Thu 22-February-2024

L’Egypte refuse de mener une opération militaire israélienne à Rafah et met en garde contre ses conséquences désastreuses

dimanche 11-février-2024

Le Caire – CPI

La République arabe d’Égypte a souligné dimanche son rejet total des déclarations faites par de hauts responsables du gouvernement israélien concernant l’intention des forces israéliennes de lancer une opération militaire sur la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza.

L’Égypte a mis en garde, dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères, contre les conséquences désastreuses d’une telle mesure, notamment à la lumière des risques qu’elle présente d’aggraver la catastrophe humanitaire dans la bande de Gaza.

Elle a appelé à la nécessité d’unir tous les efforts internationaux et régionaux pour empêcher le ciblage de la ville de Rafah, qui abrite aujourd’hui environ 1,4 million de Palestiniens déplacés car c’est la dernière zone sûre de la bande de Gaza.

L’Égypte considère que le fait de prendre pour cible Rafah et la politique continue d’Israël d’entraver l’accès à l’aide humanitaire constitue une véritable contribution à la mise en œuvre de la politique de déplacement des Palestiniens et de liquidation de leur cause, en violation flagrante des dispositions du droit international, du droit international humanitaire et de la résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations Unies.

La République arabe d’Égypte a affirmé ses contacts et ses mouvements continus avec diverses parties, afin de parvenir à un cessez-le-feu immédiat, de rétablir le calme et d’échanger des prisonniers.

Les puissances internationales influentes ont appelé à intensifier la pression sur « Israël » pour qu’il réponde à ces efforts et évite de prendre des mesures qui compliquent encore davantage la situation et nuisent aux intérêts de tous sans exception.

Une source importante du Mouvement de la résistance islamique (Hamas) a averti dimanche Israël que toute opération militaire qu’il pourrait lancer contre la ville de Rafah, à l’extrême sud de la bande de Gaza, conduirait à « torpiller » les négociations liées à l’échange de prisonniers.

La télévision Al-Aqsa a cité le chef du Hamas – sans le nommer – selon lequel le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu « tente de se soustraire aux droits de l’accord d’échange, en commettant un génocide et un nouveau désastre humanitaire à Rafah ».

28 176 martyrs depuis le début de l’agression

Le ministère palestinien de la Santé à Gaza a déclaré que l’occupation israélienne a commis 14 massacres contre des familles dans la bande de Gaza, faisant 112 martyrs et 173 blessés au cours des dernières 24 heures.

Le ministère a ajouté qu’un certain nombre de victimes se trouvent encore sous les décombres et sur les routes. L’occupation empêche les ambulances et les équipes de la protection civile de les atteindre.

Ainsi, le bilan de l’agression israélienne s’élève à 28.176 martyrs et 67.784 blessés depuis le 7 octobre dernier.

Lien court:

Copied