Sat 18-May-2024

A l’occasion de son trentième anniversaire… les trente martyrs du massacre de la mosquée Ibrahimi sont devenus trente mille

dimanche 25-février-2024

Gaza – CPI

Le criminel terroriste Baruch Goldstein ne savait pas que son « implant satanique » et son haineuse idéologie nazie, lorsqu’il a tué 30 fidèles sans défense dans la mosquée Ibrahimi il y a trente ans, se transformeraient trente ans plus tard en un « système criminel » intégré et une guerre brutale portant la même idée et le sang haineux et empoisonné dans toute sa mesure pour mener à bien son exécution.

Le « programme enragé » de l’entité sioniste usurpatrice contre le peuple de Gaza avec toute cette brutalité a conduit à près de trente mille martyrs et des dizaines de milliers de blessés dans cette agression, dans une scène sanglante que l’histoire n’a jamais connue auparavant, dans un silence arabe, islamique et international complet.

Mais les nouveaux « Goldsteinistes » sont plus criminels que lui, et trente, quarante ou cent sang palestinien par jour ne leur suffisent plus, et un massacre comme celui de leur professeur ne leur suffit plus, ni des dizaines de massacres. Ils continuent leur effusion de sang avec le feu vert du monde, et la facture de sang est sans nombre ni compte à l’occasion du trentième anniversaire du massacre de leur professeur dans un crime, aujourd’hui qui est semblable à hier, et est plus sombre, plus oppressant, plus criminel, et encore plus génocidaire contre les Palestiniens.

Aujourd’hui marque le trentième anniversaire du massacre odieux commis par le colon terroriste Baruch Goldstein à l’intérieur de la mosquée Ibrahimi à Hébron, lorsqu’il a ouvert le feu sur les fidèles, tuant 30 d’entre eux et en blessant 150 autres.

Le criminel Goldstein a perpétré son massacre le vendredi 25 février 1994 à l’intérieur de la mosquée Ibrahimi. Les soldats d’occupation ont fermé les portes de la mosquée pour empêcher les fidèles de sortir et ont également empêché ceux venant de l’étranger d’arriver pour secourir les blessés.

Lors des funérailles des martyrs, les soldats de l’occupation ont ouvert le feu sur les participants, portant le nombre total de martyrs à 50 martyrs, dont 29 ont été martyrisés à l’intérieur de la mosquée.

Les protestations contre les forces d’occupation se sont intensifiées à Hébron et dans ses villages ainsi que dans toutes les villes palestiniennes, et le nombre de martyrs résultant de ces affrontements a atteint 63 martyrs et des centaines de blessés.

Fermeture continue

Après le massacre, les forces d’occupation ont fermé la mosquée Ibrahimi et la vieille ville pendant six mois, prétendant enquêter sur le crime, et ont formé unilatéralement le comité « Shamgar » pour enquêter sur le massacre et ses causes.

Les autorités d’occupation de l’époque ont formulé plusieurs recommandations, notamment : diviser la mosquée Ibrahimi en deux parties, imposer une réalité d’occupation difficile à la vie des citoyens de la vieille ville, mettre en place une sécurité stricte dans la mosquée et donner à l’occupation le droit à la souveraineté sur la plus grande partie de celle-ci.

La partie de la mosquée Ibrahimi saisie par l’occupation comprenait des sanctuaires et des tombes de prophètes et de personnages historiques, en plus de la cour de la mosquée, qui est la zone exposée.

Les autorités d’occupation ont placé des caméras et des portails électroniques à toutes les entrées de la mosquée Ibrahimi et ont fermé aux musulmans la plupart des routes qui y mènent, à l’exception d’une porte soumise à des procédures militaires strictes.

La série d’attaques ne s’arrête pas

Le directeur des Fondations d’Hébron, Ghassan Al-Rajabi, a évoqué dans des communiqués de presse les actes criminels les plus marquants commis par l’occupation contre la mosquée Ibrahimi, qui n’ont pas cessé jusqu’à aujourd’hui : 30 martyrs lors du massacre et 150 blessés.

Quelques jours plus tard, le nombre de martyrs s’est élevé à 63 martyrs lors des affrontements violents, et la mosquée a été fermée pendant 6 mois et 20 jours.

