portée de la confrontation avec l’ennemi occupant sioniste( Israël) s’étend dans la région, que ce soit au Liban, en Irak, au Yémen, en Syrie ou en Iran, et tout cela est lié à la poursuite de l’agression génocidaire, sans précédent, de la guerre d’extermination contre Gaza. Je crois qu’au moment où l’agression sioniste contre Gaza cessera, l’accalmie à ces fronts reprendra.»

Il a ajouté : « Ce n’est un secret pour personne que l’Iran fournit un soutien militaire et financier à la résistance en Palestine, ainsi qu’un soutien technique. Cela est connu depuis des années, et il a également une stratégie et une politique pour poursuivre ce soutien à la lumière de la situation actuelle du déluge d’Al-Aqsa et la guerre dans la bande de Gaza. »

Haniyeh a tenu l’ennemi usurpateur sioniste (Israël) pour responsable de l’expansion de la guerre dans la région et a déclaré : «  Le dernier développement survenu est que l’occupation sioniste a bombardé le quartier général de la mission iranienne, à Damas, et qu’un certain nombre de commandants des Gardiens de la révolution ont été tués. Par conséquent, tout le monde s’y attendait que l’Iran ne pouvait pas rester silencieux face à cette agression qui affectait directement sa souveraineté. »

Il a expliqué : « Le bombardement de la mission iranienne, à Damas, démontre que l’occupation nazie sioniste a mal compris la politique de patience stratégique que Téhéran avait précédemment adoptée. »

Il a poursuivi : « Tout le monde s’attendait à une réponse de l’Iran, mais cette réponse, sa taille, sa portée et ses dimensions dépendent de l’Iran, car c’est lui qui prend la décision qu’il juge appropriée. »

Haniyeh a poursuivi en disant : « Maintenant aussi, la réponse de l’entité usurpatrice sioniste est intervenue dans certains contextes, mais qu’est-ce que tout cela indique ? Cela indique deux choses : que Netanyahu ne veut pas arrêter la guerre brutale contre Gaza, mais cherche plutôt à l’étendre en un conflit régional, et la deuxième est d’entraîner les Américains à devenir une partie ou une arme militaire au service de l’entité usurpatrice dans le conflit pour diriger des frappes sur tel ou tel front, notamment contre l’Iran.»

Il a également déclaré : «  Nous avons souligné dans de nombreuses conversations que celui qui porte la responsabilité de cette tension régionale est l’ennemi occupant sioniste, qui continue de nier les droits du peuple et de ses attaques contre nos lieux saints, en particulier Jérusalem, Al-Aqsa, visant les valeurs sacrées islamiques et chrétiennes et la poursuite de la guerre d’extermination contre Gaza. »

Condamnation de l’entité sioniste (Israël)

À la fin de l’entretien, Haniyeh a exprimé son appréciation et ses remerciements à l’État d’Afrique du Sud, « qui a intenté une action en justice contre l’entité usurpatrice sioniste et l’a traduit, ainsi que ses dirigeants, pour la 1e fois depuis la Nakba, devant la Cour internationale de Justice, et cette action a été soutenue par de nombreux pays et équipes juridiques de plusieurs pays, qu’ils soient arabes, islamiques ou au niveau mondial.»

Haniyeh a ajouté : «  Nous voyons qu’il s’agit d’une étape très importante et la Cour internationale de Justice doit poursuivre ses procédures pour prendre la décision d’arrêter d’abord le massacre à l’intérieur de Gaza, fournir l’aide nécessaire à la bande de Gaza, présenter les dirigeants  de l’occupation néonazie sioniste en tant que criminels de guerre, auteurs de massacres et de l’Holocauste contre notre peuple palestinien, afin qu’il n’échappe pas au châtiment. »

Enfin, Haniyeh a conclu:  « Il est clair qu’au fil des années d’occupation, l’ennemi usurpatrice sioniste commet des massacres et échappe ensuite aux sanctions et à la justice internationale et juridique, mais cette fois, elle ne doit pas échapper à la punition qu’elle mérite ».

Lien court:

Copied