Wed 17-April-2024

Al-Nounou : Netanyahu fait échouer toutes les tentatives des médiateurs pour faire progresser les négociations

lundi 26-février-2024

Doha – CPI

Le Hamas a déclaré dimanche que le Premier ministre sioniste, Benjamin Netanyahu rejetait « les clés fondamentales du succès des négociations » et de la reconnaissance des droits du peuple palestinien.

C’est ce qu’a déclaré Taher Al-Nono, conseiller médiatique du chef du bureau politique du mouvement, Ismail Haniyeh, dans des déclarations à Al Jazeera Mubasher, au milieu des discussions sur la reprise des négociations de trêve dans la bande de Gaza, à travers des réunions au niveau des spécialistes tenues, à Doha, suivi de réunions au Caire.

Al-Nounou a déclaré : « L’objectif principal de Netanyahu en faisant avancer la guerre (dans la bande de Gaza) est de réaliser des intérêts purement personnels et électoraux et de se protéger. »

Il a accusé Netanyahu de contrecarrer « toutes les tentatives des médiateurs (Qatar et Égypte) de faire progresser les négociations, car lui et son gouvernement néonazi sont les plus extrémistes de l’histoire de l’entité usurpatrice sioniste ».

Il a estimé que « les clés fondamentales des négociations sont : un cessez-le-feu durable, mettant fin à toute présence militaire de l’occupation dans la bande de Gaza, y compris tous les besoins du peuple palestinien en matière de reconstruction et mettant fin au siège de la bande ».

Al-Nounou a ajouté que Netanyahu « rejette les clés fondamentales du succès des négociations et de la reconnaissance des droits du peuple palestinien ».

Concernant l’administration américaine, Al-Nounou a déclaré qu’elle est « impliquée jusqu’aux oreilles dans le soutien aux crimes de l’occupation terroriste nazie et dans la fourniture d’une couverture et d’armes pour tuer les Palestiniens et leur infliger des punitions collectives ».

Concernant ce qui a été convenu lors de la 2e réunion de Paris, le leader du Hamas a déclaré : « Nous n’avons reçu aucune information officielle sur ce qui s’est passé à Paris ».

Vendredi, une conférence s’est tenue à Paris, avec la participation de l’entité usurpatrice sioniste (Israël), des États-Unis, de l’Égypte et du Qatar, pour discuter d’un accord d’échange de prisonniers et mettre fin à la guerre génocidaire dans la bande de Gaza, avant le mois sacré du Ramadan, en mars prochain.

Al-Nounou a déclaré : « Ce que Netanyahu a publié est un document qui ne contient que des non, qui constituent tous un rejet des droits humains et politiques du peuple palestinien. »

Il a souligné que le « Hamas » présentait « une vision globale qui inclut l’organisation de la maison palestinienne selon les règles du partenariat, de la démocratie et de la participation de chacun à la responsabilité ».

Il a exprimé son refus de parler de la bande de Gaza comme s’il s’agissait d’une partie isolée ou séparée de la patrie palestinienne, soulignant qu’« il existe une communication permanente et continue entre le Hamas et les factions de la résistance et que l’avenir du lendemain de la guerre fait partie de la volonté palestinienne.

Concernant la visite d’une délégation du mouvement au Caire, il a déclaré que la délégation « a discuté en Egypte des efforts déployés pour mettre fin à l’agression et des moyens de renforcer et d’intensifier les secours et d’apporter de l’aide, en particulier dans la région nord de Gaza ».

Mardi dernier, le Hamas a annoncé dans un communiqué qu’une délégation de ses dirigeants, dirigée par Haniyeh, était arrivée au Caire, pour discuter avec des responsables égyptiens des conditions politiques et sur le terrain, à la lumière de la guerre de génocide contre Gaza.

Les réunions du Caire pour discuter d’un accord d’échange de prisonniers ont amené le Hamas à continuer d’insister sur sa position de mettre fin à la guerre dans la bande de Gaza, ce que l’occupation nazie n’accepte pas, selon les médias hébreux.

Depuis le 7 octobre 2023, l’occupation terroriste néonazie sioniste a lancé une agression brutale contre la bande de Gaza, faisant des dizaines de milliers de victimes civiles, pour la plupart des enfants et des femmes, en plus d’une catastrophe humanitaire sans précédent et d’une destruction massive des infrastructures, qui a conduit à Tel-Aviv d’être poursuivie devant la Cour internationale de Justice pour des accusations de génocide.

Lien court:

Copied