Al-Rahbi a confirmé que l’occupation a corrigé la division temporelle et spatiale, volé 63% de la mosquée – y compris le bureau du Département des dotations et la salle d’appel à la prière – et transformé la partie sculptée en synagogue.

Il a souligné qu’elle a complètement fermé la section excisée aux musulmans, et qu’elle n’est ouverte que 10 jours par an, qui sont des fêtes religieuses islamiques, y compris l’Aïd al-Fitr et l’Aïd al-Adha, et que les 10 autres jours, elle est entièrement occupée par colons et gardés par l’armée, et ce sont des fêtes juives.

Al-Rajabi a souligné que les forces d’occupation empêchent l’appel à la prière du Maghreb quotidiennement et empêchent définitivement l’appel à la prière du samedi, à l’exception de l’appel à la prière du soir le vendredi, et au cours de l’année 2023, le nombre de fois où l’appel à la prière a été empêché 704 fois.

L’occupation a fermé la porte ouest de la mosquée, isolé les zones sud et est et volé les cours, estimées à environ 5 dunams (5 mille mètres carrés), et elles ont été données aux colons pour qu’ils y accomplissent leurs rituels talmudiques.

Les autorités d’occupation n’ont cessé de mettre en œuvre leurs plans malveillants à son encontre depuis l’occupation d’Hébron en 1967. Par exemple, mais sans s’y limiter, le Département des dotations islamiques a été empêché de la couvrir de tapis en novembre 1967, et moins d’un mois plus tard, ils ont amené dans un casier en fer contenant des outils de culte juifs, puis ont apporté leurs propres chaises dans la salle Abrahamique.

Le 25 septembre 1968, les autorités d’occupation ont autorisé un groupe de Juifs à y prier, un défi flagrant aux sentiments des musulmans. Moins d’un mois plus tard, les autorités d’occupation ont fait sauter le bouclier de la mosquée Ibrahimi et la porte principale qui y mène, qui sont deux monuments historiques.

Le 11/10/1971, les colons ont apporté une table en bois dans la salle Abrahamique, et le 9/9/1972, les fidèles musulmans ont été empêchés d’accomplir la prière de l’après-midi dans le sanctuaire parce que les colons chantaient des chants religieux à voix haute et soufflaient la trompette. Le 17/12/1972, le gouverneur militaire israélien a donné ses ordres en fermant la porte est de la Sainte Mosquée.

Le 10/1/1973, le gouverneur militaire d’Hébron a autorisé l’introduction de 50 chaises en bois dans la salle jacobite de la Sainte Mosquée, et les autorités d’occupation ont recouvert la cour de la mosquée le 11/10/1973 pour tenter d’en modifier l’apparence des Caractéristiques islamiques.

En juin 1974, les autorités d’occupation ont procédé à une série de fouilles à proximité de la mosquée Ibrahimi, sous la triple porte, à l’intérieur et à l’ouest de celle-ci, et sous la médersa Hanafi.

Au début de l’année 1976, trois hommes armés juifs ont pris d’assaut le Haram, accompagnés de sept colons, et ont altéré son contenu. Le 16/03/1976, les colons ont empêché les musulmans de faire des prières dans les salles jacobite et Ibrahimi.

Le 21/10/1976, les soldats d’occupation ont transformé une partie du Haram en caserne militaire et y ont placé des lits et du matériel de couchage. Le 21/11/1976, les colons ont attaqué le Haram, piétinant les copies du Coran avec leurs pieds. Le 18/11/1976, le rabbin extrémiste Meir Kahane a déclaré qu’il transformerait la mosquée Ibrahimi en une citadelle pour les extrémistes juifs dans le but d’expulser les citoyens palestiniens de la ville d’Hébron.

Le 8/03/1977, l’Autorité islamique a annoncé la disparition d’objets de valeur perdus après une période d’interdiction aux musulmans d’entrer dans la Sainte Mosquée. Le 16/05/1977, un certain nombre de colons ont pris d’assaut la mosquée, accompagnés du rabbin Levinger et ont dansé à l’intérieur de la salle Abrahamique. L’un des colons a pointé son arme sur un certain nombre de fidèles pendant la prière de midi le 4/7/1977.

