Sun 23-June-2024

Les Journalistes palestiniens: L’occupation a arrêté une centaine de journalistes depuis le 7 octobre

mercredi 17-avril-2024

Ramallah – CPI

Le Syndicat des journalistes palestiniens a déclaré que les forces armées d’occupation néonazie sioniste ont arrêté environ 100 journalistes palestiniens, depuis le début de l’agression génocidaire barbare sioniste contre la bande de Gaza, le 7 octobre 2023.

Le Comité des libertés du Syndicat des journalistes a déclaré dans un communiqué reçu mercredi par notre CPI que 10 femmes journalistes avaient été arrêtées. Notant que l’occupation terroriste sioniste continue d’arrêter 4 femmes journalistes dans ses prisons.

Le Comité a noté que la férocité des arrestations ciblées s’est produite en octobre et novembre 2023 ; «Quand une cinquantaine de journalistes ont été arbitrairement arrêtés, alors qu’une quarantaine d’entre eux sont toujours dans les prisons de l’ennemi occupant néonazi.»

« La plupart des journalistes ont été abattus au moment de leur arrestation, bien qu’ils aient souffert de problèmes de santé, ils n’ont reçu aucun traitement ni suivi de santé, ce qui a mis leur vie en danger», a-t-il poursuivi.

Il a averti que les prisonniers « sont soumis à des passages à tabac, à des humiliations, à des menaces et à la privation des droits les plus fondamentaux (..) en violation flagrante des Conventions de Genève et de toutes les normes internationales ».

Le Syndicat a déclaré qu’avant l’agression militaire brutale contre Gaza (7 octobre), 13 journalistes sont encore incarcérés dans les prisons d’occupation. La plupart d’entre eux sont injustement détenus administrativement et certains sont toujours détenus dans l’attente d’un tribunal militaire.

Le Comité des libertés a mis en garde contre le « sort inconnu » de nombreux collègues journalistes détenus dans la bande de Gaza, victimes de disparitions forcées et contre une menace réelle pour leur vie. Notant que le sort de certains d’entre est toujours inconnu.

Le communiqué appelle le Secrétaire général des Nations Unies, le Directeur exécutif de l’UNESCO et la Fédération internationale des journalistes à intervenir auprès de toutes les parties concernées, pour mettre fin à ce crime contre les prisonniers de guerre, hommes et femmes, dans les prisons d’occupation néonazie sioniste.

Lien court:

Copied