Wed 17-April-2024

Moatassem Al-Arif, persécuté, tué quelques jours après avoir été blessé par les soldats de l’AP

mardi 2-avril-2024

Tulkarem – CPI

Cet après-midi, mardi, le résistant et persécuteur de l’occupation sioniste, Moatassem Al-Arif, du camp Nour Shams à Tulkarem, a été tué, quelques jours après avoir été abattu par les services de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP).

Des sources locales ont rapporté que des affrontements ont eu lieu entre les résistants et les soldats de l’AP dans le camp de Nour Shams à Tulkarem, après l’annonce du martyre d’Al-Arif.

Samedi dernier, le 30 mars 2024 ; Le jeune homme, Al-Aref, a été blessé par les balles des forces de sécurité de l’AP, dans la ville de Tulkarem et a ensuite été transféré à l’hôpital, au milieu d’affrontements armés dans la région.

Des sources locales ont rapporté que les forces de sécurité ont ouvert le feu sur un groupe de poursuivants, blessant un jeune homme.

Des clips vidéo ont montré les services de sécurité lançant une lourde salve de bombes à gaz sur la population, ainsi que le déclenchement d’affrontements armés à Tulkarem.

Suite aux tirs contre un groupe de poursuivants du bataillon, des résistants ont ouvert le feu en direction du quartier général du district du gouvernorat de Tulkarem, coïncidant avec le déclenchement d’affrontements armés entre les membres du bataillon du camp Nour Shams et les services de sécurité.

Ce n’est pas le premier cas depuis le début de la bataille « déluge d’Al-Aqsa ». Plusieurs cas ont été documentés de personnes abattues et d’autres décédées, après que les services de sécurité ont poursuivi des personnes persécutées dans le nord de la Cisjordanie occupée, notamment dans la région de Jénine.

Depuis le 7 octobre, on a annoncé que 5 personnes avaient été tuées par les balles des forces de sécurité, dont 4 lors de la répression des marches et de leur persécution : l’enfant Razan Turkman, les jeunes Firas Turkman, Mahmoud Abu Laban et Muhammad Sawafta, qui a participé à des manifestations de soutien à Gaza et de rejet des massacres de l’occupation, en plus de l’enfant Muhammad Arsan.

Au début de cette année, la Brigade de Jénine a accusé l’AP d’avoir tué le fils de la Brigade Burqin, Ahmed Hashem Obeidi, après l’avoir poursuivi et abattu. Récemment, l’occupant a pourchassé le prisonnier libéré, le chef des Brigades Al-Qassam à Jénine, Qais Al-Saadi, qui a été blessé par des balles des services de sécurité de l’AP, lors de sa poursuite et de sa tentative d’arrestation près du quartier Al-Hadaf à proximité du camp de Jénine.

Lien court:

Copied