Le 27 février 1978, l’un des colons a pris d’assaut le sanctuaire et a altéré son contenu. Le 24 avril 1978, deux colons y ont apporté un nouvel exemplaire de la Torah et ont organisé une grande célébration sous la protection des soldats d’occupation.

Le 31 mai 1979, les soldats de l’occupation ont pris d’assaut la salle Ibrahimi, y ont placé des chaises et ont empêché les musulmans d’atteindre la mosquée. Le 27 février 1979, 20 colons ont pris d’assaut la mosquée tout en brandissant des drapeaux israéliens. Le 24 juin 1984, les colons ont pris d’assaut la mosquée. ont pratiqué la circoncision d’un enfant dans la salle Ibrahimi et, le 11 septembre 1984, des soldats ont installé des lentilles de télévision à l’intérieur du sanctuaire pour surveiller les fidèles.

Les forces d’occupation ont implanté un certain nombre d’avant-postes de colonies dans la mosquée et ses environs, ont fermé les rues de la vieille ville d’Hébron et ont commis les violations les plus horribles des droits humains, notamment des meurtres, des destructions, des couvre-feux et un blocus économique permanent qui a paralysé le commerce et activité sur ses anciens marchés.

Les attaques contre les biens de ses habitants se poursuivent également en démolissant des bâtiments archéologiques et historiques lors du massacre le plus horrible visant à effacer ses monuments culturels et à changer son identité arabo-islamique, et en construisant une route de colonisation reliant la colonie « Kiryat Arba », la Noble Mosquée des patriarches et tous les avant-postes de colonisation dans le but de judaïser la ville.

Le criminel Goldstein

Il convient de noter que le terroriste Baruch Goldstein, âgé de 42 ans après qu’il a commis le massacre, a été considéré comme l’un des fondateurs du mouvement religieux « Kach ». Il est arrivé des États-Unis d’Amérique en 1980 et a vécu dans la région de « Kiryat ». Arba » établie sur les terres de la ville d’Hébron.

« Benjamin Goldstein est né à New York, dans une famille juive orthodoxe. Il a fait ses études dans les écoles juives de la « Yeshiva » de Brooklyn et a reçu un diplôme spécialisé de l’Albert Einstein College of Medicine de l’Université Yeshiva. Il a obtenu des succès remarquables dans le domaine de la médecine puis a changé son nom en « Baruch » dans ses premières démarches pour le racisme et le terrorisme.

Le terroriste Goldstein avait déjà attaqué la mosquée Ibrahimi, et le Premier ministre de l’occupation de l’époque, « Rabin », a été informé de son crime, de sa haine publique et claire, et du danger des actions de Goldstein et d’autres colonialistes extrémistes.

Il a été indiqué dans une lettre envoyée par « l’Autorité islamique suprême » qu’un certain nombre de colonialistes ont attaqué six gardes de la mosquée Ibrahimi et un des fidèles, dans la soirée du vendredi 8 octobre 1993, et que l’extrémiste Goldstein a coupé l’appel à la prière du soir après avoir attaqué le muezzin.

Un an plus tôt, dans la soirée du jeudi 14 octobre 1992, Goldstein avait jeté des produits chimiques incendiaires sur les tapis de la mosquée, et sans la vigilance des gardiens et des fidèles, un massacre a eu lieu.

7 massacres le jour du souvenir du massacre

Le ministère de la Santé de Gaza a annoncé que l’occupation « israélienne » a commis 7 massacres contre des familles dans la bande de Gaza, faisant 86 martyrs et 131 blessés au cours des dernières 24 heures.

Il a déclaré dans un communiqué reçu par le Centre d’information palestinien : Il y a encore un certain nombre de victimes sous les décombres et sur les routes, et l’occupation empêche les ambulances et les équipes de la protection civile de les atteindre.

Il a confirmé que le bilan de l’agression israélienne s’est élevé à 29.692 martyrs et 69.879 blessés depuis le 7 octobre dernier.

Depuis le 7 octobre dernier, les forces d’occupation mènent une guerre sanglante au cours de laquelle elles ont largué des dizaines de milliers de tonnes d’explosifs, détruit plus de 50 % des bâtiments de la bande de Gaza et déplacé 90 % de sa population, provoquant une crise sans précédent: crise humanitaire et famine, en particulier dans les gouvernorats de Gaza et du nord.

Lien court:

Copied